"Steve Jobs a brisé tous les codes"

 |   |  396  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Entretien avec Laurent Laffont, directeur éditorial des Éditions JC Lattès qui publient la biographie autorisée de Jobs.

Les Éditions JC Lattès publient en France, le 2 novembre, la biographie de Steve Jobs. Quelle est l'histoire de ce livre ?

Steve Jobs a accepté l'idée d'une biographie en 2004, mais il a fallu attendre que l'auteur pressenti soit libre. Or il s'agit d'un écrivain de premier plan aux États-Unis : Walter Isaacson, président de l'institut Aspen, ancien directeur général de CNN et ancien rédacteur en chef de « Time », auteur de deux biographies remarquables sur Edison et Einstein. Le travail a commencé en 2009, et Steve Jobs a accordé à l'auteur près de quarante heures d'entretiens. Il lui a ouvert largement les portes de Cupertino, son carnet d'adresses et l'a encouragé surtout à aller interroger ses pires ennemis. Les règles du jeu étaient claires dès le départ : Jobs avait exigé que le livre paraisse après sa mort et indiqué qu'il ne relirait pas avant publication. Pour notre part, nous en avons acquis les droits en mars 2011.

Quelle est votre impression sur ce livre ?

C'est un ouvrage imposant, il compte près de 750 pages. Je viens de passer ces trois dernières semaines à le relire avec attention, et il contient un nombre incroyable d'informations et de détails sur la vie de Steve Jobs, mais aussi sur lui-même. C'était un personnage d'une extrême complexité, doté d'un caractère bien trempé, exigeant, parfois humiliant avec ses collaborateurs. D'ailleurs, chez Apple, on utilisait l'expression « to get Steved », lorsque l'on était viré par lui... En même temps, il était une sorte de gourou, avec un côté hypnotique sur les autres, réussissant à faire faire aux gens des choses qu'ils estimaient impossibles. C'est l'un des grands traits de sa personnalité qui m'a particulièrement frappé.

Quelle image de chef d'entreprise apparaît dans cette biographie ?

Ce qui m'impressionne le plus, c'est que c'est un homme qui a brisé tous les codes - il détestait les études de marché - répétait en permanence que la meilleure façon de faire comprendre un produit aux utilisateurs, c'était de le leur mettre entre les mains. Il parle aussi beaucoup de ses compétiteurs, de ses alter ego aux États-Unis comme Bill Gates ou d'autres. Ce livre est émouvant aussi, notamment lorsque Steve parle de sa conception de Dieu et de la religion, ou de sa famille et de ses proches.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2011 à 9:22 :
Pas un mot sur la biographie écrite par Daniel Ichbiah et que j'ai trouvé remarquable... Pourquoi ne privilégier que la bio officielle ?
a écrit le 08/10/2011 à 16:54 :
Nous avons tout de même en attendant la super bio écrite par Daniel Ichbiah, "Les 4 vies de Steve Jobs" que j'ai dévoré...
a écrit le 08/10/2011 à 14:27 :
iStone

Qui pour succéder à ce monstre sacré de l'informatique en liberté ?
Personne...
Je ne vous le fais pas dire... qui peut mieux faire ? Personne...
Je ne vous ai rien dit mais je vais tout vous dire...
J'ai entre les mains l'invention qui dispense de toutes les inventions...
Qui va réconcilier les fins que l'on vise et les moyens dont on dispose!
L'objet qui se moque de tous les objets ... l'appareil à nul autre pareil...
Je l'ai baptisé : l'I Stone... il fallait y songer... stone... le monde est stone!

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/10/istone/
a écrit le 08/10/2011 à 4:46 :
Dont celui de l'obsolescence programmée, la preuve !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :