Signature électronique : la startup Yousign évangélise la SNCF

 |   |  388  mots
Yousign compte plus de 30 collaborateurs.
Yousign compte plus de 30 collaborateurs. (Crédits : DR)
Enchaînant les contrats, la startup, née à Caen et spécialiste de la signature électronique, ambitionne de devenir un leader européen.

Et un grand compte de plus dans le portefeuille de Yousign, la startup fondée en 2013 par deux étudiants de l'ENSI Caen. Après le PMU, qui se flatte économiser 18.000 euros par an grâce à sa solution de signature électronique, elle a convaincu la SNCF de la déployer pour « finaliser la digitalisation de l'un de ses process stratégiques », précise Luc Pallavidino, l'un des deux cofondateurs de cette jeune pousse, biberonnée par Bpifrance, qui revendique une croissance à trois chiffres depuis sa création.

« La généralisation de cette technologie est inévitable, pronostique l'intéressé. Dans un univers entièrement dématérialisé, il est quand même paradoxal de devoir encore passer par un joli dessin sur un bout de papier, en réalité beaucoup moins sécurisant que sa version numérique »

Des secteurs comme la bancassurance, l'immobilier ou les professions juridiques s'équipent massivement. Yousign fournit le Crédit Agricole, la Caisse d'Épargne, CDC Habitat, le concepteur de progiciels CIM ou encore De Gaulle Fleurance & Associés, un des gros cabinets d'avocats parisiens.

La société normande, certifiée au niveau européen par l' Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anss), jouit de quelques atouts face à ses aînés, dont le cador US Docusign. Aujourd'hui forte de plus de 30 collaborateurs et de plus de 1.500 clients « de la TPE au grand groupe », elle reste l'une des rares sur le vieux continent à avoir développé un module API [interface de programmation applicative, ndlr] utilisable comme une brique par des éditeurs spécialisés et un logiciel Saas [Software as a service ou logiciel à la demande] généraliste opérant à partir de n'importe quel périphérique.

L'Europe pour horizon

« On fait la différence en maîtrisant toute la chaîne et en ne recourant qu'au cloud français », insiste Luc Pallavidino qui ne cache pas ses ambitions transfrontalières. Objectif ? Devenir un leader européen en évangélisant d'abord Allemands et Britanniques.

En attendant, Yousign peut compter sur des « moines soldats » dans son fief, à l'instar du président de l'agence de développement de Caen-la-Mer. Dominique Goutte a acquis quatre licences pour gérer les contrats des 75 entreprises hébergées dans ses pépinières. « Je gagne un temps fou », commente t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :