LIFE ONG : la construction de puits en Afrique contre la crise de l'eau potable

 |  | 1053 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : DR)
La crise mondiale de l'eau continue de s'aggraver en 2020. Le manque d'accès proche à de l'eau potable et saine touche actuellement 2 milliards de personnes. Face à ce terrible constat, l'association humanitaire LIFE ONG s'engage sur le terrain depuis 10 ans dans la construction de puits en Afrique et dans les pays du monde touchés par la soif.

En 2020, la crise mondiale de l'eau potable fait rage

Encore et toujours, la soif et l'eau contaminée sèment la mort, le danger et les maladies. LIFE life nous rappelle que les chiffres sont accablants : en 2020, elles tuent bien plus que les guerres dans le monde ! Au-delà de la mortalité et des graves problèmes de santé publique, le manque d'accès direct à de l'eau saine et potable entraîne de lourdes conséquences économiques et sociales, empêchant toute forme de développement pour les populations locales concernées.

Les chiffres accablants du manque d'accès à de l'eau saine et potable

Chaque minute, la crise mondiale de l'eau tue 5 personnes, soit 2,6 millions d'êtres humains par an. Aujourd'hui, 840 millions de personnes vivent sans accès local à de l'eau potable saine. Parmi eux, 260 millions habitent à plus de 30 kilomètres du point d'eau le plus proche, explique le dernier rapport de LIFE ONG.

Plus globalement, 2 milliards d'êtres humains boivent chaque jour de l'eau non assainie et porteuse de matières fécales. Ainsi, de nombreuses maladies et infections graves sont causées par la consommation d'eau insalubre, faute d'alternative. En conséquence, 1,8 millions d'enfants meurent chaque année de pathologies hydriques, dont 1/3 ont moins de 5 ans.

LIFE ONG souligne le terrible impact économique et social de la soif

Ne pas avoir accès directement à de l'eau potable est non seulement un problème de santé vital, mais aussi un grand obstacle économique, à la scolarisation et au développement. Pour les personnes qui doivent marcher des heures chaque jour rien que pour aller chercher un point de ravitaillement en eau potable, ce temps est tout simplement perdu.

Pour un enfant, cela signifie ne pas aller tous les jours à l'école, ou plus du tout. L'absence de toilettes est aussi un grand facteur de déscolarisation. En effet, chaque année, 270 millions de jours d'école sont manqués pour ces deux raisons nous rappelle LIFE ONG. D'autre part, pour un homme ou une femme adulte perdant plusieurs heures par jour pour se rendre au point d'eau situé à plusieurs dizaines de kilomètres du village, toute chance d'avoir un travail est presque réduite à néant. D'une logique cruelle et implacable, la soif rend donc impossible toute perspective d'avenir et de développement.

LIFE ONG, 10 ans de construction de puits en Afrique et dans le monde

Pour lutter contre cette catastrophe humanitaire mondiale du manque d'eau, LIFE s'engage depuis 10 ans déjà dans la construction de puits en Afrique et dans les pays du monde touchés par la soif. Avec plusieurs milliers de projets à son actif, déployés dans 25 pays et financés par plus de 100.000 donateurs, l'association LIFE ONG lutte également contre la famine et la déforestation.

Les projets « Eau » de LIFE ONG

En 10 ans d'activité de LIFE ONG, 1500 projets d'ouverture d'accès à de l'eau potable et saine ont été mis en place dans 12 pays : Inde, Maroc, Burkina Fasso, Ethiopie, Bénin, Niger, Bengladesh, Cambodge, Indonésie, Mali, Cameroun, Togo, Côte d'Ivoire, Haïti, République centrafricaine. Plus précisément, les projets « Eau » de l'association humanitaire s'articulent autour de 4 engagements de terrain :

  • Construire des puits d'eau potable proches des habitants et accessibles à toute heure ;
  • Entretenir et rénover les puits pour maintenir l'accès local à l'eau potable ;
  • Construire des sanitaires offrant de la sécurité et de l'intimité à la population locale ;
  • Distribuer de l'eau dans des situations d'urgence humanitaire.

Pour lutter contre les ravages de la soif et de la consommation d'eau contaminée, LIFE propose de construire 2 types de puits en Afrique et en Asie :

  • 1 puits de village à pompe manuelle mécanique, creusé à 20 mètres et bénéficiant à 500 personnes, grâce à 2500 euros de dons ;
  • 1 puits de ville (château d'eau) à pompe électrique alimentée par des panneaux solaires, creusé à 60 mètres, avec une capacité de 5000 litres, bénéficiant à environ 1000 personnes, grâce à 9500 euros de dons.

Le déroulement de la construction d'un puits en Afrique par LIFE ONG

Comment s'organise concrètement la construction d'un puits en Afrique ? Avant tout, un diagnostic complet est effectué sur place par un expert de LIFE pour analyser précisément les besoins locaux. Il faut identifier le meilleur emplacement, pour qu'un maximum de personnes de la région puissent bénéficier du point d'eau potable et saine.

Les travaux peuvent alors commencer. Chaque puits peut être creusé à la main par des ouvriers qualifiés, ou foré mécaniquement. En parallèle, un comité de gestion de l'eau, composé de membres de la population locale, est mis en place afin de veiller à la protection et à l'entretien du point d'eau durablement. Une sensibilisation aux bonnes pratiques est alors effectuée auprès des usagers locaux. Enfin, a posteriori, un système d'audit est mis en place afin de s'assurer du bon état de fonctionnement du puits et de la qualité de l'eau.

L'expérience des donateurs qui financent la construction de puits en Afrique

Si LIFE ONG rencontre un tel succès, c'est aussi grâce à l'efficacité de sa politique de transparence et d'implication de ses donateurs. En effet, chaque donateur de LIFE est informé directement et en temps réel au sujet de la construction de puits en Afrique qu'il ou elle a financé. Les coordonnées GPS du point d'eau potable lui sont transmises, avec des photos et vidéos des travaux en cours jusqu'au jour de l'inauguration du puits. Lorsqu'un donateur finance entièrement un puits, son nom peut même y être gravé en souvenir de sa contribution.

Du point de vue du donateur, LIFE se distingue donc des associations classiques, où l'on ne sait pas toujours exactement où, ni comment son argent a été utilisé. Ce souci de transparence et de pragmatisme permet aux donateurs de savoir concrètement à quoi leur don a servi et de vivre en direct l'action menée, ce qui crée un plus grand sentiment de proximité avec les personnes aidées. Ce rapprochement réussi entre les donateurs et les populations soutenues explique en partie la réussite de LIFE ONG ces 10 dernières années, une association jeune mais déjà très expérimentée dans la construction de puits en Afrique et bien d'autres champs d'actions contre la soif, la famine et la déforestation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2021 à 19:15 :
longue expérience dans le domaine de la distribution et l'adduction de l'a.e.p et l'assainissement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :