Rien ne va plus pour le fabricant du BlackBerry

 |   |  340  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le groupe canadien a annoncé jeudi le départ de son co-fondateur Jim Balsillie et un bénéfice annuel en fort recul en raison notamment d'une perte surprise au quatrième trimestre.

Le groupe canadien Research in Motion (RIM), fabricant du téléphone multifonctions BlackBerry, a vu son bénéfice net annuel divisé par trois à 1,16 milliard de dollars américains, contre 3,4 milliards un an plus tôt.

Au quatrième trimestre, le groupe de Waterloo, en Ontario, a essuyé une perte de 125 millions de dollars américains, ou 24 cents par action, une performance encore une fois bien en deçà des attentes du marché qui tablait sur un bénéfice de 81 cent par action.

Le chiffre d'affaires trimestriel s'est établi à 4,2 milliards de dollars, en baisse de 23% sur un an, sur la vente de 11,1 millions d'exemplaires de son téléphone multifonctions BlackBerry, soit 21% de moins qu'au trimestre précédent.

Les analystes pronostiquaient des ventes de 11,4 millions de téléphones BlackBerry au cours du dernier trimestre, pour un chiffre d'affaires d'environ 4,5 milliards de dollars.

Il s'agit du premier résultat trimestriel du groupe depuis l'arrivée à sa barre, fin janvier, de l'Allemand Thorsten Heins, en remplacement des deux fondateurs et co-PDG, Jim Balsillie et Mike Lazaridis, au terme d'une croisade lancée par d'importants actionnaires opposés à cette direction bicéphale.

Coup de tonnerre à la direction, Jim Balsillie, qui avait conservé un siège au conseil d'administration, a annoncé jeudi qu'il quittait complètement le groupe, ancien chouchou canadien des télécoms devenu aujourd'hui le mal-aimé des marchés.

RIM a souffert au cours des derniers mois du retard du lancement du BlackBerry 10, utilisant le nouveau système opérationnel QNX, et de l'échec commercial de la tablette PlayBook, arrivée en retard sur ses concurrentes et dont les ventes ont été décevantes au point de déboucher sur des braderies massives.

Le groupe canadien est malmené sur les marchés financiers depuis plus d'un an en raison de la compétition féroce de ses concurrents, notamment l'iPhone d'Apple et le système d'exploitation pour téléphones mobiles Android de Google, mais aussi à cause de problèmes techniques et de résultats décevants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2012 à 6:29 :
Faites vos jeux
a écrit le 30/03/2012 à 5:48 :
faites vos jeux . tu parles d"une manchette de fin de semaine!!! tout le monde s'en moque mais faut bien meubler..de quoi on va parler en France ce weekend ?
a écrit le 30/03/2012 à 5:16 :
"Rien ne va plus" ou "plus rien ne va"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :