La loterie britannique dans les mains d'un fonds de pension canadien

 |  | 220 mots
Lecture 1 min.
(Crédits : Reuters)
Le groupe britannique Camelot, exploitant de la loterie nationale du Royaume-Uni, est finalement racheté par un fonds de pension canadien pour 389 millions de livres sterling (432 millions d'euros).

C'est finalement un fonds de pension canadien qui décroche l'opérateur de la loterie britannique Camelot pour 389 millions de livres sterling (432 millions d'euros). Il s'agit plus précisément du régime de retraite des enseignantes et enseignants de l'Ontario (OTTP en anglais), qui gère les cotisations et pensions des 284.000 enseignants actifs et retraités de cette province canadienne.

Les actionnaires (le confiseur Cadbury récemment racheté par le géant américain de l'alimentation Kraft Foods, la poste britannique Royal Mail, l'imprimeur De La Rue, le groupe japonais de services informatiques Fujitsu, et le groupe français Thales Electronics), décidés à vendre leurs parts depuis un an, ont indiqué que l'opération devrait être bouclée d'ici le 30 septembre après le feu vert des autorités britanniques.

Exploitant exclusif de la loterie nationale britannique ("National Lottery") depuis la création de celle-ci en 1994, Camelot a obtenu en 2009 le renouvellement de sa licence pour dix ans.

Un temps intéressée, la Française des Jeux avait finalement renoncé à déposer une offre, faute de synergies suffisantes à court terme. Les deux groupes sont des partenaires de longue date et avaient été à l'origine du lancement en 2004 de la loterie européenne Euro Millions. Des opérations communes seraient d'ailleurs, selon La Tribune du 17 mars, en préparation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :