L'appli "moncompteformation" plébiscitée par les ouvriers et les employés

 |   |  445  mots
En tête des 136.000 formations acceptées: le permis de conduire, le bilan de compétences, la création et reprise d'entreprise.
En tête des 136.000 formations acceptées: le permis de conduire, le bilan de compétences, la création et reprise d'entreprise. (Crédits : Reuters)
Près de trois mois après son lancement, l'application a été utilisée à 56% par des gens de diplôme inférieur ou égal au Bac et à 67% par des ouvriers et employés qui se forment en entreprise deux fois moins que les cadres. Le ministère du Travail voit dans ces chiffres "une démocratisation de la formation".

Lancée il y a moins de trois mois, l'application "mon compte formation" a déjà donné lieu à 136.000 dossiers acceptés, dont les deux tiers par des ouvriers et des employés selon le ministère du Travail qui y voit "une démocratisation de la formation".

Selon un bilan communiqué jeudi, l'application, dont l'objectif est de permettre à chacun de s'inscrire à une formation sans intermédiaire, a été téléchargée 967.000 fois depuis son lancement le 21 novembre.

Plus de cinq millions de visiteurs uniques ont été enregistrés sur le site Mon Compte Formation et l'appli CPF, soit un salarié sur quatre, selon le ministère.

"Les gens ont voulu d'abord savoir combien ils avaient en euros sur le CPF", explique l'entourage de la ministre Muriel Pénicaud.

Depuis un an, le CPF n'est plus alimenté en heures mais en euros. Le compte est crédité de 500 euros par an (800 pour les salariés non qualifiés) dans la limite de 5.000 euros (8.000). Le prochain versement interviendra en avril pour 2019.

"C'est la confirmation que ce passage en euros était une bonne mesure pour que les Français s'intéressent à la formation", alors que certains acteurs craignaient une perte de droits, juge-t-on.

Lire aussi : Le gouvernement mise sur une appli pour faire décoller la formation professionnelle

Plébiscitée par les ouvriers

En tête des 136.000 formations acceptées: le permis de conduire (14.000), le bilan de compétences (9.000), la création et reprise d'entreprise (5.000), les tests en anglais TOEIC (5.000) ou en informatique TOSA (4.000)...

Mais la "meilleure nouvelle" pour le ministère est que l'application a été utilisée à 56% par des gens de diplôme inférieur ou égal au Bac et à 67% par des ouvriers et employés qui se forment en entreprise deux fois moins que les cadres.

"C'est une démocratisation de l'accès à la formation", estime-t-on alors que l'une des craintes était que l'appli reste élitiste.

Le montant moyen pris sur le CPF est de 1.190 euros tandis que le reste à charge moyen pour l'individu est de 490 euros.

En moins de trois mois, la Caisse des dépôts (qui paye les organismes de formation) a déjà engagé 158 millions d'euros sur le milliard de financement prévu jusque fin 2019.

Le ministère estime que cela devrait suffire à la montée en charge prévue du dispositif: en mars l'appli sera accessible aux indépendants, en avril Pôle emploi pourra abonder le compte des chômeurs et en juin les entreprises, branches ou conseils régionaux pourront compléter le compte des salariés pour favoriser certaines compétences.

Lire aussi : Appli "moncompteformation" : voici un tutoriel pas à pas pour y voir plus clair

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2020 à 16:15 :
Avec le cpf on a créé un droit virtuel à la formation, au delà de 5% de salariés formés il n'y aura plus d'argent.
a écrit le 14/02/2020 à 15:58 :
"l'application "mon compte formation" a déjà donné lieu à 136.000 dossiers acceptés"
Combien de refusés et pour quelle raison ?


Selon l’Insee, la France compte 6,3 millions d’ouvriers
Réponse de le 14/02/2020 à 19:39 :
C'était mieux avant n'est ce pas , c'était les syndicats qui se mettaient plein les poches !
Réponse de le 14/02/2020 à 20:29 :
136 000 en trois mois, au bout d'un an ça fera peut-être quatre fois plus.
S'il y a eu 136 500 demande, ça fait 500 refus, vous pensez qu'il devrait y avoir eu 6 millions de demandes (saturation du service, genre DDOS (déni de service)) ? Peut-être voir l'ancienneté de chacun pour avoir assez de "points", disons euros (sais plus combien y a marqué sur ma feuille quand j'ai démissionné, pas encore à la retraite (2 ans) je pourrais peut-être choisir un truc : formation à la retraite, par ex :-) ). Les tout jeunes peuvent prétendre à une formation chère sans trop payer de leur poche ? Quelle est la pyramide des ages des 6,3 millions d'ouvriers ?
a écrit le 14/02/2020 à 15:54 :
"Et 67% par des ouvriers et employés qui se forment en entreprise deux fois moins que les cadres".

Normal, puisqu'il n'y a rien en entreprise pour eux et ce depuis les années 90 ou l'entreprise a décidé d'embaucher des diplômés directement sans passer par la case formation interne ( ce qui existait à l'époque ) d’où la stagnation depuis de cette population sans possibilité d'évolution et en voyant souvent le poste convoité leur passer sous le nez.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :