Chute d'audience, Dreamworks licencie 25% de son personnel

 |   |  328  mots
Le magazine spécialisé Variety souligne que les recettes du dessin animé Les pingouins de Madagascar sorti l'an dernier ont été en deçà des attentes.
Le magazine spécialisé Variety souligne que les recettes du dessin animé "Les pingouins de Madagascar" sorti l'an dernier ont été en deçà des attentes. (Crédits : Dreamworks)
Le studio d'animation va licencier 500 personnes, soit environ un quart de ses effectifs, et ralentir le rythme de sa production après les résultats décevants de précédents films.

Après avoir donné naissance à l'ogre vert "Shrek", Dreamworks n'est plus au sommet de sa forme. L'entreprise souligne, dans un communiqué publié jeudi 22 janvier, qu'elle "met en place un nouveau plan stratégique pour restructurer son activité centrale de films d'animations et s'assurer de la production rentable de films de haute qualité".

Dans le détail, le studio va licencier 500 personnes, soit un quart de son effectif que la presse spécialisée évalue entre 1.950 et 2.200 personnes. En outre, il va réduire sa production à deux films par an contre trois auparavant, pour "maximiser ses ressources et ses talents, réduire ses coûts et augmenter sa rentabilité".

Des films "pas à la hauteur de nos attente en terme d'audience"

En avril, le patron de Dreamworks, Jeffrey Katzenberg, avait déclaré lors d'une conférence d'analystes que "trois de nos quatre derniers films n'ont pas été à la hauteur des attentes en termes d'audience ou de performance financière". À l'époque, il s'agissait donc de trois films parmi : "Les Cinq Légendes", "Les Croods", "Turbo" et "M. Peabody et Sherman : Les Voyages dans le temps", sorti en février 2014.

En outre, le magazine spécialisé Variety souligne jeudi 22 janvier que les recettes du dessin animé "Les pingouins de Madagascar" sorti l'an dernier ont également été en deçà des attentes.

Six films pour relancer Dreamworks

Le prochain film du studio, "En route!", sortira le 27 mars. Et Dreamworks table sur six films sur les trois prochaines années : "Kung Fu Panda 3" (date de sortie prévue pour le 18 mars 2016 aux Etats-Unis), "Trolls" (4 novembre 2016), "Boss Baby" (13 janvier 2017), "Les Croods 2" (22 décembre 2017), "Larrikins" (16 février 2018) et "Dragons 3" (29 janvier 2018).

"Capitaine slip" sera quant à lui produit en dehors du studio "à un coût beaucoup moins élevé" que prévu, et devrait sortir aux Etats-Unis en 2017.

"Cette stratégie va permettre de produire de grands films, avec de meilleures performances en salles et une rentabilité accrue", a pourtant assuré, confiant, le directeur général Jeffrey Katzenberg.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/02/2015 à 18:10 :
Ce qui me tue le plus, c'est que DreamWorks a le potentiel et les compétences pour sortir des films à la hauteur d'un Pixar.
Malheureusement, l'entreprise joue sur de mauvais filons commerciaux (notamment : se rabattre sur des acteurs connus pour le doublage, être un bon acteur ne signifie pas toujours savoir faire un bon doublage, malheureusement), et surtout, licencier leurs effectifs à chaque flop ne me semble pas être très utile en termes de ressources humaines...
Vous me direz, ça fait toujours du monde en plus pour aller chez Pixar, Disney, Sony Animation et autres (parcqu'ils envoient du pâthé les infographistes 3D, animateurs 3D et les concept artistes de chez DW).

Pour moi, y'a également une part de la faute que je rabat sur les spectateurs. Parcque DW a pour vocation de faire des films d'animation ayant pour but de ratisser un public assez large. Or, de nos jours, trop de gens ne font pas la différence entre "dessin animé" et "cinéma d'animation", et du coup attribuent ces derniers à du divertissement pour enfants. Ce faisant, beaucoup d'enfant vont voir des films d'animation qu'ils ne comprennent pas et les adultes ne vont pas les voir parcque "c'est pour les enfants".

A mon souvenir, DW avait soulevé des problématiques bien plus délicates à exploiter que chez Disney ou Pixar. Je me rappelle très bien "How To Train Your Dragon" où le sujet du handicap est abordé (Toothless qui a l'aile rectrice de sa queue amputée et, à la fin, Harold qui a également sa jambe amputée) de manière à servir le film (Harold apprends à Toothless à voler avec sa prothèse et ce dernier doit apprendre à lui faire confiance).

Désolé du spoil, mais y'a le 2 qui est sorti depuis un bail maintenant...

Et c'est très étrange de dire cela, mais je souhaiterais presque que DW fasse de nouveau un flop. Cela pour la raison suivante : DW est côté en bourse, face à ses concurrents. Actuellement, la valeur d'une action DW est tellement basse que les investisseurs ne veulent même pas vendre car ils y perdraient. Mais si DW fait un succès avec un prochain film, la valeur des actions grimperais et les actionnaires se mettraient à tout vendre, de peur qu'un nouveau flop ne fasse à nouveau chuter la valeur de l'action. Et là ça serais la liquidation pure et simple de l'entreprise.
a écrit le 25/01/2015 à 5:07 :
Il devenait évident qu'au delà de l'effet nouveauté, le marché des films d'animation à la modélisation 3D low cost viendrait à saturation. Le téléspectateur en veut toujours pour son argent et à priori le cinéma d'animation 3D semble dépassé par le jeu vidéo proposant une expérience plus enrichissante.
a écrit le 23/01/2015 à 16:59 :
Du succès, les spectateur décideront....pas eux, même en avançant des brouettes de chiffres enthousiastes comme doivent le faire tous les hauts responsables..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :