Wiztivi déploie ses "expériences utilisateurs" de TV connectée dans le monde

 |   |  1293  mots
Venue sur le marché de la télé connectée il y a dix ans, avec le développement d'applis pour les opérateurs TV, Wiztivi a, faute d'audiences suffisantes, très vite pivoté pour aller vers la conception et le développement d'interfaces et d'expériences utilisateurs (UI et UEX) pour des acteurs historiques du web ou des médias comme Dailymotion ou NRJ.
Venue sur le marché de la télé connectée il y a dix ans, avec le développement d'applis pour les opérateurs TV, Wiztivi a, faute d'audiences suffisantes, très vite pivoté pour aller vers la conception et le développement d'interfaces et d'expériences utilisateurs (UI et UEX) pour des acteurs historiques du web ou des médias comme Dailymotion ou NRJ. (Crédits : DR)
À la maison, sur son smartphone, sa tablette ou dans les futures voitures autonomes, Wiztivi veut faire de la télévision du futur un assistant intelligent de la vie au quotidien. Pionnière dans le développement des services vidéo interactifs multi-écrans, la startup nantaise, devenue filiale de SFR, s’est spécialisée dans le design et la conception d’interfaces pour les opérateurs et les chaines TV en France et à l’étranger. Tournée vers l’international, elle ambitionne de devenir l’un des leaders mondiaux du secteur.

« C'est la fin de la touche P+/P- sur la télécommande. Bientôt, à la voix, vous demanderez à la télé ce que vous avez envie de voir et elle vous l'affichera indépendamment du fait que ce programme passe sur TF1, en replay ou sur Netflix. Si vous ne savez pas quoi regarder, elle vous proposera un programme selon votre profil. Et si vous voulez le voir avec des amis ou des membres de votre famille situés ailleurs, elle organisera des vidéos discussions interactives, qui permettront de participer à un applaudimètre, à parier sur un vainqueur... Elle fermera automatiquement les rideaux électriques et baissera le chauffage au moment d'aller dormir. »

Selon Ari Bensimon, CEO de Wiztivi, la télé a de beaux jours devant elle. À condition de quelques adaptations sur lesquelles la startup nantaise a jeté son dévolu. Selon un classement réalisé en 2017 par le magazine spécialisé Streaming media, Wiztivi serait l'une des 101 entreprises mondiales qui doivent « illuminer » l'industrie de la vidéo en ligne en 2018. Un joli palmarès pour la startup nantaise fondée en 2007 à Carquefou, près de Nantes, reprise deux ans plus tard par SFR, dont le chiffre d'affaires croit de 30% par an depuis 2014.

Simplicité et fluidité

En 2017, sur un marché disputé par les groupes Accedo, Nagra, Cisco... l'entreprise réalisait un chiffre d'affaires de 9,8 millions d'euros et dégageait un résultat net de 1,7 millions d'euros, en croissance de 50%. Le secret de cette illumination ? « Nous sommes les seuls exclusivement concentrés sur cette technologie et nous assurons en interne, à la fois le design et le développement », explique le CEO de Wiztivi, qui s'est développé à partir de deux interfaces.

L'une sur étagère, le Timeless, une solution standardisée pour box, tablettes et mobiles où l'on peut incruster des logos et certaines spécificités. L'autre "sur mesure", baptisée Wiztiviframework, permet de s'adapter aux requêtes plus poussées des opérateurs et des chaines de télévision, dont les contenus augmentent sans cesse (guide des programmes, vidéos à la demande, replay, catalogue...).

« Qu'ils choisissent de regarder une série sur un écran télé, une tablette ou un smartphone, les gens aiment retrouver le même confort d'utilisation. Qu'ils zappent avec leur télécommande ou qu'ils surfent avec du tactile, ils veulent de la simplicité et de fluidité. Toute la problématique est là. Et, de la manière d'interagir avec l'utilisateur dépendra son assiduité ou non », observe Ari Bensimon. L'enjeu est là.

--

Wiztivi

["On ne veut pas uniquement des développeurs mais amener de la diversité dans les équipes, de nouvelles cultures avec des gens qui ont su se remettre en cause pour aller vers d'autres chemins. C'est un état d'esprit qui nous intéresse", explique Ari Bensimon, CEO de Wiztivi.]

--

Wiztivi au Superbowl

Venue sur le marché de la télé connectée il y a dix ans, avec le développement d'applis pour les opérateurs TV, Wiztivi a, faute d'audiences suffisantes, très vite pivoté pour aller vers la conception et le développement d'interfaces et d'expériences utilisateurs (UI et UEX) pour des acteurs historiques du web ou des médias comme Dailymotion ou NRJ. L'entreprise a depuis convaincu MyTF1, M6 Web, Viacom international, Orange, SFR, RMC Sport, l'opérateur turc Digiturk, le polonais Polsat, Liberty Global aux Pays-bas, Altice aux État-Unis, Télécentro en Amérique du Sud ou le britannique Vodafone qui déploie la solution "WiztiviFramework" à travers ses filiales dans le monde, notamment en Italie, en Grèce, en Espagne, en Roumanie...

En novembre 2017, l'américain Altice lançait sa nouvelle box Altice One, dont l'interface utilisateur est designée par Wiztivi. « Une nouveauté aux USA habitués jusque-là à d'autres systèmes », souligne Ari Bensimon. Indécelable pour les non-initiés, la solution a été projetée sous les feux de la rampe à l'occasion d'une campagne de publicité portée par Ronaldo, diffusée lors du Super Bowl, la célèbre finale de la NFL (National Football League).

Vers la fin des télécommandes

À eux seuls, les marchés internationaux représentent 50% du chiffre d'affaires. « Tous les opérateurs sont à la recherche d'expériences utilisateurs innovantes », indique Ari Bensimon de retour du salon des professionnels de l'audiovisuel IBC show à Amsterdam où la startup présentait une interface répondant à la voix, via Alexa (Amazon) ou Ok Google. « C'est la tendance du marché. Les télécommandes vont finir par disparaître », dit-il, à l'instar de Samsung qui, dès 2012, lançait une télé sans télécommande, pilotable à la voix, mais dont la compréhension laissait à désirer...

« Nous avons un vrai rôle à jouer sur l'apport de nouvelles fonctionnalités, sur l'intégration de la voix, le social, le divertissement avec le 'gaming on demand', la communication interactive, les objets connectés... Les opérateurs ont de plus en plus de contenus à mettre en valeur. Mais il faut que ce soit simple et fluide sous peine de perdre l'utilisateur en route ».

En 2016, déjà, l'acquisition d'une société finlandaise, spécialisée dans le jeu à la demande, a permis a Wiztivi d'enrichir son offre avec 300 jeux. Celle-ci emploie une vingtaine de personnes à Helsinki et génère 20% à 25% du chiffre d'affaires.

Des boulangers à la rescousse

Grâce à la mise au point d'un code compatible pouvant être développé avec tous les systèmes (IOS, Android, Box, Playstation...), la solution de Wiztivi permettrait de faire gagner un temps précieux aux opérateurs lors de lancement (de box) ou pour les opérations de maintenance. Mais à cinq à dix ans, le véritable défi concerne la multiplication des écrans, la nature et la quantité des informations à ingurgiter.

« Il y aura bientôt des écrans partout. Dans les vitrines, dans les voitures... La voiture autonome va ouvrir de nouvelles perspectives et de nouveaux besoins. Il faudra occuper le conducteur qui sera libéré de la conduite », observe Ari Bensimon, qui entend être présent sur tous les supports.

Pour cela, il s'est rapproché de l'École centrale de Nantes en vue de mener un programme de recherche et des constructeurs automobiles pour participer à des études prospectives. Inventive technologiquement, la startup dont l'effectif est monté à 140 personnes, doit aussi être créative pour faire face à la pénurie de main d'œuvre. Pour cela, elle a élaboré un scénario et un casting originaux. Avec le concours de l'École centrale de Nantes et de Pôle emploi, elle a monté un programme de formation de trois mois destiné à des demandeurs d'emploi en cours de reconversion professionnelle. Objectif : former dix personnes issues de tous horizons pour renforcer les équipes de développeurs, d'ingénieurs et commerciales et plus largement, son pôle de R&D nantais.

« Certains sont boulangers, d'autres viennent de l'hôtellerie, de la chimie... », explique Ari Bensimon.

« Tous étaient en phase de reconversion. On ne veut pas uniquement des développeurs mais amener de la diversité dans les équipes, de nouvelles cultures avec des gens qui ont su se remettre en cause pour aller vers d'autres chemins. C'est un état d'esprit qui nous intéresse. La première promotion a démarré en septembre. Nous ferons le bilan au bout de trois mois avant de renouveler ou non l'expérience », indique le CEO de Wiztivi qui vient, par ailleurs, de recruter une chercheuse, spécialisée dans la vidéo et le traitement d'image, et s'apprête à déménager sur 1.500 m², sur la ZAC de la Fleuriaye à Carquefou (44).

« Plus largement, c'est trente personnes que nous cherchons à recruter d'ici à la fin de l'année pour accompagner notre croissance », ajoute-t-il.

___

Par Frédéric Thual,
correspondant pour La Tribune dans les Pays de la Loire

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2018 à 8:30 :
Seul objet connecté intéressant, la télé, étant donné que l'on a déjà l'écran, souvent de bonne qualité et de grande taille, confortable donc, et que du coup il ne manque plus grand chose pour avoir internet directement.

Plus difficile avec le grille-pain, le radio réveil ou le four micro onde...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :