HP renonce à se séparer de sa division d'ordinateurs personnels

 |   |  325  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
HP est numéro un mondial sur le marché des ordinateurs, et l'activité des "systèmes personnels" a réalisé 40,1 milliards de dollars de chiffre d'affaires lors de son dernier exercice, pour un bénéfice d'exploitation de 2 milliards de dollars.

Le groupe informatique Hewlett-Packard, qui avait indiqué en août qu'il envisageait de se séparer de sa division d'ordinateurs personnels, a annoncé jeudi qu'il renonçait à cette perspective.

Le groupe "a terminé son évaluation des alternatives stratégiques" pour cette division et "a décidé que l'unité resterait partie intégrante de la compagnie", a souligné HP dans un communiqué.

Le groupe californien a souligné que cette décision avait été prise en raison de la "profonde intégration" de l'activité ordinateurs avec l'ensemble du groupe, notamment du point de vue des approvisionnements, et du fait que les ordinateurs contribuent à "la valeur globale de la marque".

De surcroît, les coûts qu'aurait nécessité une scission "dépassent tout bénéfice" éventuel.

HP est numéro un mondial sur le marché des ordinateurs, et l'activité des "systèmes personnels" a réalisé 40,1 milliards de dollars de chiffre d'affaires lors de son dernier exercice, pour un bénéfice d'exploitation de 2 milliards de dollars.

Des analystes cités au début du mois par le Wall Street Journal avaient estimé qu'une scission pourrait réduire le pouvoir de négociation de HP avec ses fournisseurs de composants, "compliquer la chaîne logistique et réduire les marges sur certains produits".

La décision a été prise un peu plus d'un mois après un changement à la tête de HP: Meg Whitman a été nommée directrice générale le 22 septembre, moins de 11 mois après l'arrivée aux commandes du précédent directeur général Léo Apotheker, de plus en plus critiqué depuis l'annonce en août d'un virage stratégique inattendu, y compris la mise à l'étude de la scission de l'activité PC.

Une autre décision prise sous la houlette de M. Apotheker est en revanche devenue réalité au début du mois: HP a finalisé l'acquisition onéreuse de l'éditeur de logiciels Autonomy.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2011 à 9:18 :
Très content à titre personnel de la nouvelle. En 8 ans j'en suis à mon troisième HP : que des satisfactions, tant pour la machine que pour l'environnement constructeur qui l'accompagne.
Réponse de le 28/10/2011 à 12:22 :
Pour ma part, plus jamais HP. !
Non pas les ordinateurs, mais les imprimantes jet d'encre, dont les cartouches sont munies de puces électroniques destinées à rendre la machine inactive au bout d'un certain temps même si les cartouches sont encore pleine d'une encre parfaite, dans le seul but de vous forcer à racheter des cartouches.

Comme le dit M Delattre ci-dessous, la division est une véritable pépite pour HP, mais le modèle économique est scandale écologique.
Réponse de le 29/10/2011 à 16:54 :
c'est pareille avec toute les imprimantes!
sa me fait le cout aussi avec les epson
a écrit le 28/10/2011 à 9:10 :
Choix judicieux, je dirais plutôt.Outre le fait que la division hardware pc représente une activité conséquente (et surtout rentable) de HP, celle ci est à coupler avec l'activité impression, véritable pépite du groupe.La force de l'offre de HP tient dans cette complémentarité qui lui donne un poids critique dans le secteur.
Également la scission, par le retrait de la marque sur le marché grand public, aurait eu certainement impacté l'image de la firme.
a écrit le 28/10/2011 à 6:50 :
Dommage, cette décision courageuse reflétait la réalité d'un marché en pleine mutatation ! (cf. http://www.ideas4tomorrow.eu/2011/08/google-et-hp-les-deux-faces-dune-meme.html )

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :