En Algérie, une privatisation partielle de la télévision

 |   |  128  mots
Copyright Reuters
Le gouvernement algérien prépare une privatisation partielle de la télévision. Aucune chaîne privée n'existe pour le moment dans le pays.

Épargnée par les printemps arabes, l'Algérie veut-elle prouver une volonté de réforme sur le plan médiatique ? Le gouvernement a décidé de privatiser partiellement la télévision. Pour le moment, aucune chaîne privée n'existe en Algérie. La loi est en discussion devant le Parlement.

Une réforme similaire avait été évoquée dans les années 1990 mais jamais mise en oeuvre. L'ouverture au secteur privé sera limitée, le gouvernement voulant garder le contrôle. Deux acteurs se sont à ce jour déclarés interessés : Cevital, le deuxième groupe algérien par le chiffre d'affaires (agroalimentaire, automobile, sidérurgie...), qui détient le quotidien "La Liberté", et ETRHB (BTP, hydraulique, transports), également propriétaire du journal "Le Temps".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2011 à 11:34 :
y'a beaucoup plus que sa ! ya aussi le journal el WATAN le quotidien EL CHOUROUK
et le quotidien EL KHABAR qui veulent créer des chaines de télévision privée, j'ai cru comprendre qu'il y-aura 2chaines d'information en continu du style LCI BFM ITELE........
la route est longue mais la machine est en route .
a écrit le 30/09/2011 à 9:56 :
depuis 1962, l'Algérie a eu 8 chefs d'État, soit un de plus que ...la France. C'est vraiment un pays de relative démocratie avec aussi 80 journaux libres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :