Un citoyen connecté au pays de la transition énergétique

Le #ForumSmartCity, organisé par La Tribune le 20 novembre prochain, est l'occasion de revenir sur les problématiques et les perspectives de la ville de demain. Un pilotage intelligent des objets de la vie quotidienne pose le rôle central de l’utilisateur. Et si le citoyen prenait le pouvoir ? Un rêve fou ? Pas tant que cela.
Fabien Piliu
Grâce aux tablettes et autres smartphones, le consommateur peut désormais piloter sa consommation d’énergie au plus juste.
Grâce aux tablettes et autres smartphones, le consommateur peut désormais piloter sa consommation d’énergie au plus juste. (Crédits : DR)

Qui dit ville intelligente, dit forcément logement intelligent, non ? La réponse semble couler de source. Selon une étude réalisée par le cabinet d'études américain Gartner, dévoilée en septembre, la maison type en 2022 sera équipée de près de 500 objets connectés : télévision, consoles de jeux, mais également appareils électro-ménagers, de transport, de sécurité, de santé, de fitness... seront reliés entre eux et à la Toile.

« Nous nous attendons à ce que de nombreux équipements domestiques deviennent "intelligents" [...]. Le prix sera rarement inhibant puisque le coût de l'Internet des objets devrait permettre à ces produits d'afficher des tarifs proches du dollar, à long terme », explique Nick Jones, le vice-président et analyste au cabinet Gartner.

Lors du dernier Consumer Electronics Show (CES), organisé à Las Vegas en janvier, l'omniprésence des smartphones et des tablettes a mis en lumière leurs capacités de piloter à distance une maison de plus en plus connectée, avec des prises, des ampoules et autres capteurs équipant le domicile qui interagissent entre eux.

Des objets intelligents ?

Mais la révolution technologique en cours et à venir menace-t-elle la sérénité du citoyen ? En clair, à moins d'être un technophile hyper pointu, le quotidien peut-il devenir pour lui un casse-tête sans fin ? À la Fédération des industries électriques, électroniques et de communication (Fieec), on balaie cette éventualité. Comment ? En mettant l'utilisateur au centre de cette révolution !

« La transition énergétique et numérique modifie profondément la position de l'utilisateur consommateur et professionnel. Ce dernier acquiert un nouveau rôle central, plus responsable qui lui permet de devenir maître de ses choix et d'exprimer de nouveaux besoins. Les industries de notre secteur apportent des produits, des solutions et des services innovants aux usages d'aujourd'hui », explique un rapport de la Fieec synthétisant les réflexions de ses adhérents sur le sujet, rappelant que cette tendance n'en est qu'à son balbutiement et va inéluctablement s'amplifier, notamment parce qu'Internet délaisse les ordinateurs et se propage jusque dans les objets qui deviennent commu-nicants et, ainsi, intelligents.

« Sécurité, efficacité énergétique, silver économie, objets connectés, tant de sujets stratégiques et de défis que nous devons collectivement relever et pour lesquels nos industries apportent des réponses pertinentes. Dans le domaine du bâtiment, il faut mettre le consommateur au cœur de la démarche et lui permettre d'être acteur au sein de son logement : piloter sa consommation d'énergie au plus juste grâce à des outils simples et conviviaux, l'assister au sein de son habitation pour y vivre plus longtemps. Tant d'exemples concrets qui séduisent de plus en plus les consommateurs », explique Sophie Breton, la présidente d'Ignes (le groupement des Industries du génie numérique, énergétique et sécuritaire) et directrice générale de Hager France.

Alors, rassuré ?

_____

Inscription Smart city du Grand Paris

>>> Cliquez ici pour s'inscrire au Forum Smart City du Grand Paris <<<

Fabien Piliu

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.