Nantes s’apprête-t-elle à reprendre les mêmes et à recommencer ?

 |   |  1407  mots
Ex-rivales, Johanna Rolland (PS) et Julie Laernoes (EELV) ont mené d’âpres négociations pour écrire 325 propositions partagées d’un projet où demeurent 5 désaccords majeures.
Ex-rivales, Johanna Rolland (PS) et Julie Laernoes (EELV) ont mené d’âpres négociations pour écrire 325 propositions partagées d’un projet où demeurent 5 désaccords majeures. (Crédits : Frédéric Thual)
En fusionnant leurs listes entre les deux tours, le PS et EELV se donnent une bonne chance de remporter le second tour des municipales, face à une droite esseulée et à La République en Marche isolée. A moins que les 61% d’abstention du premier tour ne redistribuent franchement les cartes.

Arithmétiquement, à Nantes, l'élection est pliée. L'alliance entre Johanna Rolland, maire de Nantes socialiste (31,36%) et Julie Laernoes tête des écologistes de l'EELV (19,94%) va-t-elle couper court au suspense électoral ? « On prend les mêmes... », regrette, déjà, un observateur, de gauche, de la vie politique nantaise. «Après trois décennies de mandats socialistes, la droite n'a même pas été capable de construire une opposition solide », s'étonne ce défenseur du débat démocratique. Et pourtant, la campagne menée par Laurence Garnier, candidate LR (19,94%), vice-présidente de la région en charge de la culture, est plutôt considérée par les experts et même certains opposants, comme réussie. Mais, la concurrente de 2014, qui avait récolté, 43,7% des voix demeure relativement seule. La tentative de rapprochement proposée, dans l'entre deux tours, à Valérie Oppelt, candidate de la République en Marche (13%) a été déclinée. Pire, cette dernière qui , au sortir du confinement, proposait à l'ensemble des candidates une liste d'union dans la logique du comité de pilotage associant majorité et opposition mis en œuvre par Johanna Rolland pour affronter la crise sanitaire, a reçu en retour une volée de bois vert de toutes parts. «Non, je ne suis pas pour un parti unique. Toutes les visions de Nantes ne sont pas compatibles. C'est faire croire aux Nantais que les projets portés par les différentes candidates se valent tous et ne sont différents qu'à la marge. Et bien, non, Nantes a besoin d'un nouveau projet, de nouvelles énergies et de clarté... », tance Laurence Garnier.   «Ça n'a aucun sens, ajoute Johanna Rolland. Dans un moment...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/06/2020 à 4:16 :
L'offre politique en France ? La peste ou le cholera. Et ce a tous les echelons. L'entre-soi permanent. Affligeant tout simplement pour le pays qui se reclame des droits de l'homme.
a écrit le 16/06/2020 à 16:13 :
"A moins que les 61% d’abstention du premier tour ne redistribuent franchement les cartes."

LÀ est en effet au final le seul point d'interrogation de ces élections, les vieux et très vieux, qui jusqu'à leur dernier souffle iront voter, ont ils été tout autant à y aller sur ce premier tour malgré le covid ? Étude sociologique également très intéressante.

Si nombreux n'y sont pas allés vous pouvez ajouter de suite des points à tout les candidats qui veulent que nous travaillons plus pour gagner moins et donc extrême droite, droite, lrem, socialistes, centristes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :