Bpifrance lance son "Deeptech Tour" dans toute la France

 |   |  647  mots
Cette tournée s'inscrit dans le cadre du Plan Deeptech mis en œuvre par Bpifrance depuis janvier dernier. Son objectif est de doubler, d'ici à cinq ans, le nombre de startups issues de la recherche académique.
Cette tournée s'inscrit dans le cadre du Plan Deeptech mis en œuvre par Bpifrance depuis janvier dernier. Son objectif est de doubler, d'ici à cinq ans, le nombre de startups issues de la recherche académique. (Crédits : Intel)
Dans le prolongement du "plan deeptech" lancé en début d'année, Bpifrance lance une tournée nationale passant par 20 campus universitaires français, pour créer des ponts entre le monde de l'entrepreneuriat et celui de la recherche. Première étape : Grenoble, ce jeudi.

Les chercheurs sont les nouvelles stars de l'entrepreneuriat. C'est pourquoi Bpifrance, fer de lance de la stratégie deeptech française, lance jeudi 19 septembre son premier "Deeptech Tour", une tournée nationale dans la plupart des campus universitaires français. L'objectif : "décloisonner le monde la recherche en rapprochant chaque grand campus de son écosystème d'entrepreneurs et d'investisseurs, qui se rencontrent trop peu aujourd'hui", explique Paul-François Fournier, le directeur de l'Innovation chez Bpifrance. Avec l'espoir de rapprocher des mondes diamétralement différents.

"Tous les chercheurs n'ont pas vocation à devenir entrepreneurs, et ce n'est pas ce qui est souhaitable non plus. Mais les unités de recherche sont la source des innovations de rupture. Et peut-être que ces rencontres permettront à des chercheurs de se rapprocher d'entrepreneurs et d'investisseurs, afin de trouver une application business à une formidable technologie qui resterait sinon dans un placard", ajoute-t-il.

Première étape à Grenoble, 20 campus en tout d'ici à fin 2020

Pour le lancement du "Deeptech Tour", Bpifrance a choisi Grenoble. Logique : la ville est le poumon incontestable de la deeptech française, grâce à la présence du CEA, de nombreux laboratoires de recherche (Inria, CNRS...) ou encore de l'excellence reconnue de l'Université de Grenoble. Le coup d'envoi est donné en présence de Paul-François Fournier et de Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. Le Deeptech Tour fera ensuite étape dans 20 campus universitaires français d'ici la fin 2020.

Chaque étape de la tournée se déroulera de la même façon : pendant une après-midi, des entrepreneurs et investisseurs locaux viendront rencontrer les chercheurs pour une discussion à bâtons rompus. Les Société d'Accélération du Transfert de Technologie (SATT) et les startups studios locaux seront conviés. Avec un mot d'ordre : être concret. Et un objectif : susciter des vocations.

"On veut mettre en avant des cas concrets de collaboration entre le monde académique et celui des startups, donner des outils aux chercheurs sur la création d'une startup, et leur montrer qu'un puissant écosystème de fonds d'investissement et d'aides de toute sorte existe pour les aider à sortir une innovation du laboratoire", détaille Paul-François Fournier.

Déjà 200 startups deeptech financées par Bpifrance en 2019

Cette tournée s'inscrit dans le cadre du Plan Deeptech mis en œuvre par Bpifrance depuis janvier dernier. Son objectif est de doubler, d'ici à cinq ans, le nombre de startups issues de la recherche académique. Il s'agit pour la France d'un enjeu stratégique et de souveraineté technologique. Pour Paul-François Fournier, le développement de la deeptech en France est "la deuxième étape de la fusée de la French Tech".

"Notre objectif est de faire avec la deeptech ce qu'on a fait depuis 2013 avec l'innovation numérique. En 2013, il n'y avait pas d'écosystème French Tech. L'État a créé des programmes d'accompagnement, des incitations, Bpifrance a injecté de l'argent dans l'écosystème, avec comme résultat une explosion du nombre de startups et la structuration d'un puissant écosystème privé de capital-risque. Aujourd'hui, il y a un enjeu de souveraineté et d'emploi autour des innovations de rupture. Donc on applique le même procédé. On crée des briques qui vont se mettre en place et développer un grand écosystème deeptech", décline Paul-François Fournier.

Le Plan Deeptech renforce ainsi l'accompagnement aux porteurs de projets deeptech, et mobilise les instruments de financement et d'investissement requis, notamment au sein du Programme d'investissements d'avenir (PIA) et du fonds pour l'innovation et l'industrie (F2I). D'après Bpifrance, plus de 200 startups deeptech ont bénéficié de financements depuis janvier 2019, à travers plusieurs outils dédiés (Bourses French Tech Emergence, Aides au développement deeptech, Concours i-Lab, etc.).

Lire aussi : Plan Deep tech : 800 millions d'euros d'aides nouvelles pour l'innovation de rupture

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :