Paris s'engage dans un "Plan Economie circulaire" à l'horizon 2020

 |   |  537  mots
Lundi, Anne Hidalgo a également lancé un appel au Gouvernement français afin qu'il organise des États généraux de l'écoconception des emballages.
Lundi, Anne Hidalgo a également lancé un appel au Gouvernement français afin "qu'il organise des États généraux de l'écoconception des emballages". (Crédits : Reuters)
La capitale a adopté lundi une feuille de route opérationnelle définissant 15 actions à entreprendre dans cinq "thématiques structurantes". Le réemploi et la réparation seront encouragés.

Paris franchit une nouvelle étape dans son engagement pour une ville plus durable et résiliente. Lundi 3 juillet, la capitale française est devenue la première ville de l'Hexagone à adopter un "Plan Economie circulaire", à savoir une feuille de route opérationnelle fixant la stratégie municipale à horizon 2020. Porté par deux adjoints à la maire, Antoinette Guhl (chargée de l'Economie sociale et solidaire, de l'Innovation sociale et de l'Economie circulaire) et Mao Peninou (adjoint à la Propreté), il dessine 15 actions concrètes à entreprendre dans cinq domaines prioritaires.

 L'intérêt de la proximité

L'initiative répond à une conviction de la municipalité, que la feuille de route elle-même rappelle: "l'efficience de cette échelle géographique [la ville, Ndlr] pour mener à bien des politiques publiques à effet de levier sur l'économie circulaire", en raison de la  concentration dans les métropoles de "populations actives denses et connectées", "économies dynamiques et diversifiées", "activités d'enseignement et de recherche, bénéficiant ainsi [...] de la proximité des individus et des structures (mutualisation de coûts, diversité d'opportunités, circulation de l'information)". D'autres villes ont fait le même pari: c'est le cas d'Amsterdam, qui est en train de construire un nouveau quartier entièrement consacré à  l'expérimentation de l'économie circulaire, mais aussi de Glasgow et de Séoul, pionnières des politiques dans ce secteur.

Elle est aussi l'aboutissement d'un processus lancé il y a plusieurs années: du Programme local de prévention des déchets (PLPD) 2011-2015 au Livre blanc issu des États généraux de l'économie circulaire menés avec une vingtaine de collectivités métropolitaines en 2015, en passant par l'adoption en 2014 d'un vœu à l'unanimité au Conseil de Paris engageant la ville dans une "trajectoire zéro déchet". La ville a d'ailleurs voté en décembre 2015 un Plan stratégique de lutte contre le gaspillage alimentaire et est en train d'expérimenter dans deux arrondissements un Plan compost adopté en janvier 2017.

 La commande publique, thématique phare

Le nouveau plan est censé "créer une synergie nouvelle" entre ces démarches ainsi que d'autres déjà existantes. Il insiste sur cinq "thématiques structurantes": l'aménagement et la construction; le renforcement de l'offre pour les Parisiens et l'administration en matière de réemploi, de réutilisation et de réparation; le soutien aux acteurs du territoire et aux outils de mise en réseau; la promotion des nouveaux modes de consommation durable; la commande publique (de la valeur de 1,6 milliard d'euros par an).

Lors de la présentation du plan lundi au Conseil de Paris, Anne Hidalgo, qui organisera prochainement avec la Métropole du Grand Paris des Etats généraux de l'économie circulaire appliquée au secteur du BTP, a néanmoins aussi ouvert la perspective en dehors de la capitale. La maire a annoncé sa volonté de "porter auprès de la Commission et du Parlement européen un projet de directive européenne qui imposerait des standards d'écoconception pour tous les marchés publics de construction ou de travaux public". Elle a également lancé un appel au Gouvernement français afin "qu'il organise des États généraux de l'écoconception des emballages".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2017 à 16:09 :
Comme l'économie tourne pas rond, on va la faire circulaire ! Faut au moins sortir de l'ENA pour trouver une idée pareille... ;)
a écrit le 05/08/2017 à 11:56 :
Si je vois sur la photo ces caisses en bois qui sont jetées après un usage seulement, c'est en effet un gaspillage incroyable et facile à éviter.
En Suisse depuis 20 ans toute la chaine, de la production aux magasins c'est mis d'accord sur une caisse en plastique qui se plie après usage et qui peut être réutiliser des centaines de fois.
a écrit le 03/08/2017 à 5:12 :
Et bien voila, je sais desormais ce que signifie "economie circulaire" par la grace de cette tres brillante redaction.
Je vais en parler avec les collegues ici, ils vont se poiler.
a écrit le 26/07/2017 à 17:56 :
Beaucoup de bla-bla dans cette soi disant feuille de route. Le premier plan d'action à mettre urgemment en place est le nettoyage de l'espace public !! Cela sera avec la gestion des finances des Parisiens, la clé de la réélection pour l'équipe en place... Après on pourra discuter résilience, durabilité, et autres thèmes à la mode !!!!
a écrit le 10/07/2017 à 21:37 :
C'est curieux que l on ait un article sur Paris et subsecament son leader ship politique qui reste affiché plusieurs jours sur la tribune.fr . Vous avez eu un hlm pas cher?
a écrit le 07/07/2017 à 18:13 :
Cher Jean Baptiste Poquelin reviens ! J' ai des dizaines de Diafoirus à te présenter. Le jargon terranovanesque de ces fonctionnaires politiciens est digne de tes comédies
" "populations actives denses et connectées", "économies dynamiques et diversifiées", "activités d'enseignement et de recherche, bénéficiant ainsi [...] de la proximité des individus et des structures (mutualisation de coûts, diversité d'opportunités, circulation de l'information)".
cot cot cot cot cot dac
Pathétique
a écrit le 04/07/2017 à 22:10 :
Le jargon et les annonces fumeuses tiennent lieu de politique à Paris.
Par contre la surtaxe de 400 % j' ai rien lu dans la Tribune.
Avec Hidalgo et ses adjoints d 'extrême gauche à l' urbanisme, au transport et à la propreté Paris va toujours plus dans l' idéologie.
Mais pour les parisiens c'est toujours l insécurité (attentats, agression,vol), salle de shoot, migrants à l' abandon et SDF dans tous les quartiers. Les déchets et ordures qui s' entassent. Tag partout. vélib et autolib qui engloutissent des millions. etc.....
Que ces brillants esprits aillent faire un tour à Berlin,.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :