Quand les services de renseignement britanniques recrutent via un jeu vidéo

 |   |  340  mots
Nous avons conçu Astute Explorer de manière à véritablement tester les compétences en matière de cyber-sécurité des candidats, explique un représentant des GCHQ.
"Nous avons conçu Astute Explorer de manière à véritablement tester les compétences en matière de cyber-sécurité des candidats", explique un représentant des GCHQ. (Crédits : reuters.com)
Les participants devront trouver d'éventuelles failles dans le système informatique d'une société aéronautique britannique et suggérer comment les réparer avant qu'elles ne puissent être exploitées par des hackers malveillants. Les meilleurs pourront être choisis par le service de renseignements électronique du gouvernement du Royaume-Uni.

Les joueurs sont appelés à défendre une société aéronautique britannique contre un groupe de cyber-criminels. Si le scénario du jeu, nommé "Astute Explorer", n'est pas particulièrement original, ses enjeux peuvent toutefois surprendre. Il permet en effet d'être potentiellement recruté par... les Government Communications Headquarters (GCHQ), rien de moins que le service de renseignements électronique du gouvernement britannique.

Concrètement, les joueurs devront notamment trouver d'éventuelles failles dans le système informatique de la société et suggérer des techniques pour les réparer avant qu'elles ne puissent être exploitées par le groupe de hackers. À l'issue de la compétition, les meilleurs seront convoqués à une série d'entretiens individuels qui se tiendront dans des lieux secrets du Royaume-Uni, rapporte The Telegraph. Dans les colonnes du quotidien britannique, un représentant des GCHQ, Chris Ensor, explique:

"Nous avons conçu Astute Explorer de manière à véritablement tester les compétences en matière de cyber-sécurité des candidats".

Un concours annuel très sélectif

Le jeu orchestré par les GCHQ fait partie d'un évènement bien plus vaste: le Cyber Security Challenge, un concours annuel très sélectif dont le but est justement de recruter un nombre restreint de personnes possédant les compétences informatiques nécessaires pour travailler aussi bien dans les départements secrets de certaines sociétés privées que dans des agences de renseignement.

"Aux GCHQ, comme dans nombre d'autres organisations high tech, nous constatons le besoin d'une force de travail compétente. C'est la raison pour laquelle nous sommes ravis de soutenir encore une fois le Cyber Security Challenge, afin d'inspirer la prochaine génération de talents de la cyber-sécurité", insiste Chris Ensor.

La finale de l'année dernière du Cyber Security Challenge, qui a soumis les participants à une cyber-attaque simulée, s'est tenue - s'il vous plaît ! - dans la salle du cabinet de guerre située au-dessous de Westminster, raconte le quotidien britannique. A bon entendeur...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/08/2014 à 12:51 :
Pourquoi pas après tout. 2 remarques tout de même :
1) ils ont intérêt à faire gaffe de ne justement pas embaucher de hackers ou de terroristes qui voudraient se glisser dans le système,
2) c'est bien de mettre les moyens dans un système "d'exception", mais çà serait encore mieux de mettre autant de moyens dans les systèmes "ordinaires" (quand on voit la facilité déconcertante avec laquelle les anglo-saxons ont accepté le paiement sans contact, système très peu sécurisé s'il en est et qui promet de beaux jours à la piraterie ...).
a écrit le 23/08/2014 à 9:56 :
Tout cela c'est une façon à peine habile d'aller attraper une grande partie des hackers en herbe en allant se jeter tout seul dans la gueule de big brother. Les vrais ont bien compris cette ruse à deux balles . . .
a écrit le 22/08/2014 à 13:59 :
top
a écrit le 22/08/2014 à 10:51 :
Les Anglosaxons sont bien plus dangereux pour nos libertés que les Russes par exemple. Big Brother est une réalité, pas une utopie :-)
Réponse de le 22/08/2014 à 11:44 :
@Patrickb : allez en parler aux millier de prisonniers politiques enfermés dans les camps de redressement en Sibérie, les goulags modernes.
a écrit le 22/08/2014 à 9:51 :
Pareil au temps de Turing ou il avait employé les meilleurs cryptographe a travers des mots croisée et ceux pour la ce qui permis a turing de décoder enigma. Quant ont voit ou cela la mené nous nous rendons compte de hypocrisie de se peuple et de ses élites donc passer brave gens rien a voir ...
Réponse de le 22/08/2014 à 11:42 :
@Yopi Youp : la prochaine fois, par respect pour ceux susceptible de lire votre commentaire, écrivez correctement !! Entre la syntaxe bancale et les fautes d'orthographe j'ai mis 3 fois plus de temps que nécessaire pour comprendre ce que vous vouliez dire. Et vous gagneriez en crédibilité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :