IBM prévoit de supprimer 14% de ses effectifs en France

 |   |  220  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le groupe d'informatique pourrait présenter un plan de restructuration au Comité central d'entreprise prévu mercredi 24 avril. Entre 1.200 et 1.400 postes pourraient être supprimer, probablement via un plan de départs volontaires.

IBM pourrait présenter mercredi prochain un plan de restructuration de ses effectifs en France. D'après les syndicats, près de 14% des postes dans l'Hexagone seraient menacés. "La direction a la volonté de supprimer entre 1.200 et 1.400 emplois directs sur deux ans", a affirmé à l'AFP Gérard Chameau, délégué central CFDT d'IBM, qui compte plus de 9 700 salariés dans l'Hexagone. L'Unsa, représenté par Pierry Ploquet a dénoncé un mouvement de perte d'emploi continu au sein de la filiale française du groupe américain: "on perd environ 500 personnes par an. Il y a quinze ans, nous étions 26 000". 

De son côté, le délégué de la CFE-CGC, deuxième syndicat d'IBM France, s'est interrogé sur comment IBM "pourra fonctionner avec autant d'emplois en moins". Il a toutefois relevé que le plan pourrait être biennal, et que si les suppressions étaient réparties de façon équilibrées entre 2013 et 2014, cela éviterait de passer par un plan social. Un plan de départs volontaires et la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) serait alors privilégié.

Si IBM a connu une année 2012 en demi-teinte avec un chiffre d'affaires en baisse de 2% à 104,5 milliards de dollars, son résultat opérationnel n'en est pas moins ressorti en hausse de 8% à 17,6 milliards de dollars.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2013 à 14:53 :
Quand tout le monde sera parti et cela va venir très vite il ne nous restera que des miettes aussi c'est pas glorieux de rester dans la situation ou nous sommes et que devrons nous serrer la ceinture mais la on risque de perdre aussi son pantalon;
a écrit le 19/04/2013 à 14:04 :
HP fait des plans de licenciements tous les 2-3 ans et en a un dans le pipeline, Texas Instrument ferme son site de Villeneuve Loubet et laisse 517 cadres informaticiens spécialistes des puces pour smartphone sur le carreau, IBM réduit ses effectifs de 14% en France,... tout ça, sans compter les sous-traitants qui bossent chez HP/IBM/Texas et qui se retrouvent sans mission... la DARES annonce 36000 informaticiens au chômage, et souligne que le secteur informatique est victime de la crise mais c'est pas grave... le Syntec numérique continue d'affirmer que le secteur est victime d'une pénurie d'informaticiens et Xavier Niel de nous affirmer que pour chaque informaticien, il y a 30 jobs disponibles. N'importe quoi. Non, mais allo quoi!?
Réponse de le 19/04/2013 à 15:29 :
chacun ses chiffres :-)
36000 informaticiens au chômage , oui mais ce sont des vieux ( plus de 35 ans ) qui veulent être payés correctement.
30 jobs disponibles ? oui pour des petits jeunes débutants , payés le le moins possible.
donc le choix est simple , soit délocalisation + immigrations pour avoir des jeunes peu payés , soit protectionnisme ( ah non, ça c'est mal ) ..
Réponse de le 19/04/2013 à 15:52 :
C'est ça l'informatique en France: des carrières de sportifs (vieux à 35 ans!) payés 3 francs 6 sous -
a écrit le 19/04/2013 à 11:41 :
Un très gros client d'IBM est l'état français sous toutes ses formes : administrations, établissements publics, etc. Cet annonce confirme que l'état diminue les investissements informatiques, grands alliés de la productivité administrative mais aussi grands ennemis de l'emploi des fonctionnaires.
a écrit le 19/04/2013 à 10:36 :
la France est devenue un repoussoir à entreprises . restera que les palaces de paris et du bord de mer pour les riches musulmans ( revanche ) les africains , les oligarques russes et les chinois qui arrivent . cette déconfiture va relancer le gaz de schiste afin de limiter notre faiblesse ( abandonnée depuis longtemps ) industrielle d'une part et notre dépendance à tout le reste d'autre part .
a écrit le 19/04/2013 à 9:32 :
1200 personnes sur 2 ans, cela fait 50 personnes par mois en moyenne, ce qui pour une société de 9 700 salariés doit être pratiquement la moyenne de turn over classique des SSII française. 600 personnes sur 9700, cela correspond à un turn over de 6%. Certaines SSII françaises sont à 15% ou 20% !!!
Réponse de le 19/04/2013 à 12:16 :
On ne peut pas comparer IBM à une SSII, à la rigueur son activité services Global Services. Le turn over des SSII est du au remplacement d'informaticiens âgés (> 40 ans) et chers par des jeunes.
a écrit le 19/04/2013 à 9:09 :
comment fonctionner avec moins de salariés ? .. c'est simple avec encore plus de sous-traitance en Inde ou ailleurs et la qualité de service qui va avec :-)
a écrit le 19/04/2013 à 8:47 :
Evident, il faut quitter le navire.
Réponse de le 19/04/2013 à 14:56 :
Et je crois qu il faudra le faire vite si SARKOZY est mis en prison ou inéligible et bien je ne nous vois pas ce qui pourrait arriver mais certainement pas des affaires intéressantes;
Réponse de le 19/04/2013 à 17:20 :
C'est n'importe quoi, IBM a lancé un plan de licenciement mondial par juste français. Aucun rapport avec Hollande ou Sarkozy.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :