Inégalités liées au numérique : associations et entreprises se mobilisent

 |   |  1076  mots
(Crédits : Charles Platiau)
Pour éviter que les nouveaux usages numériques renforcent les inégalités, des acteurs politiques, des écoles, comme Simplon.co, et des associations, à l'instar d'Emmaüs Connect ou de la Croix-Rouge, lancent des formations à destination des populations en difficulté.

Si les Français utilisent de plus en plus les outils digitaux pour communiquer, se loger, étudier, travailler ou se soigner, nombre d'entre eux éprouvent, aujourd'hui, des difficultés à les utiliser ou à se les approprier. Pour éviter que la situation ne s'aggrave, plusieurs acteurs du monde associatif et économique se mobilisent. Parmi eux, on trouve Simplon.co, l'école de développeurs informatiques basée à Montreuil, qui aide les populations défavorisées à se former aux outils digitaux pour trouver du travail (lire dans La Tribune du 12 octobre le portrait de Frédéric Bardeau). Mais aussi Emmaüs Connect, qui s'est, ces dernières années, imposé comme un pilier de la lutte contre l'exclusion numérique. L'association, qui existe depuis 2013, a développé un programme d'insertion numérique. Baptisée « Connexions solidaires », cette structure permet, avec l'aide de salariés et de volontaires, de cerner les difficultés numériques spécifiques d'un individu, puis de l'orienter vers la structure d'action sociale la plus adaptée.

« Nos diagnostics permettent d'éviter les erreurs comme proposer un cours d'informatique à une personne complètement isolée, qui ira deux fois puis arrêtera, expliquait à La Tribune il y a un peu plus d'un an Margault Phelip, la directrice adjointe d'Emmaüs Connect. De même, certains savent utiliser Internet pour aller sur les réseaux sociaux, mais ils sont complètement perdus quand il s'agit d'accéder au droit, de faire des démarches administratives ou de rechercher un emploi. » SDF, « grands exclus », personnes âgées en précarité, familles en difficulté, travailleurs pauvres, demandeurs d'emploi, jeunes en réinsertion sont autant de publics auxquels l'association s'adresse en priorité. Et ce, dans un monde où l'« usage d'Internet devient une obligation », affirme-t-elle sur son site Web.

La Croix-Rouge épaule les handicapés

La Croix-Rouge non plus n'est pas en reste. L'association d'aide humanitaire se mobilise par exemple, depuis quelques années, en faveur de la Communication améliorée et alternative (CAA). Grâce à des tablettes tactiles et des logiciels spécialisés, elle permet à des personnes qui ne peuvent parler correctement - ou pas du tout - de retrouver, avec le numérique, un moyen de s'exprimer. La Croix-Rouge a ainsi lancé cette démarche dans ses établissements et services accompagnant des personnes handicapées.

Dans un autre registre, la ville de Montrouge, main dans la main avec la Fondation STMicroelectronics, Montrouge Habitat, Acadomia, le Secours populaire ou encore Initiative Emploi, propose, depuis deux ans, des ateliers d'initiation à l'informatique. Chaque partenaire met ici à disposition du matériel, des locaux, ce qui permet à quiconque de bénéficier de formations gratuites (« Découverte des outils informatiques », « Internet et messagerie » ou « Bureautique »).

Google forme les demandeurs d'emploi

Les géants du Net, eux aussi, mettent en oeuvre à leur manière des politiques d'inclusion numérique. C'est notamment le cas de Google, qui, depuis six ans, a formé plus de 200 000 professionnels, demandeurs d'emploi et étudiants aux outils digitaux en France (voir La Tribune du 14 septembre). Le groupe de Mountain View mise aujourd'hui sur des espaces physiques, ou « ateliers numériques », dans l'Hexagone pour étoffer son offre. Début juin, il a ouvert un centre de 200 mètres carrés à Rennes, lequel se veut « un espace d'apprentissage et d'échange », a déclaré Sébastien Missoffe, le directeur général de Google France. Pour le géant américain, l'initiative vise, notamment, à promouvoir ses solutions et logiciels, et ainsi doper son nombre d'utilisateurs. En parallèle, l'initiative constitue une opportunité, notamment pour les PME françaises, encore peu rompues aux usages digitaux.

Ce que ces actions mettent en lumière, c'est que le numérique constitue un puissant levier pour rompre l'isolement de certaines populations lorsqu'il s'inscrit dans une politique de développement économique et social au sens large. À ce sujet, nombre d'usages qui se sont développés ces dernières années en Afrique en constituent une bonne illustration.

Dans une tribune publiée en mai dernier dans Le Monde (« Et si l'Afrique réussissait, avec le numérique, à inventer une économie inclusive et durable ? »), Rémy Rioux, le directeur de l'Agence française de développement (AFD), en témoigne. Selon lui, la percée du mobile a permis « une révolution des usages ». « La montée en puissance de l'Afrique s'est accompagnée de l'émergence de startups qui proposent de nouveaux modes d'utilisation du numérique parfois sous-investis voire inconnus en Europe, affirme-t-il.

L'exemple le plus emblématique est celui du mobile banking : 12 % de la population au sud du Sahara détient un compte bancaire sur son mobile, quand cela ne dépasse pas 2 % de la population dans le reste du monde. »

L'inclusion numérique pour faire des affaires

Résultat : « Les startups africaines investissent la fintech et vont explorer de nouveaux services de microcrédit-assurance et de transfert d'argent. Elles s'adaptent également aux besoins du continent avec, par exemple, des applications qui proposent des systèmes d'information de marchés agricoles. D'autres innovations permettent de faciliter la vie quotidienne des citoyens. Au Ghana, Accra Mobility a permis en quelques semaines de produire une carte inédite des "trotros", ces taxis collectifs qui transportent quotidiennement la majorité des habitants de la capitale, grâce à la carte libre d'Open Street Map. » L'opérateur historique Orange, très présent en Afrique, ne renierait pas ces propos. Pour ses dirigeants, le numérique constitue une opportunité de résoudre certaines difficultés rencontrées sur le continent africain. Au printemps 2017, Bruno Metling, ex-patron d'Orange Afrique, expliquait à La Tribune que le groupe avait une jolie carte à jouer... dans l'énergie ! « En Afrique, très peu d'industriels ont jusqu'à présent songé à déployer un réseau électrique dans les zones très rurales, affirmait-il. Mais aujourd'hui, pour 50 ou 200 dollars, on peut acheter un kit comprenant des panneaux solaires et une batterie. Cela permet d'alimenter une ou deux lampes, voire un téléviseur et un réfrigérateur, mais aussi de recharger des téléphones. Or les gens dépensent parfois plus d'argent pour recharger leur mobile que pour passer leurs coups de fil. Nous avons donc un intérêt économique à nous engager dans cette voie. » L'inclusion numérique et sociale n'est, forcément, jamais aussi puissante que lorsqu'elle est perçue comme un moyen de faire des affaires. Et de générer, en conséquence, des espèces sonnantes et trébuchantes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2018 à 15:23 :
Plus le néolibéralisme gangrène le système et plus il y a de victimes laissées sur le bord de la route, peut-être salvateur pour elles d'ailleurs.
a écrit le 01/11/2018 à 19:49 :
"lancent des formations à destination des populations en difficulté".

C'est quand même incroyable que l'on finisse par obliger les gens à utiliser un ordinateur et tout ce qui va avec.Tout ça pour retrouver ces données sur des serveurs US. A-t-on encore le droit d'être réfractaire à ces outils dans ce pays ?
a écrit le 01/11/2018 à 18:44 :
Je vais parfois devant chez Mc Do, pour relever mes mails ... nous les bouseux de la campagne, nous sommes oubliés. Le tout sous Linux, c'est gratuit.
a écrit le 01/11/2018 à 12:08 :
Certes la problématique est réelle mais je pense qu’elle est sous- estimée par tous les décideurs car les personnes en précarité souvent ont d’autres blocages qui les empêchent de passer à l’action ( et d’apprendre ... d’où augmentation de violence )et l’impact de l’utilisation des outils sera progressive sur le temps
C’est du travail d’évolution sur les populations en précarité
de longue haleine ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :