Vivendi condamné à New York sur sa communication financière

 |   |  247  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le groupe a été reconnu coupable de communication financière trompeuse. L'indemnisation potentielle pourrait atteindre 9,3 milliards de dollars. Jean-Marie Messier a été acquitté.

Le verdict est enfin tombé pour Vivendi. Au terme d'un procès en nom collectif ("class action") démarré le 5 octobre devant le tribunal du District sud de Manhattan, le conglomérat français a été reconnu coupable par un jury populaire des 57 chefs d'inculpation qui lui étaient reprochés. Vivendi était accusé par une partie de ses actionnaires d'avoir trompé les investisseurs sur sa communication financière entre octobre 2000 et août 2002. Egalement présent sur le banc des accusés, Jean-Marie Messier et Guillaume Hannezo, respectivement PDG et directeur financier à cette époque, ont été acquittés.

Selon le principal avocat des plaignants, Arthur Abbey, l'indemnisation potentielle pourrait atteindre 9,3 milliards de dollars si l'ensemble des actionnaires entame une procédure de réclamation. De son côté, Vivendi estime que le montant des dommages liés à ce verdict sera incertain "pour une période longue et indéterminée". Il dépendra notamment du nombre de réclamations valides déposées par les plaignants.

A Paris, Hervé Pisani, un avocat de Vivendi, a déclaré que la société était en "total désaccord" avec ce verdict et déclaré que le groupe français de médias allait faire appel. "Nous allons exercer toutes les voies de recours contre cette décision", a-t-il déclaré. "Ce qui est reconnu pour les individus, à savoir l'absence de faute, devrait être reconnu pour la société".

 Retrouvez plus d'informations dans La Tribune numérique du samedi 30 janvier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :