Corée du Nord : la Chine suspend ses importations de fer et de minerais

 |   |  475  mots
Le total des importations chinoises de Corée du Nord avaient déjà chuté de 13,4% en avril par rapport au mois précédent, à 99,3 millions de dollars, soit le niveau le plus bas depuis juin 2014.
Le total des importations chinoises de Corée du Nord avaient déjà chuté de 13,4% en avril par rapport au mois précédent, à 99,3 millions de dollars, soit le niveau le plus bas depuis juin 2014. (Crédits : ALY SONG)
Pékin met en application des sanctions décidées à l'ONU. Les importations chinoises en provenance de la Corée du Nord ont déjà reculé de près de 7% sur les cinq premiers mois de l'année.

La Chine prend à nouveau ses distances avec la Corée du Nord. Pékin a annoncé lundi 14 août la suspension de toutes ses importations de fer, de plomb, de minerais de ces deux métaux, de produits de la mer en provenance de Corée du Nord, en application des sanctions décidées à l'ONU.

A partir de mardi (15 août, NDLR), "toutes les importations de charbon, fer, minerai de fer, plomb, minerai de plomb, et d'animaux aquatiques et produits de la mer seront interdites",a indiqué le ministère chinois du Commerce dans un communiqué.

Pékin appelle "à la retenue"

Il s'agit "d'une mise en œuvre de la résolution onusienne 2371", a précisé le ministère chinois du Commerce. La Chine, membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, avait approuvé le 6 août une septième volée de sanctions économiques internationales contre la Corée du Nord.

Ce texte, riposte au tir par Pyongyang de missiles intercontinentaux, est censé priver Pyongyang d'un milliard de dollars de recettes annuelles, lui retirant ainsi une source cruciale de devises.

Mais le président américain Donald Trump avait néanmoins redouté que les sanctions aient un "effet limité", et il avait jugé jeudi dernier que la Chine devait "faire beaucoup plus" pour mettre la pression sur son turbulent voisin.

En retrait face à la récente escalade verbale entre les Etats-Unis et Pyongyang, Pékin a de son côté exhorté "à la retenue", et le ministère chinois des Affaires étrangères Wang Yi avait assuré que son pays appliquerait "à 100%" les nouvelles sanctions.

La Chine, destinataire l'an dernier de plus de 92% des exportations nord-coréennes, apporte un soutien économique et financier vital au régime.

Arrêt des importations de charbon en 2016

Les importations chinoises en provenance du pays ermite, ont reculé de près de 7% sur les cinq premiers mois de 2017, selon des chiffres des douanes chinoises, plombées par l'arrêt mi-février des achats de charbon nord-coréen.

Cette interruption, suite à de précédentes sanctions votées à l'ONU, faisaient déjà disparaître une source de revenus essentielle pour Pyongyang: en 2016, la Chine avait importé 22,5 millions de tonnes de charbon de son voisin, pour 1,19 milliard de dollars.

La Chine poursuivait cependant ses importations d'autres produits --dont notamment des poissons et crustacés (pour un total de 46,7 millions de dollars en juin), des minerais, du fer, de l'acier et des vêtements, selon les chiffres des douanes.

Le total des importations chinoises de Corée du Nord avaient déjà chuté de 13,4% en avril par rapport au mois précédent, à 99,3 millions de dollars, soit le niveau le plus bas depuis juin 2014.

Parallèlement à l'application de sanctions, Pékin prône une résolution "par le dialogue" du dossier nord-coréen, renvoyant volontiers dos à dos Washington et Pyongyang.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/08/2017 à 15:19 :
La duplicité de la Chine vis à vis de la Corée du Nord est inacceptable.
Il y'a longtemps que le royaume ermite aurait pu être neutralisé mais le voisin chinois a trop besoin de lui pour contrecarrer l'influence américaine dans cette zone du monde.
Personne n'oublie l'envoi de l'Armée populaire chinoise pendant la guerre de Corée dans les années 50 ...
On a pas fini de pleurer avec la Chine comme première puissance mondiale.
Réponse de le 15/08/2017 à 16:29 :
Vous avez tout bien dit : c'est ainsi
Réponse de le 15/08/2017 à 16:35 :
Il faut donc enfin !!!, frapper les sites politiques, économiques de cette corée du nord 365jours/365
a écrit le 14/08/2017 à 21:09 :
Tout ça c'est du pipeau, la Chine ne fera rien contre la Corée du Nord qui a le mérite d'être sous sa zone d'influence.
Réponse de le 15/08/2017 à 16:40 :
Exactement, qui peut croire la chine ? PERSONNE, et en rien.
a écrit le 14/08/2017 à 14:40 :
kim perd ses derniers soutiens ( hormis celui de certains sur le forum de la tribune, s'entend, car son regime paradisiaque au moins ' n'a rien d'ultraliberal', comme on dit au camp 14 et au camp 15)
le lancer de missiles n'est pas loin, c'est la reaction de toute bete traquee
a écrit le 14/08/2017 à 14:29 :
Depuis 2006 ( les premières sanctions) la Chine a multiplié par 10 EN VOLUME, ses exports vers son Amie, neutralisant toutes les sanctions.
a écrit le 14/08/2017 à 14:00 :
Ok vu ...Trump a piégé Pékin ....!
a écrit le 14/08/2017 à 12:46 :
Nettement !!!!!! insuffisant !!!!! LA CHINE L APPROVISIONNE A 1OO% EN PETROLE, ce qui paralyserait TOUT :
Réponse de le 14/08/2017 à 14:24 :
A quand un embargo total de la Chine en pétrole et carburant, sous pression internationale, sur son amie Dictature. Elle la fournit à 100% !!!!
Réponse de le 14/08/2017 à 16:31 :
Qu'AUCUN Pays ne lui fournisse rien A COMMENCER PAR PETROLE ET CARBURANTS, et ne lui achète Rien.
Réponse de le 14/08/2017 à 16:43 :
Sans pétrole pas d'armée.
a écrit le 14/08/2017 à 12:16 :
Les chinois sont rompus à l'exercice, il y a le discours officiel et la réalité.
Les échanges vont donc continuer de manière officieuse et la Chine en profitera pour payer encore moins cher leur camelote....
Qui va vraiment aller vérifier les flux à la frontière la frontière?????
Réponse de le 14/08/2017 à 18:25 :
Absolument d'accord, et de plusla chine n'est ni controlable, et ni digne !!! d'etre Crue !!!
Réponse de le 14/08/2017 à 18:38 :
Bien sùr ! mr Mougeon.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :