Une nouvelle approche du SEO sur Google : comment l’IA change désormais la donne

 |   |  1336  mots
(Crédits : iStock)
Tout le monde le sait : miser sur le SEO apporte davantage de visibilité sur la page de résultats de Google. Désormais, c’est aussi le cas sur Youtube, sur la partie Voice Search, sur Google Maps ou encore pour les assistants maison, comme Alexa ou Google Home. En somme, sur tous les leviers présents sur la page de résultats naturels de Google.

Un tel renouveau s'explique par l'introduction dans l'approche de nouvelles méthodes issues de l'IA, mais également par une clientèle plus mature sur l'usage du digital, ayant donc un niveau d'exigence poussant à l'excellence.

Fabrice Alizon, Docteur de l'Ecole Centrale Paris, s'est positionné sur l'ensemble de ces leviers très rapidement, avec la création, en 2007, de l'Agence Pixalione et par le biais de publications régulières dans des presses universitaires de renommée mondiale, comme celles du MIT Press ou de Cambridge University Press, dans le domaine de l' « Information Retrieval », la discipline au cœur du référencement naturel.

Depuis 2011, Pixalione développe et enrichit un moteur de recherche inversé (basé sur une approche de « Reverse Engineering ») qui permet de comprendre plus finement la logique des moteurs de recherche et d'offrir ainsi des propositions d'actions concrètes très précises pour chaque mot-clé que les sociétés souhaitent optimiser dans les résultats de recherche naturels.

« Une recherche qui a permis à la France de rattraper son retard en matière de marketing digital, et plus précisément de SEO. »

Il est ainsi possible d'optimiser un site sur un ensemble de mots-clés contenus dans les demandes des utilisateurs formulées sur mobile, sur ordinateur desktop ou via une enceinte connectée type Google Home ou Alexa d'Amazon.

« Le SEO se transforme drastiquement, source d'énorme opportunité pour les PME et Grands Groupes français en 2020. »

Transformation de la page de résultats des moteurs de recherche

La page de résultats des moteurs de recherche s'est significativement enrichie ces dernières années, et de manière encore plus rapide ces derniers mois : alors que le moteur de recherche ne faisait figurer initialement que 10 résultats naturels, il s'est vite étoffé, présentant pour le SEO jusqu'à 20 résultats naturels avec les images, les vidéos (Youtube étant le deuxième moteur de recherche dépassant Facebook en octobre 2018), les FAQ, etc. C'est pourquoi il serait plus juste de parler aujourd'hui d'un ensemble de leviers SEO très variés, qui visent chacun, à leur manière, à répondre aux différentes attentes des Internautes.

La richesse des formats présents sur la page de résultats de Google est en effet impressionnante par rapport à ce qu'elle proposait à ses débuts. Pour autant, la philosophie inhérente à tous ces leviers est identique quel que soit le levier SEO.

Autrement dit, c'est tout type de format d'information que l'on vient désormais chercher sur Internet.  Et c'est précisément cette information, qu'on peut travailler et maîtriser avec les nouvelles méthodes d'intelligence artificielle. Pixalione développe ces approches en partenariat avec de nombreux établissements, écoles et universités réputés, tels que le CNRS, l'École Centrale Paris, l'ENPC ou encore l'Universitat Politècnica de València.

De nouveaux algorithmes Google encore plus pointus

Deux mises à jour récentes lancées par Google correspondent à des avancées technologiques significatives en intelligence artificielle : RankBrain en 2015 et BERT en 2018.

Google est maintenant capable de positionner les contenus en anticipant l'expérience des utilisateurs (UX). C'est le résultat d'un programme de machine learning lancé depuis au moins 2015, date de la mise à jour RankBrain, qui consiste à classer les contenus référencés en fonction de leur succès obtenu auprès des utilisateurs (cela peut être défini par de nombreux paramètres tels que le taux de clic, le taux de rebond, le taux de retour, etc.).

Deuxièmement, depuis BERT, acronyme de « Bidirectionnal Encoder Representations from Transformers », le moteur de recherche de Google est désormais capable de lire et d'analyser les contenus textuels comme aucun autre moteur de recherche dans le monde ne l'avait fait jusqu'à présent. Le progrès des systèmes d'encodage de texte (encoders) a permis aux équipes de chercheurs de Google de mettre au point une méthode pour analyser les mots vraiment dans leur contexte (en fait, l'encoder est bidirectionnel, c'est-à-dire qu'il analyse les mots à droite et à gauche dans la phrase, ce qui permet de donner une représentation du mot en tenant compte de la phrase entière).

L'IA associée au SEO

L'IA associée au SEO consiste en des algorithmes d'identification de mots-clés ou de génération de cocons sémantiques, qui sont des silos sémantiques dans lesquels se retrouvent toutes les facettes d'une thématique. Par exemple, pour « fond de teint », des thématiques comme « rouge à lèvre », « beauté », « visage », « fond de teint », « mascara », etc. peuvent être identifiées en automatique (chaque mot-clé nécessitant environ 100 millions de calculs !), pour être ensuite optimisées via le comblement du gap lexical de chacune, c'est-à-dire en identifiant les manquements des termes-clés indispensables pour obtenir un meilleur référencement.

L'importance de ces nouvelles méthodes d'optimisation tient notamment au fait qu'elles consistent à jouer le jeu des algorithmes du moteur de recherche de Google, alors que pendant longtemps, le SEO en France a consisté à « flouer » les moteurs de recherche. Les agences SEO qui se contentent encore de recourir à ce genre de pratique sont d'ailleurs très vulnérables aux mises à jour de Google car ces dernières consistent souvent à pénaliser ce type de méthode.

Or la réponse technologique et l'approche adoptées par l'agence SEO créée par Fabrice Alizon et son équipe tournée vers le consulting mais aussi la R&D, ont justement été pensées pour être en adéquation avec la philosophie de la recherche de l'information et non pour la contourner.

Vers une approche SEO multidimensionnelle ?

Pixalione a récemment développé Fractal SEO™, un algorithme d'optimisation multidimensionnelle des parties Sémantique, Voice Search et Vidéo. Fractal SEOTM est le fruit de plusieurs années de recherche au sein des Pixalione Labs. Il s'agit d'une véritable révolution dans l'approche du SEO car elle permet d'obtenir des résultats pérennes hors normes.

Cette approche est résolument scientifique : elle provient en effet de la combinaison d'une découverte du mathématicien russe Vladimir Levenshtein et de la classe d'objets mathématiques « Fractale » développée par le mathématicien franco-américain Benoît Mandelbrot. Pixalione avait déjà été la première au monde à automatiser la création d'un cocon sémantique SEO en 2008. Plus récemment (juin 2016), Elle avait renouvelé l'exploit avec la création de nouvelles pages dans le cocon. En étendant cette approche à la partie Voice Search (FAQ) et Vidéo (Youtube), elle arrive désormais à générer une fractale (d'où le nom Fractal SEOTM) qui peut être déployée sur l'ensemble du site. Cette approche nécessite environ 250 millions de calculs pour un mot-clé, ce qui illustre la complexité du modèle mais aussi l'étendue de ses performances.

L'intérêt d'une telle méthode est de pouvoir appréhender la multi-dimensionnalité des formats d'information évoquée précédemment et d'optimiser l'ensemble avec une approche vraiment unique au monde.

Entre l'évolution des technologies basées sur l'intelligence artificielle (et mises en œuvre par les sociétés développant des moteurs de recherche comme Google) et des comportements des utilisateurs du web, le SEO a un rôle toujours plus englobant et plus complet. La question est désormais de savoir si et quand les sociétés françaises et les marketeurs décideront d'emboîter le pas aux sociétés déjà positionnées sur l'intelligence artificielle des moteurs de recherche (principalement américaines et chinoises) et d'inscrire leur stratégie digitale dans le sens du progrès, en vue de rester compétitives.

L'Agence SEO Pixalione propose un audit SEO gratuit de leur site à toutes les sociétés voulant estimer les bénéfices d'une démarche globale d'optimisation en référencement naturel : un premier élément rationnel et concret pour initier sa réflexion et avancer dans sa stratégie, de manière pragmatique et efficace.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2019 à 11:25 :
"Google est maintenant capable de positionner les contenus en anticipant l'expérience des utilisateurs (UX"

Non, l'intelligence artificielle n'existant pas, la programmation informatique ne peut pas anticiper la pensée humaine, elle peut par contre, et elle le fait depuis longtemps, les médias bien avant elle d'ailleurs, l'influencer.

Le citoyen actuel stressé par une surcharge de travail sous payé et pas une seconde pour penser au final va aller bien souvent au plus facile, donc s'il voit un truc qui peut l’intéresser il va cliquer sur un choix proposé plutôt que d’approfondir le sujet en cherchant tout seul.

Si on ne nous vendait pas de la nourriture pas chère on la ferait nous mêmes. Le citoyen n'ayant pas le choix, on le fait à sa place, on anticipe rien.

Chimère technologique qu'il serait temps d'arrêter de diffuser à l'heure ou nos nouveaux mégas riches gaspillent des milliards dessus à savoir sur l'IA, sur la voiture autonome ou sur l'immortalité tandis que l'économie réelle s'écroule.
Réponse de le 11/12/2019 à 15:59 :
Les résultats naturels de Google s'améliorent en fonction du comportement des utilisateurs.
Pas besoin d'anticiper la pensée humaine pour savoir si un résultat proposé sera pertinent ou non pour l'utilisateur.
Aucune "chimère" donc, mais travaille et recherche ;).
Réponse de le 11/12/2019 à 18:23 :
La prétendue IA ne sert strictement à rien en SEO sauf si vous utilisez exactement les mêmes dataset mondiaux que Google et que vous avez aussi à chaque minute exactement les mêmes réglages que lui, parcouru les même chemins aléatoires, etc.
Bon courage !
Ce qu'il faut arriver à faire, c'est lire ce que fait Google et non pas chercher à le refaire, votre démarche ne tient pas debout une seconde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :