Google déploie sa fibre optique en Afrique aussi

Le géant de l’Internet donne le coup d’envoi de son projet « Link » qui a l’ambition de connecter des régions n’ayant pas encore accès au haut débit. La première ville choisie pour cette initiative est Kambala, la capitale de l’Ouganda.
Delphine Cuny

2 mn

Dans les rues de Kampala, la capitale de l'Ouganda, où Google déploie un réseau à très haut débit.
Dans les rues de Kampala, la capitale de l'Ouganda, où Google déploie un réseau à très haut débit. (Crédits : DR)

Pendant que certains fantasment sur une arrivée de Google Fiber en France, le géant américain de l'Internet donne le coup d'envoi de son ambitieux projet « Link » qui vise à connecter des régions de la planète n'ayant pas encore accès au haut débit, en particulier l'Afrique où seulement 16% de la population est connectée à Internet. La première ville choisie pour cette initiative est Kambala, la capitale de l'Ouganda, sélectionnée pour sa modernité et sa densité (1,6 million d'habitants et près de 3 millions en élargissant aux faubourgs). Google a commencé à y déployer un réseau en fibre optique - déjà une centaine de kilomètres dans le centre-ville - qu'il décrit comme « ultra-rapide, à la vitesse de la lumière » sans préciser le débit offert. L'objectif de la firme californienne est de « libérer le potentiel » de la ville, de ses habitants, de ses entreprises, de ses services publics (éducation, hôpitaux, etc).

>>> Le billet du blog officiel de Google Africa sur le lancement du Projet Link (en anglais)

 

Connecter le monde entier à Internet

A la différence de son initiative Google Fiber aux Etats-Unis, où il propose une connexion à 1 Gigabit par seconde directement aux résidents de Kansas City, Austin et Provo dans l'Utah, le groupe de Mountain View va vendre l'accès en gros aux fournisseurs d'accès à Internet et opérateurs mobiles locaux, qui devraient pouvoir multiplier par 100 les débits offerts à leurs clients. Les antennes-relais seront raccordées au réseau construit par Google qui va s'interconnecter aux lignes longue distance existantes et aux câbles sous-marins déployés jusqu'aux côtes africaines. Google n'est pas très disert sur les aspects financiers du projet (son coût, ses tarifs) et n'a pas à ce stade de projets dans d'autres villes. Le projet Link s'inscrit dans sa démarche plus générale, quasi messianique mais pas du tout désintéressée, d'augmenter le nombre d'internautes dans le monde donc de visiteurs à son moteur de recherche, à l'image de son projet un peu fou « Loon » de connecter les zones isolées du monde grâce à une flotte de ballons dérivant dans la stratosphère. « Connecter les cinq prochains milliards » d'habitants de la planète à Internet, comme le résume Eric Schmidt, le président exécutif de Google…

>>> Plus de détails sur le Projet Link de Google (site officiel en anglais)

Delphine Cuny

2 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 22/11/2013 à 14:19
Signaler
Il n'y aucune raison pour les Africains n'aient pas le droit non plus de se faire récupérer leurs données personnelles par la NSA en allant perdre leur temps sur des réseaux sociaux ou en allant voir des conneries sur YouYube !

à écrit le 22/11/2013 à 2:08
Signaler
Kampala et non kambala. Merci de rectifier le nom de la capitale bien à vous françis calgary

à écrit le 21/11/2013 à 20:32
Signaler
TYiens je découvre que la capitale de l'Ouganda s'appelle Kambala ! Merci la Tribune ! A lire le commentaire ci-dessous de certains beaux penseurs, je me dis que votre journaliste n'est certainement pas le seul à ne rien connaître à l'Afrique !

à écrit le 21/11/2013 à 16:05
Signaler
Magnifique publi reportage !

à écrit le 21/11/2013 à 14:24
Signaler
ils ont pas un projet pour apporté de l'eau et de la nourriture aussi ? je trouve ça dingue quand même que personne ne trouve ça choquant qu'une entreprise qui génère des milliards de dollars ce soucie uniquement d'apporté l'internet en Afrique.......

le 21/11/2013 à 14:40
Signaler
Je doute que les africains vont se "ruiner" avec un abonnement internet tandis qu'ils sont nombreux à disposer d'un téléphone mobile (sans ligne fixe) éventuellement connecté à internet. Ce qui pend au nez des américains mais surtout des français (cf...

le 21/11/2013 à 16:19
Signaler
Oui car bien sur, tout africain accédant à la technologie n'en verra qu'un usage, être malhonnête et tenter d'appâter un toubab en se faisant passer pour une femme sur un site de rencontre. Ah ces africains : De grands enfants. Au contraire, tout eur...

le 21/11/2013 à 17:16
Signaler
@AI La corruption n'est possible que par faiblesse d'esprit et les dirigeants africains sont par définition "africain". Nul ne doute que parmi la population africaine vit une élite, néanmoins ce n'est pas le cas de la majorité. Je regarde autour d...

le 21/11/2013 à 21:16
Signaler
Merçi @ Al.Cynic but you get the point!

le 21/11/2013 à 22:22
Signaler
Enlevez vos œillères, débarrassez-vous de vos préjugés : https://www.youtube.com/watch?v=aUsfs-ImUpU Si la charte du site le permettait, je pourrais vous donner, une bonne centaine de noms d'ingénieurs, avocats, médecins africains, qui vivent autou...

le 21/11/2013 à 22:29
Signaler
"Je doute que les africains vont se "ruiner" avec un abonnement internet ": il y a un milliard d'habitants en Afrique. Parler des africains en général, du Sénégal au Botswana et imputer à un milliard d'individus un comportement unique est juste stup...

le 21/11/2013 à 23:51
Signaler
A la vue des commentaires des sympathisants de SOS racisme, je pense que le secteur touristique français est en forte croissance grâce aux africains... En tant que français d'origine étrangère cela m'interroge!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.