Paris et les JO de 2024 : un pari réussi et quatre enseignements

 |   |  982  mots
La ville veut réaliser les premiers Jeux olympiques durables de l'Histoire, parfaitement alignés avec l'accord de Paris.
La ville veut réaliser les premiers Jeux olympiques durables de l'Histoire, parfaitement alignés avec l'accord de Paris. (Crédits : REUTERS/Guadalupe Pardo)
Rares sont les moments où, dans une ville, la gouvernance locale, avec le maire et son équipe, ainsi que les habitants et partenaires peuvent savourer, ensemble et dans la liesse, un projet qui les amène vers le futur.Voici qu'à Paris, c'est le cas depuis le mercredi 13 septembre à 20 heures quand, à Lima, le Comité international olympique a tranché officiellement. Paris sera le siège des JO de 2024 et Los Angeles les accueillera en 2028.

Les JO à Paris, comme l'a dit la maire de la capitale, il s'agit d'une décision « historique ». 100 ans après ceux de 1924, voilà que la Ville Lumière viendra à nouveau dans sept ans honorer la noble cause mondiale du baron Pierre de Coubertin. « L'important, c'est de participer », dit la maxime, souvent de mise dans les événements sportifs. Dans le cas de la désignation de la ville organisatrice, il s'agissait pour Paris de remporter la décision pour l'échéance de 2024. Los Angeles a décidé de faire un doublet avec Paris, facilitant la décision après le retrait de Rome, puis de Budapest. Le spectre d'une guerre fratricide entre Parisiens et Californiens s'est dissipé au fil des discussions, pour laisser la place à une très solide alliance. Et l'accord conclu entre les deux villes a finalement été entériné par le CIO. Premier enseignement que nous pouvons tirer de ce très long processus : la force de l'alliance des villes.

Quand, dans l'Amérique de Trump, l'État fédéral annonce son retrait de l'Accord de Paris, les villes donnent l'exemple en ratifiant ce même accord et l'engagement pris lors de la réunion mondiale des maires, dans la capitale française. Los Angeles fait partie de cette alliance internationale. Il y a quelques mois, son maire, Eric Garcetti, annonçait que sa ville était prête à travailler avec toutes les villes des États-Unis et du monde pour tenir les engagements afin du tenir les objectifs de l'accord de Paris. Cette décision est indissociable de son attitude constructive et créative qui a conduit le CIO à trancher en même temps, pour la première fois, à propos de deux lieux successifs.

Des villes ensemble pour le climat

Nous devons saluer la qualité de la relation tissée entre ces deux villes-monde, Los Angeles et Paris, et entre les deux maires, Eric Garcetti et Anne Hidalgo. C'est une action exemplaire qui contraste avec les contestables procédés qu'on a connus antérieurement. Enfin, Paris n'est pas seul. Elle a su s'allier aussi à Marseille, par exemple, qui va accueillir les compétitions nautiques. L'Accord de Paris a marqué incontestablement de manière profonde la manière dont les villes doivent appréhender leur avenir. La maire de Paris a pris la tête, au même moment, d'un réseau de villes, le C40, qui mène un combat permanent et sans faille pour le climat, regroupant plus de 80 grandes villes du monde qui rassemblent 600 millions d'urbains.

La traduction de cet engagement pour la capitale française est une ambitieuse et visionnaire feuille de route pour un Paris postcarbone, vivant, intelligent et durable. La ville veut réaliser les premiers Jeux olympiques durables de l'Histoire, parfaitement alignés avec l'accord de Paris. À l'heure de l'attribution, c'est un défi devenu une réalité à construire. Nous ne pouvons pas comprendre l'intérêt de la candidature de Paris sans l'associer étroitement aux accords de la COP21 et leur implémentation.

C'est le deuxième enseignement.

Pas de dérive pharaonique

La proposition de Paris pour les Jeux repose sur cette décision. Les Jeux du passé enfantaient des « monstres » qui ont décliné peu de temps après les festivités ; pour les JO de Paris, le taux des nouvelles constructions est de l'ordre de 5 %. Nous avons donc déjà en région parisienne 95 % de sites existants ou temporaires, limitant d'entrée toute dérive « pharaonique ». Le village olympique sera doté de 100 % d'énergie renouvelables et d'une politique de « zéro déchet ».

La stratégie de Paris est également de réduire de manière drastique les émissions de CO2. Le but est de les diminuer de plus de la moitié par rapport à celles de Londres en 2012, la référence en matière de jeux durables. Des organisations internationales qui veillent sur la qualité de l'environnement, tel que le WWF, ont soutenu la candidature de Paris, après avoir obtenu l'intégration de l'essentiel de leurs recommandations. « Le sport a le pouvoir de changer le monde », affirmait Nelson Mandela en 1995 lors de la coupe du monde de rugby organisée en Afrique du Sud.

« Paris 2024 pourra le prouver, nous l'espérons, sur le terrain du climat », a souligné Isabelle Autissier, la présidente du WWF France et du Comité d'excellence environnementale de Paris 2024. Celui-ci a obtenu en mars 2017 la certification ISO 20121.

C'est la première fois qu'un comité de candidature décroche ce certificat international en vue de maîtriser l'impact environnemental de son projet. La norme ISO 20121, de renommée internationale, a été créée pour permettre aux organisateurs d'événements de garantir un management durable et responsable de leurs manifestations. C'est le troisième enseignement : Paris ne s'est pas autodésigné durable et responsable, ce fut un long processus de construction avec ses partenaires et son écosystème.

30 minutes de trajet maxi pour les sportifs

La politique de mobilité reflète une innovation remarquable, avec une utilisation massive des transports publics, le coup d'accélération pour le projet de la Société du Grand Paris et les nouvelles lignes en cours de construction, le renouvellement des flottes de bus à énergie propre et la capacité, pour la première fois, de développer les « Jeux de 30 minutes » : les athlètes mettront au maximum une demie-heure pour se rendre de leur logement à leurs sites de compétition. Cette démarche est associée à une profonde mutation à venir dans l'un des départements qui en a le plus besoin, la Seine-Saint-Denis. Seront localisés dans le fameux « 9.3 » six sites de compétitions, les cérémonies d'ouverture et de clôture, le village olympique, le village des médias, la piscine olympique. Et les Jeux laisseront en héritage plusieurs écoquartiers, avec environ 5 000 logements. C'est le quatrième enseignement, un pari sur l'urbanisme écoresponsable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/10/2017 à 13:02 :
La Tribune pourrait préciser PUBLIREPORTAGE quand le conseiller de la maire de Paris fait un communiqué de presse à la gloire du projet de sa patronne.
a écrit le 03/10/2017 à 18:08 :
Ces jeux seront une catastrophe pour notre pays. Les 800 Mds prévus ne suffiront pas, ils ne rapporteront rien à la nation, l'impact écologique et social sera désastreux. Cette surenchère dans les J.O. est loin de l'esprit initial. Quant aux athlètes (dont un grand nombre de professionnels), ils sont pour beaucoup dopés. La populace se réjouit de ces j.o. en France ainsi que les hommes politiques et les responsables sportifs et leurs complices bétonneurs qui vont se goinfrer.
a écrit le 01/10/2017 à 14:00 :
Pari réussi ? Paris était seule en lice, le vote n'a donc pas été trop difficile :-)
a écrit le 29/09/2017 à 11:07 :
Avec un voyage au Pérou pour 1,5 millions d'euros, ça commence bien...
a écrit le 28/09/2017 à 14:24 :
avec le climat on nous la fait à l'envers : 30 mn maxi de trajet pour les sportifs !.... et les avions affrétés pour amener le public , les sportifs et les journalistes du monde entier ; sans compter les difficultées générées pour les franciliens . le paris reussi c'est surtout pour ceux qui vivent de ces jeux , pas pour ceux qui les financent
a écrit le 28/09/2017 à 12:13 :
Première enseignement ces comités dépensent joyeusement l'argent du contribuable et ce n'est pour l'instant s'une simple mise en bouche
a écrit le 28/09/2017 à 10:50 :
Quand tous ces gens qui gravitent autour des JO et dépensent encore sans compter (Lima,....) notre argent comprendront-ils que les contribuables en ont ras le bol de se faire tondre pour ces jeux du cirque ?
a écrit le 28/09/2017 à 9:37 :
C'est surprenant, dans le budget de la France on trouve 1,5 milliard de dépense publique et on demande aux français de se restreindre à hauteur de 4 milliards pour combler le déficit de la sécurité sociale.
a écrit le 28/09/2017 à 9:19 :
Bonjour l'éthique quand on a dépensé 1millions et demi d'euros pour u e délégation de 300 personnes alors que la délégation aurait dû être de 60 qu'on a festoyé dans le meilleur hôtel et restaurant etoilė, qui peur croire que le budget ne va pas dėrapė,
Les politiques nous donnent des leçons de mauvaise gouvernance
a écrit le 28/09/2017 à 9:19 :
Bonjour l'éthique quand on a dépensé 1millions et demi d'euros pour u e délégation de 300 personnes alors que la délégation aurait dû être de 60 qu'on a festoyé dans le meilleur hôtel et restaurant etoilė, qui peur croire que le budget ne va pas dėrapė,
Les politiques nous donnent des leçons de mauvaise gouvernance
a écrit le 28/09/2017 à 9:04 :
Très peu de monde se frottent les mains de plaisir! Est ce la fibre "patriotique" ou "nationaliste" qui vous met en joie?
a écrit le 28/09/2017 à 8:55 :
Au moment ou quasiment plus aucune capitale ne souhaite voir arriver ce barnum....Paris obtient les JO 2024....qui peut croire à tout ce fatras de commentaires aussi absurdes les uns que les autres.....une chose est certaine le contribuable lambda passera in fine à la caisse....il n'y a qu'à voir ce que sont devenues les installations sportives "extraordinaires" construites pour l'occasion lors de précédents jeux.....bref les promoteurs de ce barnum auront disparu lors des comptes finaux....
a écrit le 28/09/2017 à 8:54 :
Sur cette photo nous avons au centre un sportif et deux politiciens, le sportif lui fait exploser sa joie sans retenue, les politiciens eux regardent le photographe.

C'est tout un métier...
a écrit le 28/09/2017 à 8:39 :
Que les élus locaux (lses socialos) satisfassent leur ego, on le comprend. Quant à affimer que les habitants "savourent", il faudra attendre qu'ils reçoivent la facture :-)
a écrit le 28/09/2017 à 8:36 :
rien qu"a voir la somme gaspillée revelee hier sur la reception 1,5 million nous avons compris qu'on se fout du contribuable et que l'on veut habiller cela en parlant écologie

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :