Los Angeles veut offrir la fibre pour tous, avec ou sans Google

La plus grande ville de Californie va lancer un appel d’offres pour la construction d’un réseau à très haut débit qui devrait coûter entre 3 et 5 milliards de dollars pour raccorder ses 3,5 millions d’habitants et les entreprises. Google Fiber, à qui l’on prête des projets partout y compris en France, pourrait être pénalisé par son approche uniquement résidentielle à ce jour.
Delphine Cuny

4 mn

(Crédits : DR)

Après Kansas City, Austin et Provo, dans l'Utah, Google Fiber ira-t-il s'attaquer à la première ville de Californie, Los Angeles ? Le moteur de recherche installé à Mountain View a déjà déployé du WiFi dans sa ville mais renoncé à son projet à San Francisco. Or d'ici peu, la municipalité de Los Angeles va lancer un appel d'offres pour la construction d'un réseau à très haut débit en fibre optique devant raccorder ses 3,5 millions d'habitants ainsi que toutes les entreprises et les services publics, selon une information du site spécialisé Ars Technica.

Le conseil municipal vient d'adopter le projet à l'unanimité. La Cité des Anges estime entre 3 et 5 milliards de dollars le coût de construction de ce réseau que le gagnant de l'appel d'offres devra entièrement supporter.

Un accès Internet gratuit entre 2 et 5 Mégabits

S'il veut participer, Google « devra changer son modèle économique : Google Fiber ne déploie qu'en résidentiel et nous voulons équiper les entreprises. Ce serait un nouveau marché pour eux », prévient le responsable du bureau des technologies de la ville, Steve Reneker. Cependant, Google Fiber envisage de commercialiser « sous peu » une offre pour les PME, comme il est précisé sur son site officiel. En outre, le réseau de fibre optique de L.A. devra être entièrement ouvert et l'entreprise ayant déployé devra vendre l'accès en gros à d'autres opérateurs.

L'idée est de fournir un accès à Internet gratuit entre 2 et 5 mégabits par seconde, éventuellement subventionné par de la publicité, puis de proposer des abonnements payants en fonction du débit, jusqu'à 1 gigabit. La municipalité déplore que les prix de l'accès Internet pratiqués à L.A. soient plus élevés que dans d'autres villes.

Los Angeles est effectivement citée comme l'une des villes « payant cher pour un service Internet lent » (70 à 80 dollars pour du triple-play) dans une toute récente étude sur le coût de la connectivité en 2013 dans le monde réalisée par l'association New America Foundation, dont Eric Schmidt, le président de Google est l'actuel président du conseil (lire « The Cost of Connectivity 2013 »).

Emulation entre Google et les telcos

Même si ce ne sera pas un prérequis pour répondre à l'appel d'offres, les candidats devraient aussi fournir une ligne téléphonique et un accès TV, pour proposer du triple-play. A Kansas City, Google Fiber propose un accès de 1 à 5 Mégabits gratuit et du 1 Gigabit à 70 dollars ou 120 dollars avec l'accès à la télévision, mais pas de service de téléphonie.

Los Angeles ne cache pas qu'elle donnera sa préférence à un opérateur proposant en plus de l'hébergement en data center et un service de téléphonie mobile. De quoi favoriser les acteurs traditionnels des déploiements de réseau comme AT&T, Verizon, et dans une moindre mesure les câblo Time Warner Cable, Cox ou Charter. A moins que la ville joue la carte de l'émulation entre Google et les telcos.

A Austin, en avril dernier, Google venait à peine d'annoncer l'arrivée prochaine de la fibre dans la capitale du Texas qu'AT&T déclarait qu'il allait lui aussi déployer du très haut débit à 1 Gigabit. A Provo, Comcast a cassé ses prix juste avant l'ouverture du service de Google Fiber cet été.

La fibre de Google en France ?

En France, une rumeur a circulé sur un éventuel intérêt du géant de l'Internet américain à déployer de la fibre dans l'Hexagone il y a quelques semaines. Lors d'une audition devant la commission des affaires économiques à l'Assemblée nationale le 1er octobre dernier (regarder la vidéo à 1h36), la ministre déléguée à l'Économie numérique Fleur Pellerin avait en effet évoqué avoir discuté récemment avec « une grosse entreprise américaine, qui fait un moteur de recherche et déploie du très haut débit dans le Kansas, qui est en train de se demander si elle ne va pas proposer ce service dans tous les pays du monde. »

Cependant, Google Fiber reste expérimental et même aux Etats-Unis, les analystes ne croient pas un déploiement massif : selon les experts de Bernstein, qui estiment à 94 millions de dollars l'investissement à Kansas City, il en coûterait 11 milliards de dollars à Google pour avoir un semblant de couverture nationale, de l'ordre de 15% soit 20 millions de foyers américains. Et il n'est pas sûr que la France, un marché très concurrentiel aux prix déjà bas et plutôt bien équipé, apparaisse vraiment comme prioritaire depuis Mountain View.

Delphine Cuny

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 08/11/2013 à 7:08
Signaler
Quand toutes les grandes villes des USA seront fibrées, Paris aura probablement la chance d'apparaître dans le classement international des villes numériques juste après Oulan-Bator ? On ne peut pas dire que le volontarisme numérique est réellement ...

à écrit le 07/11/2013 à 21:37
Signaler
Ca tombe bien Alcatel est en train de transférer ses technologies sur la fibre optique au US, comme ça ils pourront nous la revendre .... Merci qui ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.