Ce que l'IA va changer dans mon entreprise... des "process" mieux ciblés

 |   |  937  mots
(Crédits : Altran)
Marketing prédictif, automatisation des ventes, simulation des décisions RH... L'IA sera de plus en plus présente dans toutes les entreprises.

L'intelligence artificielle (IA) va-t-elle massivement détruire des emplois ou bien renforcer l'efficacité des entreprises ? Elles pourraient accroître leur rentabilité de 38 % en moyenne d'ici à 2035 (dont à peine 20 % pour la France) grâce à « l'IA axée sur les collaborateurs », selon un récent rapport d'Accenture.

« À peu près tous les marchés de la transition numérique vont être impactés par l'IA », estime Laurent Stefani, directeur exécutif de l'IA à Accenture.

Automatiser les compagnes marketing

À commencer par le marketing. Campagnes de vente ou de bienvenue, relance d'inactifs ou d'« abandonnistes de panier »... le site de vente en ligne Bricoprivé (produits de bricolage) automatise ainsi 65% de ses campagnes, lesquelles génèrent 77% des revenus. Chaque matin, l'enseigne envoie 4,5 millions de mails à ses clients et à ses prospects.

« Nous déchargeons les marketeurs du nettoyage de leurs données, de leur segmentation, des calculs par tranche d'âge, récurrence d'achat, panier moyen, canaux de vente ou d'abandon de la vente, etc., lance Amaury Martin, responsable des ventes à Emarsys, un éditeur d'origine autrichienne qui agrège les données de 2,9 milliards de profils clients. En se basant sur un historique des ventes (de un à dix ans), notre moteur d'IA calcule tous les agrégats permettant de dire que, ce matin, tels prospects sont prêts à être convertis en clients avec tel produit et ce que seront les recettes. »

Surtout, le courriel part au moment où il aura le plus de chances d'être lu : 9 h 30 pour Pauline, 10h15 pour Ludovic. Une fois ouvert, l'IA personnalise le contenu de la relance en focalisant sur le produit qui a le plus de chances d'être acheté.

« Optimiser l'heure d'envoi augmente de 3 à 15% le taux d'ouverture des mails, et la personnalisation du contenu, de 15 à 25% le taux de clics, reprend Amaury Martin. Pour un même volume de messages, le taux de transformation progresse au minimum de 10%. »

Ventes pro : identifier les processus d'achat

Comment se prennent les décisions d'achat dans une entreprise qui s'approvisionne sur un site professionnel de vente en ligne ? Telle est la question qui fait le succès de la startup parisienne GetQuanty auprès de 300 clients, dont SFR, Orange, BNP Paribas, Dassault Systèmes, Karcher, Zabra.

« Nous composons des profils non pas d'individus, mais d'entreprises à partir d'informations composites : adresses IP, navigations sur les sites de notre client, cookies... Ensuite, nous relions les visites à différents salariés de l'entreprise acheteuse, précise Xavier Paulik, DG de GetQuanty. De cette manière, nous modélisons le processus des décisions d'achat dans chaque entreprise ainsi identifiée. »

Selon la taille et le secteur d'activité de la cible, comptez entre trois et cinq personnes pour parvenir à l'achat final. Autre vertu de l'IA :

« Commerciaux et marketeurs dialoguent davantage. Ils choisissent ensemble les prospects les mieux valorisés par le marketing et ciblent mieux ceux qu'ils veulent réengager et comment », fait valoir Xavier Paulik.

Intégrer la météo et la logistique à la production

Tous les industriels rêvent d'une chose : fabriquer la juste quantité de produits au meilleur moment. Ils pourront y parvenir grâce à la toute récente plateforme auto-apprenante Factory Talk Analytics de l'américain Rockwell Automation. Point fort : elle se configure assez facilement.

« On commence par la connecter à toutes les sources de données : le progiciel de gestion de l'entreprise (ERP), le système d'exécution production (MES), les ressources humaines, les services extérieurs comme la météo et la logistique, détaille Michel Huy, directeur des systèmes d'information industrielle à Rockwell Automation. La plateforme va alors organiser les données, trouver des corrélations et proposer des recommandations qui, à force de questionnements, seront de plus en plus intelligentes. »

Par exemple, anticiper la fabrication de merguez, saucisses, frites et glaces dès que les premiers beaux jours annonceront les premiers barbecues. L'IA est également susceptible de métamorphoser le modèle de commercialisation des machines industrielles :

« Avec la maintenance prédictive qu'offre l'IA, les fabricants de machines pourraient vendre, plus qu'une possession, un usage ou un abonnement, voire une performance », anticipe Michel Huy, dont la plateforme sera commercialisée en mars prochain.

Simuler les décisions RH

À côté du marketing et du commercial, l'IA investit également le domaine de la gestion des ressources humaines (RH).

« À partir du rapport d'activité d'une entreprise, nous élaborons son avatar numérique, c'est-à-dire son modèle économique et sa stratégie. Nous le projetons alors sur les réseaux sociaux de type LinkedIn afin d'en tirer une représentation exploitable, détaille Francis Portogallo, PDG de l'entreprise, créée en 2016 avec huit associés. Ensuite, nous nous en servons pour simuler l'impact d'une décision RH, afin de déterminer si elle génère de la valeur. »

Par exemple, l'entreprise dispose-t-elle des compétences idoines pour passer d'un mode de production locale à un modèle fabless (sans usine) ? Autre type de question : que se passe-t-il (toujours en matière de RH) si la société A rachète la société B ?

« Le premier métier impacté par l'IA est celui du PDG, qui va apprendre à travailler avec ce type d'outils, poursuit Francis Portogallo. Le patron issu d'une expérience réussie sur le terrain ne sait pas toujours s'adapter à une vision plus abstraite de son entreprise. Ici, il y parviendra en se familiarisant avec des processus de décision dans lesquels le virtuel éclaire le réel. »

L'idée fait son chemin puisque la startup s'est rapprochée de Deloitte pour encapsuler son expertise organisationnelle et stratégique des entreprises dans la plateforme Job4lives. Notamment pour traiter « à la Deloitte » le volet RH des fusions et acquisitions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2017 à 14:04 :
les outils marketing, operation management et compagnie existent depuis 20 ans, on voit comment les boites les utilisent et ce que ca donne......... pour les rh ca va faire pareil.......... ce qui est de bien c'est qu'on connait donc les deux prochains coups dans ces technologies..............
au passage vous mentionnez parfaitement que ca va etre tres bien integre a l'erp ( bon ca tombe bien ce qui existe deja est deja bien integre aussi, et ca annonce tres clairement que les boites vont recommencer a investir des sommes colossales en process informatiques pour des resultats que l'on connait ' par experience')
il est de bon aloi d'oublier qu'un systeme intelligent ne dispense pas d'une bonne reflexion, mais ca, ca n'arrange personne, surtout pas les gens qui ne comprennent pas grand chose mais ont besoin d'un parapluie geant pour quand ca derouille...
Réponse de le 13/12/2017 à 11:23 :
Bonjour Churchil.

je suis d'accord avec vous que nombreux outils ont deja été inventé il y a 40 ans, dans les années 1970; Or des problèmes qu'on pensait inaccessibles en 1970 ont été résolus et leurs solutions sont distribuées commercialement, comme celles citées dans cet article. Cela est aussi dû aux progrès de l'algorithmique; du big data, du machine learning qui a permis de programmer des solutions que l'on ne pouvait atteindre autrefois que par des heuristiques.

Le but ultime est que tous les systemes soit intégrés, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, mais peut etre réalisable dans les prochaines années. Ce qui se fait plus precisément en Marketing aujourd'hui est une étape intermédiare apellée DMP, n acronyme que l’on entend de plus en plus sur le marché. Il s’agit d’une Data Management Plateform. CAujourd’hui, ce sont des solutions développées par des acteurs orientés marketing (comme GetQuanty) pour optimiser et orchestrer l’ensemble des actions marketing autours des prospects et des clients. https://www.getquanty.com/pourquoi-une-dmp-b2b/

On peut imaginer que la prochaine étape sera comme vous le souhaiter la fusion de ses DMP avec les ERP...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :