Google mise 100 millions de dollars sur les start-ups d'Europe

Google Ventures, la filiale capital-risque du géant américain, annonce l'installation à Londres d'un fonds doté de 74 millions d'euros environ pour investir dans les jeunes pousses européennes.
Un soutien technique, ou encore des conseils en matière de recrutement, marketing, conception et gestion de produit devrait en outre être apporté aux jeunes pousses sélectionnées.
Un soutien "technique, ou encore des conseils en matière de recrutement, marketing, conception et gestion de produit" devrait en outre être apporté aux jeunes pousses sélectionnées. (Crédits : reuters.com)

"Nous pensons que les startups européennes ont un énorme potentiel. Nous avons vu de nouvelles entreprises captivantes émerger de lieux comme Londres, Paris, Berlin, les pays scandinaves et ailleurs". 

C'est ainsi que Bill Maris, responsable de Google Ventures, vante sur le blog anglophone du groupe américain le lancement ce jeudi d'un fonds doté de 100 millions de dollars (environ 74 millions d'euros) visant à financer des startups européennes. A titre d'exemple, il cite la plateforme musicale berlinoise SoundCloud, toujours dans la musique le site suédois Spotify, ou encore la startup finlandaise Supercell, spécialisée dans les jeux vidéos pour tablettes

Google Ventures a investi dans 225 entreprises, dont le site de réservations de chauffeurs privés Uber et Nest, société californienne spécialisée dans les objets connectés de la maison (thermostat, détecteur d'incendie), finalement rachetée par la maison-mère, Google en janvier dernier, pour 3,2 milliards de dollars.

Moins qu'Index Ventures

La somme allouée à ce nouveau projet est quatre fois inférieure à celle misée sur les jeunes pousses européennes par un autre fonds de capital-risque, Index Ventures, implanté à Londres, Genève et San Francisco, et qui a soutenu Moleskine ou Netvibes, souligne le Financial Times, mais aussi le français Criteo et tout récemment le site français de covoiturage BlaBlaCar qui vient de lever 100 millions de dollars.

Un soutien "technique ou encore des conseils en matière de recrutement, marketing, conception et gestion de produit" devrait en outre être apporté aux jeunes entreprises sélectionnées.

Investissements à Paris aussi

Dans ce domaine, Google propose déjà son aide à des startups du Vieux Continent. En France par exemple, il est présent chaque semaine au NUMA, un lieu dédié au numérique à Paris, où ses employés prodiguent gratuitement leurs conseils aux jeunes entrepreneurs. Au début de l'année, le groupe a annoncé qu'il compter allouer une enveloppe de 1 million d'euros aux startups franciliennes. 

Outre l'attrait pour des entreprises prometteuses, Google a de bonnes raisons de vouloir redorer son image en Europe. Les rapports entre la firme de Mountain View et Bruxelles mais aussi certaines autorités locales, de la concurrence ou de protection des données, ou des concurrents locaux ne sont pas toujours roses. Ainsi, récemment le fameux "droit à l'oubli" protégé par la justice européenne contraint-il le moteur de recherche à supprimer certaines pages de ses résultats de recherches. A cela s'ajoutent des litiges en matière de fiscalité...

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.