Livraison à domicile : Carrefour s'associe à la start-up Glovo dans quatre pays

 |   |  309  mots
(Crédits : Regis Duvignau)
Le distributeur français Carrefour et la start-up espagnole Glovo ont annoncé ce mercredi 17 juillet avoir signé un partenariat stratégique afin de proposer un service de livraison à domicile rapide dans quatre pays, dont la France.

Carrefour se tourne vers l'Espagne pour développer son service de livraison à domicile. Le distributeur français et la start-up espagnole Glovo ont annoncé ce mercredi 17 juillet avoir signé un partenariat stratégique afin de proposer un service de livraison à domicile rapide dans quatre pays, dont la France.

"Cette collaboration permet de proposer aux clients urbains un service de livraison en 30 minutes", depuis la plate-forme Glovo, ont précisé les deux partenaires dans un communiqué commun. Le service, qui doit être opérationnel dans les prochains mois, va être déployé en France, en Espagne, en Italie et en Argentine. Glovo proposera 2.500 références disponibles à Carrefour, essentiellement des produits alimentaires mais aussi des produits d'hygiène et pour la maison.

"Le segment de la livraison express est en train de progresser de manière très importante dans notre industrie", a estimé auprès de l'AFP Amélie Oudéa-Castéra, directrice exécutive e-commerce, data et transformation digitale de Carrefour.

"Toucher des bassins d'audience nouveaux"

Ce partenariat représente "une étape dans notre stratégie" pour devenir un "leader" du commerce en ligne alimentaire, a-t-elle ajouté, ce que le PDG du groupe, Alexandre Bompard, avait fixé comme priorité lors de l'annonce de son plan de transformation en janvier 2018. Le groupe, qui développe ses propres solutions numériques, "veut également pouvoir s'arrimer aux meilleures plates-formes mondiales" afin "de toucher des bassins d'audience nouveaux".

Créée en 2015, la start-up de livraison à domicile Glovo est présente dans 186 villes, dans 26 pays. Carrefour est engagé depuis un an et demi dans un plan de transformation par lequel il entend se recentrer sur l'alimentaire et le commerce en ligne. Le groupe prévoit notamment d'investir 2,8 milliards d'euros sur cinq ans pour se renforcer dans le numérique, un domaine dans lequel il avait pris beaucoup de retard par rapport à ses concurrents.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :