Satellites : Astrium investit 7 millions d'euros dans son site de Toulouse

 |   |  632  mots
Eric de Saintignon, directeur depuis 2012 du site de Toulouse d'Astrium, filiale d'EADS. © Rémi Benoit
Eric de Saintignon, directeur depuis 2012 du site de Toulouse d'Astrium, filiale d'EADS. © Rémi Benoit (Crédits : Rémi Benoît)
Le directeur du site de Toulouse, Eric de Saintignon, a annoncé en début de semaine le lancement d'un important investissement pour construire de nouvelles salles blanches et de nouveaux bâtiments de bureaux. Si, en 2012, cette filiale d'EADS a connu « une activité très soutenue », elle va affronter cette année une « compétition féroce ».

Six mois après sa prise de fonctions à la direction du site Astrium de Toulouse, Eric de Saintignon a rappelé, lors d'une conférence de presse tenue en début de semaine, le bilan 2012 du constructeur de satellites. "Dans un contexte de plus en plus compétitif, Astrium a eu activité très soutenue en 2012. Nous avons enregistré trois commandes (Express AM4R, Express AM7 et Badr-7). sept satellites fabriqués par Astrium ont été tirés et autant le seront en 2013 : quatre satellites télécom et trois satellites sciences et observation de la Terre, dont le très attendu Gaiar."
Mais, a prévenu Eric de Saintignon, « globalement le carnet de commandes se rétrécit. Nous devons nous battre pour gagner des marchés et c'est vrai que la compétition est féroce ». Heureusement, a souligné le directeur du site toulousain, « le groupe a atteint une taille qui fait de lui un acteur majeur. Nous avons par exemple gagné à la barbe des Américains le satellite DirecTV 15, dont le siège est pourtant à quelques centaines de mètres de celui de Boeing", un des grands concurrents d'Astrium.

Objectif ambitieux

Pour autant, a poursuivi Eric de Saintignon, au niveau du marché mondial, « le carnet de commandes se réduit, autour de 17 et 18 commandes par an. Nous avons l'objectif ambitieux de remporter 25 % des commandes, autour de 4 satellites." Dans ce contexte très compétitif, Astrium tire son épingle du jeu avec un chiffre d'affaires de 5,8 milliards d'euros. Il s'agit du CA prévisionnel 2012 annoncé en janvier par le président d'Astrium, François Auque, et qui doit être confirmé lors des résultats annuels d'EADS, le 27 février.
Par ailleurs, Eric de Saintignon a annoncé de très importants projets pour le site toulousain d'Astrium, "le plus important du groupe", avec ses 22 000 m2 de salles blanches et 3 000 salariés. Ses 20 bâtiments se répartissent dans la ZI du Palays, sur la zone du Canal et à Aussaguel.

L'activité industrielle et commerciale concentrée sur le site Astrolabe

"Ce site a 30 ans, nous avons la volonté de le moderniser et nous allons aussi le réorganiser. 7 millions d'euros d'investissements vont être injectés au cours des 3 prochaines années, a annoncé le dirigeant. Nous allons concentrer l'activité industrielle et commerciale sur le site Astrolabe (zone du Canal). Une nouvelle salle blanche de 800 m2 va être créée. Cela nous permettra de doubler notre capacité d'assemblage et de connecter entre elles différentes salles blanches. Les satellites n'auront plus à être sortis d'une salle blanche d'intégration pour entrer dans une salle blanche de test. Le parcours sera complètement intégré ».
En outre Eric de Saintignon a annoncé une reconfiguration des bureaux sur le site du Palays. Trois bâtiments vont être détruits et deux seront construits (8 500 m2). Enfin le téléport sera transféré totalement à Aussaguel. « Le premier coup de pioche est prévu en mai », a-t-il précisé.
Le site d'Astrium Toulouse prévoit enfin de modifier son IGG (itinéraire à grand gabarit) qui permet au groupe de transférer ses satellites de Labège à l'aéroport de Blagnac. Aujourd'hui, pour certains satellites, il n'y a que 2 centimètres de marge... La mairie de Toulouse et le Conseil général travaillent sur ce dossier.

 

**********************En savoir plus**********************

- Succédant à Sébastien Poncin, Eric de Saintignon est directeur du site d'Astrium Toulouse depuis 2012. Il est également responsable de l'AIT (assemblage, intégration et tests) de Toulouse.

- Astrium compte trois divisions : Astrium Space Transportation, Astrium Satellites et Astrium Services. Les deux dernières divisions sont présentes à Toulouse.

- Le secteur spatial en Midi-Pyrénées emploie autour de 13 000 personnes. Il représente plus de 150 millions d'euros injectés dans l'économie locale à travers plus de 200 entreprises.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :