Plan Deep tech : 800 millions d'euros d'aides nouvelles pour l'innovation de rupture

 |   |  1068  mots
Intelligence artificielle, nouveaux matériaux, informatique quantique, robotique, production et stockage de l'énergie, biotechnologies, nanotechnologies : face à l'essor de la deep tech, la France lance un plan doté de 800 millions d'euros d'aides nouvelles.
Intelligence artificielle, nouveaux matériaux, informatique quantique, robotique, production et stockage de l'énergie, biotechnologies, nanotechnologies : face à l'essor de la deep tech, la France lance un plan doté de 800 millions d'euros d'aides nouvelles. (Crédits : Pixabay (CC0 Creative Commons))
Bpifrance présente mercredi 30 janvier un vaste plan de soutien aux deep tech, ces startups issues de la recherche sur la base d'innovations de rupture. Avec deux objectifs : irriguer l'écosystème d'argent public pour combler les failles du marché et permettre aux startups de grandir, et stimuler l'innovation en renforçant les ponts entre le monde académique et celui de l'entrepreneuriat.

Dix ans après la révolution du smartphone qui a entraîné la digitalisation de l'ensemble de l'économie et de la société, la France bascule les deux pieds dans la deep tech. Bpifrance, vaisseau amiral de la politique d'innovation hexagonale, présente ce mercredi 30 janvier "Génération Deep tech", un plan massif doté de 800 millions d'euros sur cinq ans, pour "démultiplier" le soutien aux innovations de rupture.

"Nous arrivons à la fin d'un cycle où l'innovation a été tirée par les outils numériques dans le but de créer de nouveaux usages, pour entrer dans une nouvelle phase où ce sont les innovations de rupture, c'est-à-dire les nouvelles technologies de pointe, qui nous permettront de trouver des solutions face aux grands défis du XXIè siècle", constate Paul-François Fournier, le directeur général de Bpifrance.

Intelligence artificielle, nouveaux matériaux, informatique quantique, robotique, production et stockage de l'énergie, biotechnologies, nanotechnologies... Le développement rapide des technosciences, caractérisé par une multiplication de 5,5 des investissements deep tech dans le monde entre 2013 et 2017 (x3 pour l'Hexagone), représente une opportunité majeure pour la France et l'Europe, qui disposent de laboratoires et de chercheurs mondialement reconnus, d'entrepreneurs chevronnés et d'une industrie du capital-risque qui arrive à maturité.

"La deep tech peut permettre à la France et à l'Europe d'exister face aux Etats-Unis et à la Chine, car notre recherche fondamentale est puissante, poursuit Paul-François Fournier. Il faut donc créer les passerelles qu'il manque aujourd'hui entre les chercheurs, les entrepreneurs et les investisseurs".

800 millions d'euros d'aides nouvelles sur cinq ans

L'argent est évidemment le nerf de la guerre pour faire émerger de nouveaux projets et les aider à grandir. Avec 330 millions d'euros levés par les startups deep tech en 2017 pour 109 opérations, la France se situe actuellement au deuxième rang européen pour les investissements deep tech, derrière le Royaume-Uni.

Le Plan Deeptech veut au moins doubler la dynamique actuelle. Pour cela, Bpifrance va piloter l'ensemble des dispositifs d'aide déjà lancés et il va investir en plus 800 millions d'euros sur cinq ans. Au total, les dispositifs financiers de soutien à la deep tech, qui mélangent fléchage de l'existant et aides nouvelles, se divisent en trois catégories :

  • 550 millions d'euros sur cinq ans pour "favoriser l'émergence de projets"

Rien de nouveau ici, juste une clarification de l'existant. Cette enveloppe comprend le pilotage du programme national des Sociétés d'Accélération du transfert des technologies (SATT, 80 millions par an, 400 millions sur cinq ans), qui passe donc sous la coupelle de Bpifrance. A cette somme s'ajoutent 150 millions sur cinq ans pour accompagner la création d'incubateurs, d'accélérateurs et de startups studio deep tech dans les territoires, afin de mieux connecter les laboratoires et les entrepreneurs. Enfin, un partenariat stratégique a été signé avec l'Agence Nationale de la Recherche (ANR) fin 2018, pour "intensifier les échanges entre les mondes scientifiques et économiques". L'objectif : que les travaux de recherche de l'ANR aboutissent davantage vers des projets portés par des startups ou des industriels.

Lire aussi : La France prendra-t-elle le virage des « Deep Tech » ?

  • 800 millions d'euros sur cinq ans pour l'amorçage des startups deep tech

Là encore, cet argent provient de dispositifs déjà financés par ailleurs. Il s'agit en fait de 400 millions d'euros issus du Fonds pour l'Innovation et l'Industrie (FII), qu'on appelle aussi Fonds pour l'innovation de rupture et qui sera alimenté tous les ans par les dividendes des participations vendues de l'Etat dans certaines entreprises. L'autre moitié, 400 millions d'euros, provient du fonds French Tech Seed, lancé l'an dernier pour aider les startups deep tech dans la phase du pré-amorçage.

Lire aussi : Deep Tech : Bpifrance va gérer un nouveau fonds de 400 millions d'euros

  • 1,3 milliard d'euros sur cinq ans pour l'accélération des startups

C'est dans cette partie qu'on trouve les 800 millions d'euros de fonds "nouveaux", qui n'ont pas encore été annoncés et qui ne proviennent pas du fléchage d'aides existantes. Dans le détail, ces 1,3 milliard d'euros se divisent ainsi : un milliard d'euros en fonds de fonds dans l'écosystème du capital-risque français, dont 500 millions proviennent du FNA 2 géré par Bpifrance dans le cadre du PIA et 500 millions d'euros sur fonds propres. Il y a aussi 300 millions d'euros investis en direct par Bpifrance dans les startups deep tech. Cette enveloppe devrait permettre de doubler les investissements disponibles pour leur accélération.

"Pour l'investissement en fonds de fonds, la logique est exactement la même que ce qu'a fait Bpifrance depuis 2012 pour les startups du numérique. On avait identifié une faille de marché qui était le manque de fonds dans l'amorçage et on a donc injecté de l'argent pour lancer et structurer ce marché. Cela a créé une dynamique et permis au privé de prendre le relais et on espère la même chose pour la deep tech", décrit Paul-François Fournier.

Un référentiel commun pour la deep tech

Reste désormais à appliquer ce plan, et à orienter les bons dispositifs aux bons projets. Pour cela, Bpifrance lance aussi le premier référentiel de la deep tech, qui va être partagé à l'ensemble de l'écosystème. Sa mission : définir avec des critères précis les projets de rupture, donner un panorama complet de la filière et de ses enjeux.

Co-élaboré avec des acteurs de la deep tech (entrepreneurs, chercheurs, investisseurs), le référentiel établit un score pour chaque projet, en fonction de quatre critères : son lien avec le monde de la recherche ; sa capacité à lever des verrous technologiques ; les barrières à l'entrée qu'il créée dans son secteur ; un "go-to-market" long et complexe, donc capitalistique.

"Il faut un outil de référence pour l'ensemble de l'écosystème, pour que chacun sache clairement de quoi on parle, pour que ceux qui ont un projet trouvent des conseils, et pour que nos chargés d'affaires l'utilisent comme un outil d'aide à la décision", explique Paul-François Fournier.

Très pédagogique, le livret est parsemé de témoignages, d'études de cas précises et de guides pour faire face aux défis posés par un projet deep tech, comme la protection de la propriété intellectuelle, la répartition du capital ou encore l'adaptation de la technologie au marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2019 à 21:48 :
A l'Elysée à la mode Lrem ils sont dans les big tata et le data anal y tic !
a écrit le 30/01/2019 à 19:38 :
40€ pour la reprise d’un homme ou d’une femme politique.
a écrit le 30/01/2019 à 19:24 :
Super, nous allons pouvoir stoker de l'électricité en masse, avoir des moteurs à gravité zéro, faire du carburant avec les lisiers, traiter les déchets nucléaires par des lasers, supprimer les plastocs, soigner des tas de maladies chroniques, rendre inutile les guerres, n'est-ce pas?
a écrit le 30/01/2019 à 18:31 :
Guide des suramortissements :
SYMOP Syndicat des machines et technologies de production
https://www.symop.com/wp-content/uploads/2019/01/guide-pratique-du-suramortissement_190111.pdf
.....
Le suramortissement est aussi dédié aux utilitaires et TC, hydrogène, électrique, gaz naturel, ED95, bio-machins :
https://www.compta-online.com/vehicules-utilitaires-et-poids-lourds-dispositif-du-suramortissement-ao1230
Aussi pour les bateaux et navires digérant les mêmes ingrédients.
.....
Pour certains équipement frigorifiques, électriques et moteurs :
a écrit le 30/01/2019 à 18:30 :
Et si on commençait par nous donner les résultats des multiples plans, en terme financier et en terme d'emplois? Un énorme futur scandale ou des fonctionnaires jouent avec l'argent public sans l'ombre d'une compétence! Incapables de mettre à l'équilibre l'ONF, et cela joue avec la Tech?
Réponse de le 30/01/2019 à 19:41 :
Il faut payer et faire confiance. Ça fait partie du contrat de confiance entre l’Etat et la nation et il faut penser aussi aux valeurs. C’est important les valeurs.
a écrit le 30/01/2019 à 17:17 :
L'argent public coule à flot pour les happy few. Qui sont-ils? toujours les mêmes, les pistonnés. Comme dit Macron, cette période a des relents des années folles. Et quand la dette explose, cela devient la guerre, car le surendetté ou vaincu n'accepte pas de devenir esclave ainsi que toute sa famille.
a écrit le 30/01/2019 à 14:19 :
Alors dans combien et surtout quelles poches vont finir cet argent public saupoudré à droite à gauche et destiné à notre rayonnement international (et même interplanétaire ici) ?

Il va falloir fermer quelques maternités et mutualiser qq services de soins par contre les sans dents. Il n’y a pas d’autres solutions. C’est pour votre bien.

La croissance ? Elle se cherche avec les dents bien sûr ! Demandez à Carlos comment libérer toutes les énergies et entrer dans un monde merveilleux.
a écrit le 30/01/2019 à 13:36 :
Pourquoi c’est appelé : «  technologie de rupture «  ?

Rupture par rapport à quoi exactement ?

En 2003 , des fonds ....ont été cotisés par des millions de Français , par décret , ces fonds ont été fusionné avec d’autres fonds et de nombreux personnes ont été victimes de cet «  acte »( j’ai toutes les preuves de ce que j’affirme, c’est totalement injuste)

Le problème en France : c’est un manque de «  consentement »

Nous cotisons mais pourquoi ?
L’Etat fait ce qu’il veut, pendant que les populations sont spoliées de leur droit basique ( un droit fondamental qui a été touché)

Ce système d’entourloupe a été mis par le gvt ump.

Aggravé sous M. Hollande.

Moi je ne veux pas que l’argent publique sert à des apprentis boutonneux qui n’existe pas plus de 3 ans et avec des innovations bidons et complètement inutiles à la collectivité citoyennes.

Il faut responsabiliser la Tech par le mérite ( un crédit qu’il paye de leur sueur )leur fond et responsabiliser leur projet par des innovations «  utile » pour tous ...

La star up qui rate une innovation à le devoir de rembourser si c’est de l’argent publique.

Vous ne pouvez pas presser comme des citrons les non- protégés , les non privilégiés, pas les chouchous de l’état ,faire de l’anti- social pendant ce temps là débloquer des «  fonds gratuits et publique «  pour des projets qui ne servent à rien.
Réponse de le 31/01/2019 à 7:42 :
"projets qui ne servent à rien"
pouvez vous indiquer une ou des sources valables d'information pour éttayer votre propos?
a écrit le 30/01/2019 à 13:08 :
C'est une arnaque les deep tech, ça n'a qu'un seul effet : reduire massivement les couts en reduisant la masse salariale. Sur un plan macro(n) societal c'est une catastrophe, un seul ingé à san josé pourra traiter massivement simplement en formulant un type de probleme à une IA solutionner tous les problemes architecturaux de ce type dans un domaine donné. Je caricature plusieurs ingés mais les autres ne serviront plus à rien.
C'est la concurrence généralisée, le winner takes all d'une ampleur inégalée dans l'histoire de l'humanité.
Et en meme temps comme dirait l'autre on a pas le choix, c'est darwinien on est obligé de suivre ce qui ne nous empêchera pas de perdre la bataille final.

Je pari sur les US, ils ont tous les éléments, toutes les briques élémentaires grace à la structuration des savoirs jusqu'au moindre détail opérée par leur considérable complexe universitaro cognitif, no stones left unturned ! Electronique, mécanique, physique quantique, dynamique et controle commande des systèmes, ils vont tout ratatiner, ratiboiser !
Ils pourront répondre à tous les appels d'offre techniques en formulant les problemes dans la langue d'une ou plusieurs IA plus ou moins spécialisées qui expérimenteront, exploreront un nombre inhumain de possibilités architecturales offrant une solution systémique imbattable.
raflant les contrats à forte plus value, leur avance en matière de logistique acquise grace à amazon et les big datas sur les fournisseurs locaux rendront les intégrateurs locaux obsolètes, avec des solutions sous optimales de plusieurs générations en retard.

A massive game changer!
Game over !
a écrit le 30/01/2019 à 9:36 :
Encore un plan magnifique à l'instar du Plan Sarkozy sur le Cloud: pour mémoire 400 M€ qui n'ont servi à rien qu'à alimenter des société privées qui auraient de toute façon investies... sur leur bénéfices!
Bref, un cadeau pour transformer de l'argent public (nos impôts) en bénéfices privés (les soutiens de campagne).
a écrit le 30/01/2019 à 9:10 :
hollande a casse les reins des gens qui invetsissaient dans des start ups, alors son fils offre les bequilles..........
le pb, c'est pas les 800 millions, faut juste ouvrir les yeux, au lieu de faire l'autruche
Réponse de le 30/01/2019 à 20:29 :
@churchill
Toujours aussi comique ?
Sarkozy et la droite se sont souvenus des startups et du numérique juste avant les élections présidentielles, début 2012.
Pour la taxation des GAFA, c'est lié, Sarkozy, qui avait expliqué avoir résolu le problème des paradis fiscaux (liste noire), avait durant son mandat blingbling, parfaitement esquivé tous ces sujets.
La France a commencé sérieusement à se soucier des startups et du numérique après que Fleur Pellerin se soit invité au CES, en janvier 2014.
Quelques mois après la création de Label French Tech avec un première enveloppe de plus de 200 millions.
Utile de rendre à César ce qui lui appartient.
https://www.gouvernement.fr/action/la-french-tech-une-ambition-collective-pour-les-start-up-francaises
Heureusement qu'il y a des traces pour tous ceux qui ont une mémoire défectueuse.
a écrit le 30/01/2019 à 8:57 :
Encore de l'argent gaspillé .
Quand les idées et les techno sont bonnes pas besoin d'argent public ou de pseudo cooperation entreprises laboratoire.
Toutes ses structures, incubateurs ,SATT ne servent pas à grand chose et leur efficacité n'a jamais été demontré . Un tas de conseillers parasites tournent autour .
Un audit realisé par des gens independants le montrerait facilement . Mais existe t il des gens qui ont suffisament d'independance pour le denoncer ?
a écrit le 30/01/2019 à 8:32 :
"Intelligence artificielle, nouveaux matériaux, informatique quantique, robotique, production et stockage de l'énergie, biotechnologies, nanotechnologies... "

Ah enfin ! Et la nanotechnologie, bien plus passionnante que l'imposture artificielle bien trop à la mode des médias de masse, on en est où svp ? Et la recherche quantique ?

Voilà ma foi un domaine scientifique réellement productif dont on aimerait bien lire et entendre des découvertes.

L'intelligence artificielle est la plus récente et donc inaboutie de tous ces sujets de recherches que vous citez et pourtant c'est celui qui doit faire 90% des sujets des médias concernant la technologie. Pourquoi ?

LÀ aussi ce serait bien plus passionnant de savoir quelle est la raison de cette mode plutôt que de nous parler une énième fois de cette mode.
Réponse de le 30/01/2019 à 11:14 :
Vladimir Poutine :
qui maitrisera l'IA dominera le monde !

Donc ils essaient tous de dominer le monde...
Réponse de le 31/01/2019 à 10:09 :
Vu le niveau abyssalement bas de nos dirigeants ce n'est en effet pas à écarter maintenant j'ai bien peur aussi que cela s'accompagne d'un manque cruel d'imagination venant de leur part du fait justement de leur bêtise abyssale.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :