Le secteur de la médecine complémentaire en France, comparée à la médecine traditionnelle

 |  | 518 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Pixabay (CC0 Creative Commons))
Alors que près de 60% des Français disaient avoir consulté un spécialiste en médecine douce en 2019, ce chiffre est en constante augmentation et montre bien la perte de vitesse des approches de médecine traditionnelle. Retour sur cette comparaison entre médecine complémentaire et médecine classique.

La médecine alternative, un véritable succès

Il peut s'agir de médecine douce, homéopathique ou alternative, mais elles ont toutes quelque chose en commun : il s'agit d'un ensemble de techniques et de composants utilisés avec une approche la plus naturelle possible. L'idée sera de puiser dans les ressources existantes (nature, travail sur la psychologie) pour débloquer des mécanismes de guérison.

En France, cette approche est de plus en plus plébiscitée :  phytothérapie, acupuncture, homéopathie et naturopathie comptent parmi les chefs de file de la médecine complémentaire. Si son nom indique bien qu'il s'agit d'une médecine en complément, elle devient souvent première pour traiter des maux ou douleurs basiques, comme des rhumes, des courbatures ou des maux de tête. Cette médecine peut également soigner des problèmes plus profonds, tels que la difficulté d'endormissement, de concentration ou les soucis digestifs.

Ce n'est donc pas étonnant que la médecine alternative ait un véritable succès en France : pas moins de 64% des Français disent avoir un engouement pour les médicaments ou approches à base de plantes.

Médecine traditionnelle VS douce

Pour beaucoup de spécialistes, ce combat existe depuis quelques décennies : d'un côté, vous avez la médecine traditionnelle, avec ses médicaments pharmaceutiques, de l'autre, la médecine complémentaire, dite aussi alternative ou douce, qui repose essentiellement sur des techniques ou des médicaments naturels. L'idée principale qui les sépare, c'est de dire que la médecine complémentaire est entièrement naturelle et ne nécessite pas de procédés non naturels pour être exercée (radio, chirurgie, procédés chimiques).

L'exemple du Cibdol est tout à fait pertinent ici pour illustrer la médecine alternative : que ce soit sous forme de crème, d'huile ou de complément alimentaire, ce composé naturel issu d'une plante de qualité va prodiguer plusieurs types de bienfaits en fonction de son utilisation. En voie orale, il viendra traiter des maux internes (problème de foie, de digestion), en voie cutanée, cela permettra de lutter contre les problèmes de peau, comme l'acné. Vous pouvez également l'utiliser en inspiration (huile essentielle), afin de réduire votre anxiété.

Quelles perspectives pour l'avenir ?

Si beaucoup préconisent une combinaison des deux médecines pour lutter contre les pathologies difficiles, comme les syndromes ou les maladies musculaires, d'autres n'hésitent pas à affirmer que les médecines alternatives, beaucoup plus portées sur l'humain et le respect de l'équilibre naturel, sont l'avenir de la médecine. Il n'est pas rare que les patients traités par chimiothérapie procèdent à des techniques complémentaires naturelles, généralement à base de plantes, pour soulager leur douleur et mettre l'accent sur le mieux-être.

Avec plus de 400 médecines complémentaires répertoriées, utilisées régulièrement par 40% des Français, il n'y a aucun doute sur le fait que ces approches médicales constituent l'avenir, avec une large préférence pour l'homéopathie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2021 à 10:19 :
J'ai lu votre article et cela semble très intéressant. [url=https://www.bibamagazine.fr/a-la-une/cbd-lingredient-miracle-peau-167328.html]Sur ce site[/url] ,j'ai lu un article sur le CBD. Ils ont parlé de CBD 100% écologique. Vous voudrez peut-être vérifier cela.
a écrit le 20/05/2020 à 16:27 :
"près de 60% des Français disaient avoir consulté un spécialiste en médecine douce en 2019" c'est énorme, dire que j'ai pas consulté depuis 15 ans, faute de besoin.
" il n'y a aucun doute sur le fait que ces approches médicales constituent l'avenir" ben oui, aucun doute... [ça sonne bizarre, la conclusion, orientée :-) ]
La vigne rouge, pour aider naturellement vs le cholestérol en excès, y a une statine dedans, naturelle (mais au dosage incertain vu que ça dépend de la provenance, etc etc), mais on trouve la même en pharmacie (coïncidence ? La Nature a déjà tout inventé ?), et les deux ont les mêmes effets secondaires (musculaire, etc), c'est rassurant, c'est la molécule active qui en est la cause, pas sa "fabrication".
Je bois une tisane le soir, automédication sans le savoir ? Sais pas à quoi elle est bonne sauf me faire relever la nuit (mes reins me disent merci).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :