Ces startups connectent les objets pour ERDF

 |   |  824  mots
XP Digit, la startup de Villeneuve d'Ascq qui a décroché le premier prix régional, a moins d'un an d'existence. Son projet, baptisé Smartposte, a retenu l'attention du jury
XP Digit, la startup de Villeneuve d'Ascq qui a décroché le premier prix régional, a moins d'un an d'existence. Son projet, baptisé Smartposte, a retenu l'attention du jury (Crédits : Reuters)
XP Digit, Intesens et Win MS sont les trois startups lauréates du premier concours « ERDF Innovation – Réseaux Electriques Intelligents » organisé en région. En provenance de Villeneuve d’Ascq, de Toulouse et d’Orsay, elles ont présenté à Lille leurs solutions destinées à surveiller l’état du réseau électrique via des objets connectés.

« Nos trois startups lauréates nous apportent leur connaissance de la technologie des objets connectées et de sa mise en œuvre. Nous leur offrons notre expertise métier. Ensemble, nous allons construire des solutions pour observer et piloter à distance les équipements du réseau électrique ». Lors de la remise des prix à Lille du concours organisé par la direction interrégionale Manche Mer-du-Nord d'ERDF, Thierry Dhainaut, en charge des grands projets et réseaux du futur au sein de cette direction, a loué la capacité d'innovation de ces jeunes entreprises.

« Elles vont nous aider à construire de nouvelles solutions capables de faire émerger une « excellence à la française ». Car c'est bien là l'enjeu du concours national « ERDF Innovation - Réseaux Electriques Intelligents » dans le cadre duquel s'inscrivait cette première sélection en « région ».

Des solutions ciblées sur les gestionnaires de réseaux électriques

XP Digit, la startup de Villeneuve d'Ascq qui a décroché le premier prix régional, a moins d'un an d'existence. Son projet, baptisé Smartposte, a retenu l'attention du jury dans la mesure où il repose sur une solution non intrusive, facile et rapide à mettre en place pour observer, sécuriser et prédire en temps réel et à distance le fonctionnement des postes électriques destinés à transformer la moyenne tension en basse tension. « Il y en a des centaines de milliers en France.

Nous avons proposé la création de balises connectées qui leur soit spécifiques », résume Benoit Bellavoine, directeur associé et cofondateur de XP Digit. Le jeune homme, diplômé de l'Iteem, une formation d'ingénieurs codirigée par Centrale Lille et Skema Business School, avait déjà orienté le business modèle de son entreprise sur la fabrication de balises adaptées à des applications spécifiques plutôt que sur l'utilisation des Beacons standard du marché, comme le détaille Benoit Bellavoine.

« Nous développons des applications mobiles qui se déclenchent en fonction de la position du smartphone détectée par les balises. Mais il y a beaucoup de contraintes et peu de plus value. En revanche, concevoir nos propres balises en utilisant les protocoles de communication standard nous permet de générer davantage de valeur. Nos premiers prototypes sortiront d'ici la fin de l'année. Ils sont dédiés à rendre interactives la visite d'un centre ville et celle d'un jardin botanique. Nous cherchions des partenaires avec qui expérimenter des solutions sur d'autres marchés. Le concours d'ERDF est tombé à point nommé. »

Concevoir des capteurs connectés intelligents

Pour Thierry Dhainaut, il n'y a aucun doute, « il y a surement d'autres équipements dans les réseaux électriques qui pourront profiter de l'approche d'XP Digit. Dans la mesure, où elle ne nécessite aucun échange d'informations avec une plateforme de données centralisée, c'est vraiment une solution de proximité facile à répliquer ailleurs ». Il suffira que le technicien se positionne près du transformateur avec sa tablette numérique ou avec son smartphone pour avoir accès via les capteurs connectés de XP Digit à des données directement exploitables. Connaître par exemple les composants défectueux sur lesquels intervenir. Aux techniciens d'ERDF de développer le système expert permettant d'interpréter les données recueillies telles que la température de l'huile, le dégagement d'ozone, les constantes électriques et autres.

L'autre lauréate, la startup Intesens de Toulouse, propose un système de surveillance à distance des infrastructures électriques via des capteurs sans fil de sa conception. Ces capteurs sont reliés à Internet et transmettent les données à un serveur web sécurisé. Pour le concours, elle a envisagé d'appliquer sa solution à la surveillance des manchons de raccordement. La troisième startup primée, Win MS, est implantée à Orsay. Elle s'est positionnée sur un projet de monitoring des lignes électriques moyenne tension permettant par exemple de localiser à distance la détérioration des câbles enterrés.

Rendez vous fin novembre à Paris pour la remise des prix nationaux

Ces trois entreprises vont concourir aux prix nationaux qui seront remis le 25 novembre à Paris. Il y aura 24 candidats au total sachant que chacune des huit directions interrégionales d'ERDF aura auparavant primé trois lauréats sur un sujet dédié. Big data, surveillance du réseau aérien, transmission des savoirs, détection des réseaux souterrains, relations clients, outils des techniciens, véhicules électriques, pilotage du réseau, les huit thèmes ont été établis de manière à faire émerger des solutions innovantes répondant à l'ensemble des besoins des gestionnaires de réseaux de distribution d'électricité.

Ce concours national mené en partenariat avec l'Interpôle Smart Grids France s'inscrit dans le cadre du chantier dédié au Smart Grids figurant parmi les 34 plans de la Nouvelle France Industrielle lancé par le gouvernement en 2013. De quoi donner de la visibilité et surtout des opportunités de développement aux startups retenues par ERDF.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :