Wysips invente le téléphone solaire

Créée en 2008, Wysips a développé un procédé original et innovant qui permet à un téléphone mobile de se recharger grâce au soleil. La société travaille sur toutes sortes de matériaux qui peuvent être producteurs d'énergie photovoltaïque comme le verre, les tissus, les voiles, les plastiques, les composites...
Ludovic Deblois, co-fondateur de Sunpartner © Almodovar
Ludovic Deblois, co-fondateur de Sunpartner © Almodovar

What You See is Photovoltaic Surface. C'est l'acronyme de Wysips, un procédé breveté depuis 2006 capable de transformer tout support en surface productrice d'énergie grâce au soleil ou à la lumière artificielle. Depuis quelques années, cette société d'Aix-en-Provence (C.A : 2 M? en 2012, 25 salariés) planche sur l'idée d'affranchir nos portables de leur chargeur en utilisant l'énergie solaire. Et dans un premier temps de compenser les défaillances des batteries actuelles.
Comment ? Grâce à une membrane photovoltaïque qui prend la forme d'un film transparent et fin de 0,1 mm, sans impact sur le design, sans altérer la qualité de l'image, et surtout sans coût supplémentaire pour le fabricant puisqu'il s'intègre à l'écran tactile et ne modifie en rien la structure du téléphone.
"On peut gagner jusqu'à 20% d'autonomie, mais tout dépend de l'usage et de la luminosité. On peut avérer en tout cas qu'avec une exposition de 6 heures au soleil, on recharge totalement", explique Ludovic Deblois, co-fondateur avec Joël Gilbert de Sunpartner, la maison mère qui chapeaute les deux sociétés Axiosun (centrales photovoltaïques) et Wysips.

Un à deux nouveaux brevets déposés par mois

Aujourd'hui, l'ensemble en est à son 30e brevet déposé à l'international et produit 1 à 2 nouveaux brevets par mois (70 à 80 % du CA est consacré à la R&D). Tenu par des « clauses de confidentialité », le dirigeant ne souhaite pas communiquer sur les négociations en cours mais Wysips a opté pour un modèle de licence non exclusive. L'idée étant pour l'entreprise d'assurer la R&D jusqu'à l'industrialisation du process puis de transférer la fabrication aux clients et/ou revendeurs. En ligne de mire, "les fabricants de mobiles, mais aussi des industriels du secteur des semi-conducteurs, des fabricants de puce ou d'écrans tactiles".
Pour réaliser les prototypes permettant de valider la parfaite intégration du procédé à son support, la TPE est cependant en train d'installer une ligne de fabrication à Rousset (Bouches du Rhône) d'une capacité annuelle de 8 millions d'unités. Elle garantit un coût de production d'1 euro l'unité pour un smartphone.

Quatre levées de fonds

Depuis sa création, la jeune pousse a levé, en quatre fois, quelque 7 M? auprès de divers fonds d'investissement. Dont la dernière en juillet 2012 de 1,9 M? (*). "À 5 ans, notre business plan prévoit que notre technologie soit intégrée sur tout types d'écrans. D'autres matériaux peuvent être producteurs d'énergie photovoltaïque comme le verre, les tissus, les voiles, les plastiques, les composites". Wysips s'est récemment associée à Prismaflex International pour créer le 1er panneau d'affichage autonome en énergie grâce à l'intégration de son film.

 

(*) Eurowatt Partenaire, Starquest Capital, CPG Finance, Financière Boscary et PACA Investissement

 

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.