Shopopop étend à l’international son modèle de livraisons entre particuliers

 |   |  400  mots
Photo d'illustration. Le concept de la startup vise à mettre en relation des consommateurs qui veulent se faire livrer leurs courses à domicile et des particuliers qui veulent optimiser leurs déplacements.
Photo d'illustration. Le concept de la startup vise à mettre en relation des consommateurs qui veulent se faire livrer leurs courses à domicile et des particuliers qui veulent optimiser leurs déplacements. (Crédits : DR)
Trois ans après avoir assis son concept de livraison collaborative de courses et colis à domicile en France, le nantais Shopopop vient de lever 4 millions d’euros pour développer son concept au Portugal, en Italie et en Belgique.

À défaut de toucher la rentabilité, Shopopop a atteint les objectifs assignés dans son business plan et gagné la confiance de ses investisseurs historiques. Un peu plus d'un an après avoir décroché 2 millions d'euros, la startup nantaise vient de lever 4 millions d'euros auprès des fonds Go Capital, West Web Valley, Pays de la Loire Participations, du réseau de business angels Bamboo et de Bpifrance.

« Ce qui, après avoir pris pied dans la distribution alimentaire, va nous permettre, d'une part de nous diversifier vers les grandes surfaces spécialisées comme Decathlon, Bureau Vallée ou Éram, les franchises et les indépendants de proximité, et d'autre part de nous développer en Europe. En Italie, où le marché de l'e-commerce est mature, en Belgique en raison de la proximité territoriale et au Portugal, où une opportunité humaine nous a permis de signer avec une première enseigne locale », explique Johan Ricaut, cofondateur de Shopopop avec Antoine Cheul.

Le concept de la startup, créée en 2016, vise à mettre en relation des consommateurs qui veulent se faire livrer leurs courses à domicile et des particuliers qui veulent optimiser leurs déplacements. L'inscription a lieu sur une...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2020 à 11:25 :
C’est un système de sous- traitance
des services quotidiens des masses.
Ça va impacter les métiers du services à là personne ( handicap...)Donc forcément des suppressions de postes , à ce prix là , les employés seront payés au smic avec des heures impossibles, c’est le cas de plusieurs enseignes de livraison à domicile.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :