L’équation planétaire de la ville citoyenne

[ #ForumSmartCity ] Les villes du monde entier découvrent qu'elles ont souvent les mêmes problèmes - violence, pollution... D'où leur volonté de travailler de plus en plus étroitement entre elles à la recherche de solutions. Même si cela doit déplaire à certains Etats...

2 mn

Le XIXe siècle fut celui des empires, le XXe celui des Etats, le XXIe sera celui des villes. Les villes sont diverses, mais leurs problématiques sont bien souvent les mêmes. (Carlos Moreno)
"Le XIXe siècle fut celui des empires, le XXe celui des Etats, le XXIe sera celui des villes. Les villes sont diverses, mais leurs problématiques sont bien souvent les mêmes." (Carlos Moreno) (Crédits : Reuters)

Le constat de départ pourrait sembler inquiétant :

« La moitié de la population mondiale vit désormais dans des villes, des villes qui produisent 70% des rejets de gaz à effet de serre, remarque Celia Blauel, adjointe à la maire de Paris en charge de l'environnement. C'est donc dans ces territoires urbanisés que résident désormais les grands enjeux de la planète: gestion des ressources rares comme l'eau, retraitement des déchets, mutations de l'outil de production, solidarités à réinventer... »

Diagnostic repris par Carlos Moreno, universitaire spécialiste de la ville intelligente :

« Le XIXe siècle fut celui des empires, le XXe celui des Etats, le XXIe sera celui des villes. Les villes sont diverses, mais leurs problématiques sont bien souvent les mêmes. D'où l'intérêt qu'elles se découvrent à coopérer entre elles, même si cela irrite parfois les Etats centralisés dont elles relèvent... »

Selon Carlo Ratti, directeur du SenseAble du MIT:

« La ville, qui a émergé de la ruralité il y a 10.000 ans, a permis aux hommes de mieux vivre ensemble et de découvrir que la somme de leurs savoirs et de leur créativité pouvait faire plus que la simple addition de leurs compétences respectives. »

La ville voit aujourd'hui l'émergence d'un « digital citizen » (citoyen numérique), plus créatif et mieux armé pour résoudre les problèmes actuels parce qu'il réfléchit et agit collectivement, insiste Ratti.

Et, de fait, les villes commencent à penser et surtout à agir de concert, comme l'explique Celia Blauel:

« Cela a commencé par des achats groupés pour obtenir des plus prix plus avantageux de leurs fournisseurs, mais cela va désormais beaucoup plus loin. Les villes comme Paris dialoguent de plus en plus avec leurs semblables pour échanger des bonnes pratiques en matière de transport, d'urbanisme ou de gestion des déchets. »

Leur force, par rapport aux Etats, souligne Carlos Moreno, c'est leur capacité à réagir vite et juste pour la simple raison qu'elles sont « près du terrain » et en liaison étroite avec leurs citoyens. Cela ne les empêche pas de discuter entre elles, au niveau international, de leurs problèmes communs, jusqu'à commencer à développer une « diplomatie » des villes qui se trouve parfois, là encore, en concurrence avec celle des Etats.

Mais leurs citoyens - et la planète - s'en trouve plutôt mieux, concluent les trois intervenants.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.