Dagoma neutralise à distance les armes imprimées en 3D

 |   |  266  mots
« Nous ne voulions pas que nos imprimantes soient détournées à des fins criminelles », insiste Gauthier Vignon, cofondateur de Dagoma.
« Nous ne voulions pas que nos imprimantes soient détournées à des fins criminelles », insiste Gauthier Vignon, cofondateur de Dagoma. (Crédits : Dagoma)
Le spécialiste nordiste de l'impression 3D Dagoma s'est lancé dans une croisade pour enrayer la prolifération des armes imprimables.

L'opération a été menée en toute discrétion : pendant quelques semaines, les collaborateurs de Dagoma ont modifié depuis Roubaix des centaines de fichiers permettant d'imprimer des armes à feu en 3D (une pratique illégale en France). La nouvelle tendance avait quelque chose d'inquiétant, car ces armes en plastique sont par nature indétectables. « Nous ne voulions pas que nos imprimantes soient détournées à des fins criminelles : comme les fichiers 3D sont le cœur de notre métier, nous avons changé le diamètre des canons ou la taille des gâchettes, déformé les crosses ou les chargeurs afin de rendre ces armes inutilisables », explique Gauthier Vignon, cofondateur de Dagoma, une entreprise devenue le leader européen de l'impression 3D.

Pourrir les bons fichiers

Pourquoi avoir ensuite révélé au grand jour le tour de passe-passe ? « Pour nous, c'était une question de société : il fallait alerter les autres constructeurs de machines 3D pour leur faire prendre conscience des risques. »

« Après la première étape qui a consisté à pourrir les bons fichiers, la deuxième a été de modifier nos machines afin qu'elles ne puissent pas imprimer des armes. »

Gauthier Vignon espère même une prise de conscience pour que les internautes signalent tout fichier suspect et pour que les constructeurs se mettent à alimenter une base de données, afin de contrer les impressions illicites. « Certains nous rétorquent que, de toute façon, ces armes imprimées en 3D ne fonctionnent pas : tant mieux, nous préférons largement que cela reste un faux débat. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2019 à 23:43 :
D’une part il est impossible de modifier les fichiers déjà présent sur la toile, d’agoma ne représente même pas 0.001 pour-cent des fichiers du web, d’autre part aucun fabricant n’est impliqué dans ce buzz médiatique qui ne concerne que l’entreprise du nord de la France aux pratiques commerciales et managériales tendancieuses. Juste une opération de communication raté pour celui qui comprend un minimum ce qu’il lit. Merci La Tribune de relayer un communiqué de presse niveau sputnik news
a écrit le 21/02/2019 à 23:42 :
D’une part il est impossible de modifier les fichiers déjà présent sur la toile, d’agoma ne représente même pas 0.001 pour-cent des fichiers du web, d’autre part aucun fabricant n’est impliqué dans ce buzz médiatique qui ne concerne que l’entreprise du nord de la France aux pratiques commerciales et managériales tendancieuses. Juste une opération de communication raté pour celui qui comprend un minimum ce qu’il lit. Merci La Tribune de relayer un communiqué de presse niveau sputnik news
a écrit le 21/02/2019 à 20:51 :
De toute façon ce n'étaient que des armes à un coup aussi dangereuses pour l'utilisateur que la supposée victime.
C'est vrai que saboter les fichiers au moins les noobs (ceux qui pigent rien en informatique)
n'arriveront à rien,c'est déjà ça. Mais je pense pour des armes très anciennes colts, luger il doit y avoir plein de plans à l'ancienne utilisables après conversion.
a écrit le 21/02/2019 à 12:58 :
Vous ne pensez pas que les informaticiens vont trouver une parade à ce logiciel destructeur de cette entreprise. Nous ne sommes pas seuls dans le monde, d'autres entreprises auront ces imprimantes 3 D, qui pourront faire des armes non détectables. On appelle ça le progrès. D'autres armes pourront être fabriquées et ne seront pas du tout détectables.
Réponse de le 21/02/2019 à 23:44 :
D’une part il est impossible de modifier les fichiers déjà présent sur la toile, d’agoma ne représente même pas 0.001 pour-cent des fichiers du web, d’autre part aucun fabricant n’est impliqué dans ce buzz médiatique qui ne concerne que l’entreprise du nord de la France aux pratiques commerciales et managériales tendancieuses. Juste une opération de communication raté pour celui qui comprend un minimum ce qu’il lit. Merci La Tribune de relayer un communiqué de presse niveau sputnik news
a écrit le 21/02/2019 à 9:30 :
Louable initiative,mais qu'en sera-t-il des armes sans poudre (air, énergie dirigée, électromagnétiques) ? beaucoup plus complexes à produire mais faisables en 3D.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :