Transports ferroviaires : les élus et entrepreneurs de Paca mettent un nouveau projet sur les rails

 |   |  453  mots
Cette nouvelle ligne relierait Nice au Muy (Var) et à la vallée de l'Huveaune (Bouches-du-Rhône), avec trois nouvelles gares créées sur le tracé-est, tandis que Marseille-Saint-Charles serait dotée d'une gare souterraine. De quoi réduire la distance entre la Baie des Anges et la cité phocéenne, qui seraient alors reliées en 1h30 contre 2h30 actuellement. Le tout pour seulement 7,4 milliards d'euros, soit la moitié du budget antérieur. © RFF
Cette nouvelle ligne relierait Nice au Muy (Var) et à la vallée de l'Huveaune (Bouches-du-Rhône), avec trois nouvelles gares créées sur le tracé-est, tandis que Marseille-Saint-Charles serait dotée d'une gare souterraine. De quoi réduire la distance entre la Baie des Anges et la cité phocéenne, qui seraient alors reliées en 1h30 contre 2h30 actuellement. Le tout pour "seulement" 7,4 milliards d'euros, soit la moitié du budget antérieur. © RFF (Crédits : RFF)
Exit la LGV, bonjour la NLF : la Nouvelle Ligne Ferroviaire, nom du projet qui verrait la réalisation de travaux par tronçons entre Nice et Marseille, permettrait de réduire d'une heure la distance entre les deux métropoles.

Voilà un nouvel acronyme pour le paysage ferroviaire de la région Paca : la NLF. Autrement dit Nouvelle Ligne Ferroviaire, sorte de ligne à grande vitesse (LGV) revue et corrigée, et surtout moins coûteuse que le précédent projet dont le budget avait été estimé à 15 milliards d'euros. Trop chère, a jugé le gouvernement, enterrant ainsi cette LGV avant même que les premiers coups de pioche n'aient même été programmés.
Cette décision a laissé un goût amer dans les départements concernés par ce projet de liaison ferroviaire - les Bouches-du-Rhône, le Var et les Alpes-Maritimes - malades d'une vraie asphyxie en matière de déplacements, tant par le rail que par la route. Déçues, les parties prenantes locales du dossier, réunies au sein de la Copil (le comité de pilotage comprenant le Préfet de région et les collectivités concernées) ont donc réfléchi à une nouvelle mouture, s'appuyant davantage sur la performance des infrastructures que sur la grande vitesse à proprement parler.
Ainsi est née la NLF. Son programme ? Une nouvelle ligne reliant Nice au Muy (dans le Var) et à la vallée de l'Huveaune (dans les Bouches-du-Rhône), trois nouvelles gares créées sur le tracé-est, tandis que Marseille-Saint-Charles serait dotée d'une gare souterraine. De quoi réduire significativement la distance entre la Baie des Anges et la cité phocéenne, qui seraient alors reliées en 1h30 contre 2h30 actuellement. Le tout pour "seulement" 7,4 milliards d'euros, soit la moitié du budget antérieur. Une seconde phase - estimée à 3,6 milliards d'euros - ainsi qu'une troisième étape finiraient, par la suite, de connecter les trois territoires.

Faire taire les querelles picrocholines

Séduisante sur le papier, la NLF n'a cependant plus que trois mois pour convaincre auprès de la Commission Mobilité 21, qui désignera en avril les projets ferroviaires prioritaires. Et d'ores et déjà, les partenaires sociaux de la Côte d'Azur ont commencé à se mobiliser pour soutenir ce projet de Nouvelle Ligne Ferroviaire, comme l'a montré une manifestation mardi 22 janvier à Nice. En outre une pétition, lancée sur le site de la CCI de Nice Côte d'Azur, a déjà recueilli près de 2.000 signatures.
Contrairement au projet de la LGV, la NLF semble faire consensus. La région Paca semble avoir pris bien conscience qu'il est urgent de faire taire les querelles picrocholines sous peine de rester sur... le bord des rails. « Le tracé et les financements ne m'intéressent pas » !, a lancé Bernard Kleynhoff. Et le président de la CCI de Nice de se demander : « Devrions-nous devenir une réserve d'indiens pour touristes chinois ? ».
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2013 à 15:06 :
on a donc pris le pire: le plus cher et on lui rajoute une gare souterraine marseille et en plus on phase le projet comme cela l'inflation permettra de gonffler le budget sans verification possible. avec l'argument choc quand la moit du projet sera fait: il est trop tard pour arreter!!!!
a écrit le 25/01/2013 à 15:02 :
Votre article n'est que pure propagande! vous ne connaissez pas le dossier. sinon vous auriez remarqué que ce projet est en tout point le même qu'un dès fuseaux présenté lors dû débat public en 2005. Projet sur lequel rff indiquait dans le résumé des éléments négatifs: c'est le plus cher! Et dans les éléments positifs: il n'y a pas nécessité de faire de gros travaux en gare de marseille
a écrit le 25/01/2013 à 13:43 :
100 personnes seulement(entreprises et étudiants) ont défilé à Nice pour la création de cette nouvelle ligne qui mettra autant de temps que le projet de LGV en empruntant selon le dossier de presse et le COPIL, le même tracé
Par contre 25 000 pétitions ont été signées contre cette LGV masquée.
Contactez les associations qui sont opposées à ce projet pour avoir d'autres info
a écrit le 25/01/2013 à 8:40 :
Madame la journaliste,
force est de constater que vous n'avez pas pris, hélas, connaissance du dossier de presse qui a dû vous être remis et que vous vous contentez de répéter les contre-vérités assénées par le président de la CCI du 06.
Le coût le la NLF, selon RFF est toujours de 14,8 milliards d'euros (aux conditions économiques de 2008) auxquels il faut ajouter les 5 milliards d'euros pour la portion Nice-Vintimille. Soit, un minimum de 20 milliards au total car beaucoup de travaux annexes n'ont pas été comptabilisés: infrastructures routières, ligne THT ...
J'ai toujours considéré La Tribune comme un journal auquel on pouvait se fier. Inutile de vous dire ma déception.
a écrit le 24/01/2013 à 20:02 :
Il est vrai que pour les utilisateurs de la SNCF sur cette ligne, c'est souvent la "galère).
Entre les TER (Toujours En Retard, lorsqu'ils ne sont pas supprimés) et les TGV interdits aux voyageurs locaux, il y a des progrès à faire, d'autant plus que l'autoroute, largement rentabilisé depuis sa construction , est hors de prix pour ceux qui n'ont pas d'autres moyens de liaison.
a écrit le 24/01/2013 à 18:33 :
Ah bon, on peut réduire la distance de Marseille à Nice ? Vous m'expliquerez comment.
Je ne savais pas que la mesure de la "distance" s'exprimait en "heure".
Les maths modernes...
Réponse de le 24/01/2013 à 20:27 :
Il s'agit de la distance-temps, notion bien connue des géographes et aménageurs!
Réponse de le 25/01/2013 à 13:36 :
Alors, s'il s'agit de la "distance-temps", qu'on n'écrive pas "distance" tout court.
Merci en tout cas pour votre réponse.
a écrit le 24/01/2013 à 17:16 :
"la distance entre la Baie des Anges et la cité phocéenne, qui seraient alors reliées en 1h30 contre 2h30 actuellement." avec la NLF et vous rajoutez la suppression de la SNCF par des compagnies privées plus performantes et vous mettez Marseille à Nice en 30 minutes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :