GENERATION PEUR DE RIEN : Yann Mazé (Carium) , le dépoussièreur d'un savoir-faire traditionnel

 |   |  354  mots
Yann Mazé / DR
Yann Mazé / DR
La Tribune remettait mardi soir, au théâtre Marigny, ses prix aux jeunes entrepreneurs. Yann Mazé était l'un des nominés de cette édition 2013. Ce styliste personnalise les sièges et intérieurs des voitures avec des cuirs de tradition ou très techniques, tous « made in France ».

« Si un jour je m'enrichis, je m'offrirai une Aston Martin ». La plus élégante des voitures de luxe aux yeux de Yann Mazé. En attendant, il bichonne celles des autres.

Ce designer spécialiste du cuir traque les matières authentiques pour redonner aux sièges des véhicules de collection « leur grain, leur brillance et l'exacte couleur d'origine ».
Il porte la même attention à une Lamborghini Countach qu'aux plus modestes 205 GTI ou RS Alpine turbo, ces modèles des années 1980 dont la cote s'envole ces derniers mois, portée par la mode vintage. Quand il ne les restaure pas, Yann Mazé personnalise les véhicules. Avec des peaux imprimées, des cuirs qui changent de couleur quand on les touche, ou incrustés de cristaux de Swarovski - « un truc de footballeurs ». Tous sont de production française. Il propose aussi « des coloris inhabituels dans l'automobile, comme le rose Incarnadin ».

Les commandes proviennent essentiellement de concessionnaires automobiles. « Si vous souhaitez personnaliser votre Audi Q3, le constructeur vous fera patienter jusqu'à trente-six semaines, alors que nous pouvons réaliser la même prestation en une semaine. Et nos tarifs sont parfois inférieurs au prix de l'option constructeur, notamment chez Hyundai. »

C'est en travaillant au sein de la division marketing de Renault, où il côtoyait les équipes du Technocentre, que Yann Mazé a pressenti le potentiel de la personnalisation des intérieurs de véhicules. À 31 ans, après avoir mûri sa réflexion pendant cinq ans, il fonde Carium en mars 2009. « Je me suis lancé au moment où explosait la crise de l'automobile. C'était le bon moment, car je sentais que la demande de personnalisation automobile prenait de l'ampleur. Mais je n'étais pas connu et les contrats rentraient au compte-gouttes. Construire une marque prend trois ans. Carium a donc vivoté, jusqu'à l'alliance avec SCS Sellerie, qui m'a apporté la légitimité qui me faisait défaut. »

Depuis, Carium constitue la division Exception de ce sellier traditionnel qui a réalisé 1,4 million d'euros de chiffre d'affaires en 2012.
____

>> POUR EN SAVOIR PLUS Retrouvez l'ensemble des portraits des jeunes entrepreneurs


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :