Ces nouveaux métiers qui fleurissent dans les villes

 |   |  488  mots
Ces nouveaux métiers, souvent à temps très partiel, ne sont-ils pas en train de dessiner l'emploi de demain ou la règle serait le cumul plutôt que le traditionnel CDI ? Une question complexe.
Ces nouveaux métiers, souvent à temps très partiel, ne sont-ils pas en train de dessiner l'emploi de demain ou la règle serait le cumul plutôt que le traditionnel CDI ? Une question complexe. (Crédits : Reuters)
[ CITIES FOR LIFE ] Plateformes de livreurs indépendants, habitants qui partent à la rencontre de leurs voisins... Les milieux urbains voient émerger aujourd'hui des emplois inédits. C'était le sujet d'une table-ronde dans le cadre du sommet mondial « pour les villes inclusives, innovantes et résilientes », organisé par "La Tribune" et la Mairie de Paris.

Une plateforme technologique qui connecte des commerces avec une flotte de livreurs indépendants : c'est le concept de Stuart. Ses livreurs sont « des piétons ou des vélos cargos pour la majorité qui ont la faculté de se connecter, de se rendre disponibles et dès lors d'effectuer des courses initiées par des commerces géographiquement proches », explique Benjamin Chemla, co-fondateur de la start-up. Un Uber à bicyclette de la livraison ? « Aujourd'hui, toutes les entreprises de transport font appel à une cascade de sous-traitants et la personne qui remet le colis est généralement un artisan indépendant ou un salarié de petite structure. Nous nous adressons à ces mêmes gens », se défend Benjamin Chemla.

Pénurie de développeurs web

Nombre de nouveaux métiers urbains s'appuient sur l'usage des smartphones. D'où le besoin de compétences telles que le développement web, un métier en tension. C'est pour répondre à cette pénurie qu'est née, en 2010, la Web@academy.

« Il existe toute une frange de la population, des jeunes qui ont décroché pour x raisons du système scolaire, et parmi eux, beaucoup sont passionnés d'informatique et tout à fait capables, suite à une formation, de devenir développeurs web », indique Sophie Viger, directrice de l'école. « Cela permet d'offrir une opportunité aux populations qui étaient écartées de sauter dans le train de l'eldorado numérique. »

Les nouveaux métiers de la proximité sociale

Au rayon des nouveaux métiers, tous ne sont pas liés aux nouvelles technologies. C'est le cas des Voisins Malins, une association dans l'Essonne qui emploie des personnes pour aller toquer à la porte des habitants de leur quartier, s'entretenir avec eux et leur relayer des messages pour le compte des collectivités ou des entreprises de service public. Salariés en CDI, dont beaucoup n'ont jamais travaillé auparavant, ils effectuent entre 15 et 20 heures par mois, explique Anne Charpy, la fondatrice. Pour Saïd Hammouche, fondateur de Mozaïk RH, une entreprise qui promeut les candidats issus de la diversité, « les Voisins Malins sont de formidables tremplins de reconnexion avec le monde économique ».

Flexibilité et temps très partiels

Ces nouveaux métiers, souvent à temps très partiel, ne sont-ils pas en train de dessiner l'emploi de demain ou la règle serait le cumul plutôt que le traditionnel CDI ? Une question complexe.

« Ce que je sais, c'est qu'à partir du moment où une expertise est confirmée, elle va durer et on peut faire du plein temps sur une expertise à terme », estime Saïd Hammouche.

Le co-fondateur de Stuart, lui, veut rassurer : pour 60% des personnes qui travaillent via sa plateforme, c'est un complément de revenu. Et d'affirmer : « Il ne faut pas créer de dépendance mais offrir une flexibilité réelle. »

Par Natasa Laporte,
correspondante de La Tribune à Cities for Life

+ Lire aussi : Dossier complet sur le Forum Smart City du Grand Paris

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2016 à 0:32 :
Bas salaires, mi-temps, mais quels assurances sociales?
a écrit le 28/11/2016 à 7:27 :
Petits boulots à bas salaire et mauvaises conditions de travail.
Photo symbolique: un malheureux cycliste perdu dans un désert bétonné. Que fait-il là?
a écrit le 27/11/2016 à 19:36 :
Des emplois?........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :