Greyball, le logiciel secret d'Uber pour éviter la police

Uber, déjà montré du doigt dans plusieurs affaires ces derniers jours, a avoué vendredi l'existence d'un logiciel secret destiné notamment à éviter que ses chauffeurs ne soient contrôlés par les autorités.
Selon le New York Times, le logiciel est utilisé dans plusieurs pays. Accepté par le service juridique d'Uber, il soulève cependant des questions éthiques.
Selon le New York Times, le logiciel est utilisé dans plusieurs pays. Accepté par le service juridique d'Uber, il soulève cependant des questions éthiques. (Crédits : Reuters)

Voilà qui ne devrait pas arranger l'image abîmée d'Uber suite à la grogne de ses chauffeurs et aux frasques de son Pdg, Travis Kalanick. D'après le New York Times, la startup californienne a avoué qu'elle utilisait un logiciel secret, surnommé "Greyball", qui a pu lui permettre de contourner les réglementations que la société de services Voiture de transport avec chauffeur (VTC) jugeait hostiles à ses activités.

     | Lire. Travis Kalanick va-t-il conduire Uber à sa perte ?

Repérer les policiers dans les villes où Uber était interdit

Premier à avoir révélé l'information, le New York Times rapporte qu'Uber a utilisé, entre autres, des informations recueillies via son application pour identifier les représentants de la loi chargés prendre ses conducteurs en flagrant délit dans des villes où ses activités étaient interdites ou bridées.

Les courses commandées à proximité d'un bâtiment public pouvaient ainsi être ignorées par l'application Uber, voire même annulées, explique le quotidien new-yorkais. Le dispositif caché permettait à l'application de faire apparaître des véhicules fantômes ou de n'en faire apparaître aucun afin d'empêcher les policiers d'embarquer à bord des VTC.

Une porte-parole d'Uber a déclaré que le dispositif, baptisé Greyball, était encore utilisé, quoiqu'à moindre grande échelle.

Pour Uber, il s'agit de se protéger contre les concurrents malintentionnés

Selon un communiqué de service de réservation de voitures avec chauffeur, cet outil était utilisé dans les villes où il n'était pas interdit, et son objectif principal était de protéger les chauffeurs contre des concurrents malintentionnés utilisant leur smartphone pour les gêner, plutôt que pour réserver des courses réelles.

"Ce programme empêche les demandes d'utilisateurs frauduleux qui violent les termes de service, que ce soit des gens qui veulent s'en prendre physiquement aux chauffeurs, des concurrents voulant perturber nos opérations, ou des opposants qui s'allient aux autorités pour des opérations secrètes visant à piéger nos conducteurs", a indiqué un porte-parole d'Uber dans un courriel à l'AFP.

Uber a souligné que le logiciel était surtout utilisé dans des endroits où les chauffeurs craignaient pour leur sécurité, mais seulement "rarement" pour éviter d'avoir affaire aux forces de l'ordre.

Cartes et voitures fantômes pour les personnes indésirables

Selon le New York Times, le logiciel est utilisé dans plusieurs pays. Accepté par le service juridique d'Uber, il soulève cependant des questions éthiques.

Il fonctionne grâce aux données des utilisateurs: les personnes travaillant pour les autorités de régulation sont par exemple ciblées et voient leurs courses annulées. Le logiciel montre à ces personnes une fausse application sur leur smartphone, avec carte et fausses voitures fantômes en mouvement, selon le quotidien new-yorkais. Le logiciel met aussi hors limites certains bâtiments du gouvernement.

Une autre manière d'évincer les contrôleurs consiste aussi à vérifier que le numéro de carte bleue accolé à un client est bien lié à une carte personnelle, et non à un compte gouvernemental ou de la police, précise encore le New York Times.

Cette annonce intervient alors que Uber peine à contrôler les dégâts après des révélations sur la culture sexiste et violente qui régnerait au sein de l'entreprise. Et le patron fondateur du service Travis Kalanick a lui aussi été impliqué dans des polémiques. Il s'est excusé en début de semaine après avoir eu une altercation avec un chauffeur Uber, allant même jusqu'à avouer qu'il devait "devenir adulte" et qu'il avait besoin d'aide dans la gestion de son entreprise.

(Avec AFP et Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 06/03/2017 à 16:38
Signaler
UBER est montrée en exemple en expliquant que c'est une "startup" innovante, que c'est la solution à tous les maux de notre société. Mais qu'a fait son fondateur, Travis Kalanick? sinon que faire du transport sauvage concurrençant inégalement les tax...

à écrit le 05/03/2017 à 9:46
Signaler
Le transport individuel de voyageurs est une affaire de confiance, pas un service public. Il est parfaitement logique que le logiciel écrème la demande et filtre les demandes de service dangereuses pour la sécurité des chauffeurs et du marché. Tous ...

à écrit le 05/03/2017 à 2:00
Signaler
enfin une bonne idée : quand on sait que le flic fait plus de chomeurs et de pauvres que n'importe qui d'autres !!!!!

le 05/03/2017 à 16:59
Signaler
Vous êtes payé par uber? Vous ne vous sentez pas un peu seul avec vos commentaires qui soit dit en passant sont d'un cynisme affligeant!

le 06/03/2017 à 2:03
Signaler
je n'ai aucun lien avec Uber : je suis simplement totalement scandalisé que des gendarmes militaires qui devrait être porteur d'une morale puisse en avoir aussi peu : et je ne suis pas le seul à faire ce constat affligeant !!!!

le 06/03/2017 à 13:34
Signaler
votre commentaire n'est pas clair : vous parlez de "flic" puis de gendarmes militaires.....faudrait savoir et en plus, je ne vois pas le rapport avec l'article...

le 07/03/2017 à 7:08
Signaler
les flics c'est à dire les policiers (mais pour eux la morale, ils s'en foutent car un policier, cela fait belle lurette que la morale est un mot qui leur est étranger) et les gendarmes qui sont des militaires : pour eux la morale se doit d'être leur...

à écrit le 04/03/2017 à 18:16
Signaler
travail au noir, abus en tout genre, insécurité, fraude sociale, fraude fiscale, fraude tout court... non vraiment c'est fabuleux l'économie du partage...

le 06/03/2017 à 12:06
Signaler
Vous généralisez un peu... - tout est payé par carte de crédit: pas de travail au noir, contrairement aux taxis qui ont souvent "la machine qui ne marche pas" - abus de tous genre: de quel abus parlez vous? j'ai été plutôt content de la qualité de...

à écrit le 04/03/2017 à 17:33
Signaler
Uber, une valorisation à 70 milliards de dollars qui va partir en fumée. Le début de l'explosion d'une bulle dans le domaine des "applications", dont beaucoup sont conscients, mais tellement effrayés par cette explosion que la méthode Coué reste la s...

à écrit le 04/03/2017 à 12:43
Signaler
Aux milliardaires on leur laisse tout faire.

le 05/03/2017 à 2:01
Signaler
il est vrai que le pauvre créé tellement d'emplois !!!

le 06/03/2017 à 13:45
Signaler
L'emploi justifie l'esclavage selon vous, je le note même si je le savais déjà. Mais nous ne sommes pas tous obsédés par soit être dominant soit être dominé vous savez... Mon pauvre vieux que votre karma est triste, vous devriez sortir et ren...

à écrit le 04/03/2017 à 12:02
Signaler
Je suis contre l'uberisation de notre société !!! BOYCOTT total et sans conditions de ces boites qui veulent la fin du salariat. Oui, ils sont moins chers, mais ne voyez pas que par le petit bout de la lorgnette, pensez à nos retraites et à notre séc...

le 05/03/2017 à 2:01
Signaler
le salariat c'est celui qui vit au dépens des autres !!!

le 07/03/2017 à 7:18
Signaler
ma retraite , je n'attends pas que vous me la fassiez : je l'a fait moi-même !!!! et ma sécurité sociale, pareil je me soigne moi-même : ah, au fait je vais très bien !!!!!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.