Bandeau Législatives (région)

CCI de Lyon : Emmanuel Imberton installé dans le fauteuil de président

 |   |  332  mots
Emmanuel Imberton est PDG de la Cotonnière lyonnaise, une PME qui se développe dans l’univers des arts graphiques (marquage, signalétique, etc.) @ CCI Lyon
Emmanuel Imberton est PDG de la Cotonnière lyonnaise, une PME qui se développe dans l’univers des arts graphiques (marquage, signalétique, etc.) @ CCI Lyon (Crédits : CCI Lyon)
Sans surprise, les élus consulaires ont procédé à l’éviction de du président de la CCI de Lyon, Philippe Grillot, lors de l’assemblée générale de ce 2 décembre, après-midi. Ils ont porté son premier vice-président, Emmanuel Imberton, à la tête de l’institution.

Début novembre, dans un entretien accordé à Acteurs de l'économie, le magazine rhônalpin associé de La Tribune, Philippe Grillot, le président de la CCI de Lyon alors en fonction, avait fustigé la réforme en cours des chambres de commerce - « aussi mal préparée que mal appliquée » - et appelé à la disparition de la chambre régionale, la CCI Rhône-Alpes. Moins d'un mois plus tard, les élus consulaire lyonnais l'ont démis de ses fonctions et élu son vice-président, Emmanuel Imberton, à la tête de l'institution.

Levée de boucliers

La « bombe » lâchée par Philippe Grillot avait, il est vrai, aussitôt déclenché un séisme dans le landernau patronal et politique lyonnais, et provoqué une levée de boucliers du Medef et de la CGPME locaux. Après de vaines tentatives du préfet de Rhône-Alpes, Jean-François Carenco, pour apaiser le climat, puis la démission en bloc des neuf membres du bureau de la CCI de Lyon, rendez-vous était donc pris ce lundi 2 décembre, jour de l'assemblée générale pour procéder à la destitution de Philippe Grillot. De fait, l'ex-président n'avait pas voulu de son propre chef remettre son mandat et s'est même battu jusqu'au bout, refusant, en sa qualité de président de séance, d'organiser les élections.

Entrepreneur loyal et sérieux

La préfecture a donc dû prendre la main. Le scrutin a été dès lors sans surprise, Emmanuel Imberton, membre de la CGPME, et jusqu'ici premier vice président, a été élu par 47 voix sur 53 votants. Ce quinquagénaire (55 ans), qui dirige la Cotonnière lyonnaise, une PME évoluant dans l'univers des arts graphiques (marquage, signalétique, etc.), est présenté comme un entrepreneur loyal et sérieux. Il aura pour première tâche de ramener la stabilité au sein de l'institution consulaire dont l'image a été sérieusement écornée par tout cet imbroglio patronal.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2013 à 18:11 :
Qui êtes-vous "M. LUCIDE" et quelle(s) corporation(s) défendez-vous, selon une approche bien française du "pousse-toi de là que je m'y mette"... Quant à moi, je suis salarié d'une CCI, mon travail est contrôlé, évalué etc. et je n'ai pas l'impression d'être inutile aux entreprises en général et à ceux qui s'adressent à moi en particulier...
Quant au "mille feuilles", en matière de développement économique, les CCI ont une compétence officielle, légale, depuis plus de 115 ans. A vous de faire le compte des structures qui sont venues après elles sur le même sujet...
Réponse de le 04/12/2013 à 17:38 :
Les CCI sont des boulets au développement économique.

Pour preuve, plus elles ont enflé ces CCI, plus la France va mal économiquement.

Toutes ces structures comme les CCI, les agences blas blas banquets, les faux centres de faux experts autoproclamés, toutes sont juste bonnes à boucler sans tarder, sans ménagement.

Que les fonctionnaires virés se mettent à leur compte pour exercer leurs piètres talents.
a écrit le 03/12/2013 à 8:09 :
En Avant toute IMBERTON ! les entrepreneurs lyonnais ont besoin de vous! Bon courage !
a écrit le 02/12/2013 à 20:41 :
Dites j'ai toujours pas compris a quoi sert la CCI ?? j'ai lu divers articles mais au final je me dis que ca sert a rien.... que ca coute plus que ca ne rapporte aux entreprises... suis je idiot ?
Réponse de le 02/12/2013 à 21:47 :
vous faites preuve de lucidité, les CCI ne servent pas à grand chose pour les entreprises,

parties intégrantes du fameux mille feuille administratif ruineux français

elles se content de servir leurs dirigeants

et d'employer des pseudos fonctionnaires qui ont pour malin plaisir de faire concurrence déloyale aux professions libérales qui paient des TAXES pour frais de CCI Chambres de Commerce et d'Industrie

pour abreuver tout ce beau monde ou s'arrangent le MEDEF la CGPME l'UIMM et autres syndicats bien à la française,
en plusdes fameuses TAXES plutôt "dimes" ponctionnées sur les entreprises,
ces CCI sont bénéficiaires d'aides subventions en provenance de l'Etat, des Régions, du Département tous plus généreux les uns que les autres
a écrit le 02/12/2013 à 19:14 :
bidonnage c'est la démocratie de la cgpme ? pas sérieux tout celà !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :