"Airpocalypse" : des villes au bord de l’asphyxie ?

 |   |  306  mots
(Crédits : ALY SONG)
De Paris à Pékin, la pollution atmosphérique fait déjà des millions de morts par an. Un documentaire important, qui cartographie ses plus graves méfaits à travers le monde.

Les récents débats sur le réchauffement climatique ont quelque peu éclipsé une tragédie aux conséquences immédiates : la pollution atmosphérique. Cette tueuse de masse est responsable de 7 millions de morts prématurées par an dans le monde, et d'un nombre incalculable de maladies. Chauffage urbain, transports routiers et rejets industriels contribuent à saturer l'air des métropoles de gaz et de particules fines si toxiques que les scientifiques parlent d'"airpocalypse" en devenir. La Chine et l'Inde, par exemple, sont en alerte sanitaire permanente. Une crise d'autant plus complexe que la pollution se déplace et ignore les frontières...

Nanoparticules... Maxi risque

Enquête d'une portée internationale, ce documentaire dresse le bilan de santé d'une planète malade de ses excès, avec toute la rigueur requise par la gravité de la situation. Le documentaire s'attache à expliquer très clairement les différentes formes de pollution à travers les continents et leurs répercussions sanitaires, avec notamment les effets moins connus des pesticides émettant des particules déportées par les vents... vers les villes. À ce versant pédagogique répond un volet pratique, la journaliste et réalisatrice Delphine Prunault consignant certaines astuces pour échapper à l'asphyxie - notamment à Paris. S'interrogeant sur le manque de courage de certains élus, le documentaire évite le catastrophisme sans appel, mais recense les prises de conscience, qu'elles soient scientifiques ou politiques.

À São Paulo, où un labo multiplie les autopsies, comme à Grenoble, où est étudié l'impact des émanations sur la natalité, le savoir progresse. Et les initiatives vertueuses se multiplient : Mexico et Londres ont su réduire leur dangerosité grâce à des mesures de circulation drastiques, quand Berlin reste la pionnière d'une politique verte d'envergure. Autant d'actions dessinant les contours d'un paysage mondial contrasté, entre laisser-faire coupable et initiatives prometteuses.

 (Sourse : ARTE)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/02/2016 à 0:00 :
@ BONSOIR :Ben voilà le problème pour régler la surpopulation de notre planète ! Bon soyons sérieux : Alors d'après le bobo écolo de base le responsable serait le moteur dièsel de véhicules automobiles bon admettons ..... Gros cas nerveux de ce bobo mais les pots d'échappement sont bien munis de filtres à particules ? Mais rien sur les camions, sur la navigation fluviale comme par exemple la SEINE QUI TRAVERSE PARIS hou ho Mme HIDALGO RIE le transport aérien MAIS CRIEUSEMENT RIEN SUR L AGRO ALIMENTAIRE qui nous empoisonne en toute tranquillité avec la complicité de ce bobo et le reste ....... COMME PAR EXEMPLE LA TERRE POURRIE POUR PLUSIEURS CENTAINES D' ANEES DISPARITION DE CENTEAINE DE PETITS ANIMEAUX EMPOISONNES AVEC LES PESTICIDES ET AUTRES PRODUITS CHIMIQUES DEVERSES PAR TONNES DANS NOS CHAMPS Alors le baratin ca suffit !
a écrit le 31/01/2016 à 14:04 :
Des millions de morts (disons 3 ou 4 on n'est plus à 1 près), le journaliste ne serait-il pas trompé d'un zéro par hasard. Je veux bien des centaines de mille ce qui fait déjà beaucoup, mais des millions sachant que l'agglomération parisienne fait 10M, ça tue plus surement que Daech à ce compte-là et sans état d'urgence en plus.
a écrit le 31/01/2016 à 11:11 :
....Et les nouvelles lois sur l'urbanisme vont dans le sens d'une DENSIFICATION!
Entasser encore plus de gens sur toujours moins de M2... Et ensuite, faire de la MOBILITE un préambule à l'emploi.... Continuons dans cette voie, faisons grossir toujours plus les villes sous prétexte d'efficacité énergétique, de maximisation de rendement immobilier, alors nous asphyxierons et rendrons malade les habitants.
Ceci venant s'ajouter au stress, à la mal bouffe, au mal logement, au mal environnement ... et "On"ne comprend pas que les Français puissent être pessimistes, tristes? "On" ne veut pas comprendre, parce qu'"On" ne veut rien changer ...il y a tellement d'argent à gagner à laisser perdurer cette situation.
Pour vivre, certains malades de la pollution ont déjà besoin d'air en bouteille. Bientôt comme pour l'eau dans les Supermarchés, un rayon pour des bouteilles d'air pur.
L'air privatisé, payer pour respirer, le marché ultime.Colossal.
a écrit le 31/01/2016 à 8:44 :
Interdire le diesel et les attitudes stupides, accélération irraisonnée et le freinage brutal au feu rouge.
Stupide ?
Non : je pratique au quotidien en utilisant peu mes freins et en respectant le code de la route, voiture mais surtout... En vélo !
Le vélo est un observatoire de ce point de vue remarquable sur les autres usagers y compris les VAE.
a écrit le 30/01/2016 à 16:31 :
Vous me faites marrer! IL existe une solution pour résoudre le problème de la pollution des frictions de frein à 100% .Les essais sur banc montrent que la solution est complète sans augmentation de cout. La mairie de PARIS a confié ce sujet à une agence qui n'y connait rien alors vous pouvez mourir brave gens. Mais si cela avait été de la culture pas de problème( Johnny) .Comment voulez vous résoudre les problèmes de pollution. En plus vous les journalistes vous êtes pas mauvais pour noircir du papier, et ne rien faire de positif sauf des articles wagon... ALORS la solution c'est vive les CHINOIS et pas de travail pour les GAULOIS.
a écrit le 30/01/2016 à 14:45 :
A Pékin je veux bien admettre qu'il y a un gros problème...mais Paris, il ne faut pas quand même exagérer. Catastrophisme quand tu nous tiens !
a écrit le 30/01/2016 à 9:53 :
Malheureusement tout le monde s'en fout et c'est tragique. Pour Paris notamment qui devrait être à la pointe du progrès en ce domaine (pollution)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :