Le véhicule d'entreprise dans le viseur d'ERDF Méditerranée

 |   |  462  mots
Trois candidats désormais en lice pour la finale nationale qui est programmée le 4 avril à Paris
Trois candidats désormais en lice pour la finale nationale qui est programmée le 4 avril à Paris (Crédits : Claude Almodovar)
C'est en épilogue du Forum Smart City Méditerranée qui s'est tenu le 25 septembre à Marseille qu'ERDF Méditerranée a révélé le nom des trois start-ups lauréates de son appel à projets "Réseaux Electriques Intelligents". Un concours dont la finale est programmée le 4 avril prochain à Paris.

C'est un vaste concours qui a mené l'opérateur du réseau électrique à se lancer dans une compétition d'envergure nationale. L'enjeu ? Faire émerger les bonnes idées innovantes, nées dans les start-up ou les PME afin de permettre à ERDF de rester à l'écoute de ce se fait de mieux en matière de réseaux électriques intelligents.

Plus spécifiquement, il s'agissait de faire émerger des innovations répondant aux besoins des gestionnaires de réseau, le tout s'inscrivant dans le contexte de réponses à apporter aux collectivités locales, friandes de solutions nouvelles. Si huit défis ont été définis au niveau national, en Méditerranée, c'est la problématique de l'intégration des véhicules électriques et l'optimisation du réseau qui a été choisi. Une thématique qui pour Bernard Castille, le directeur ERDF Méditerranée, prend tout sa justification dans le cas un peu particulier de ce territoire longtemps "péninsule énergétique" parce qu'en fin de boucle RTE. Dans ce contexte et alors que le réseau électrique devient un fournisseur d'énergie extrêmement sollicité, toute innovation reçoit une attention particulière.

Des véhicules d'entreprise électriques

Déjà très engagé dans des projets positionnés sur ces problématiques comme Nice Grids à Nice, un quartier solaire intelligent, ERDF Méditerranée collabore avec les pôles de compétitivité, mais aussi avec La Poste sur un projet de R&D intéressant la gestion optimale de la recharge pour une flotte composée de véhicules d'entreprises. Surtout l'opérateur entend être prêt à l'aube d'un déploiement de quelques 7 millions de bornes de recharge publiques ou privées d'ici 2030 dans l'Hexagone. Le concours lancé avait donc pour but de "faire émerger des solutions techniques innovantes" avec comme philosophie celle d'encourager et accompagner le déploiement des véhicules électriques.

Analysés avec "bienveillance, ouverture d'esprit et impartialité" soulignait Bernard Castille, les huit candidatures déposées en Méditerranée ont fait ressortir trois lauréats. Le prix régional est revenu à la société niçoise Benomad, dirigée par Stéphane Maynard, pour Move, une plateforme de services avec accès aux données des bornes publiques et privées. Bluenovia et Marc Grojean se sont adjugé le second prix pour leur système d'optimisation de l'usage d'une flotte de véhicule électrique. Quant à Gridpocket, c'est cette entreprise de Sophia-Antipolis qui s'est vu attribuer le premier prix pour EVVCA, une solution d'optimisation globale de la gestion de la recharge des véhicules électriques en tenant compte des contraintes réseau et des besoins du véhicule électrique. Trois candidats désormais en lice pour la finale nationale qui est programmée le 4 avril à Paris.

____

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :