Téléphonie mobile : les opérateurs en course pour la dernière licence

 |   |  303  mots
(Crédits : Reuters)
Le prix d'achat minimum pour chacun des deux blocs de fréquences mobiles de troisième génération encore disponibles a été fixé à 120 millions d'euros. Le ministère de l'Economie invite les candidats à se manifester avant le 11 mai.

Un arrêté publié ce jeudi au Journal Officiel signale que le ministère de l'Economie ouvre l'appel d'offres pour les deux blocs de fréquences mobiles de troisième génération encore disponibles dans la quatrième licence. Le prix de réserve a été fixé par la Commission des participations et des transferts (CPT) à 120 millions d'euros minimum pour chaque bloc de 5 mégahertz.

Rappelons que le troisième bloc, réservé à un nouvel entrant, a été attribué à l'opérateur Free (groupe Iliad) contre 240 millions d'euros.

Les candidats ont jusqu'au 11 mai pour déposer leur dossier de candidature et l'Arcep, l'Autorité de régulation des télécoms, fera connaître son choix  le 11 décembre au plus tard. Désireux, comme ses concurrents d'accroître sa capacité de réseau, Orange a confirmé ce jeudi à l'occasion de la publication de ses résultats annuels, qu'il comptait se porter candidat. lliad également, "mais pas à n'importe quel prix", avait précisé le tout nouvel entrant il y a un mois. Sans parler de SFR et Bouygues Télécom, qui seront très probablement candidats.

Mais pour être retenus, ils devront notamment offrir les meilleures conditions d'accueil à l'égard des opérateurs mobiles virtuels (MVNO) et leur permettre, dans les meilleures conditions économiques, d'augmenter leur autonomie commerciale et technique. Sans parler du prix, dont le montant sera également déterminant puisque ces lots seront attribués dans le cadre d'une procédure d'enchères à pli fermé à un tour.

Le ministère a précisé enfin que les licences donnant accès aux bandes 800 MHz et 2,6 GHz et permettant le déploiement des réseaux mobiles de quatrième génération à très haut débit (4G) seront quant à elles attribuées à la fin de cette année ou au début 2011.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :