L'ordinateur quantique le plus rapide de tous les temps sera chinois

 |   |  565  mots
Le superordinateur quantique Sunway Taihulight, situé à Wuxi, à quelques kilomètres de Shangaï, Chine.
Le superordinateur quantique Sunway Taihulight, situé à Wuxi, à quelques kilomètres de Shangaï, Chine. (Crédits : BBC)
La Chine ne veut plus se contenter de son supercalculateur développé par ses ingénieurs dès novembre 2016. Des scientifiques chinois sont parvenus à créer un ordinateur quantique allant bien au-delà des frontières connues.

En Chine, la production de puces électroniques s'est développée à un rythme effréné, installant la machine de guerre économique chinoise sur le toit du monde de l'informatique. Avec le Sunway TaihuLight ("Lumière du soleil" en français) d'une puissance de 93 pétaflops (jusqu'à 125 pétaflops), la Chine vient de franchir un nouveau cap en développant l'ordinateur quantique le plus rapide de tous les temps.

En 2001, la Chine créait sa première puce électronique commerciale, très précisément trois décennies après Intel qui, en 1971, dévoilait le tout premier microprocesseur jamais créé, le 4004. Et l'on peut dire que l'empire du Milieu a brillamment réussi à combler son retard. Le TaihuLight est presque trois fois plus puissant que le précédent champion, qui était lui aussi chinois, le Tianhe-2. La Chine truste donc désormais les deux premières places du classement mondial des superordinateurs.

Surtout, le dernier-né embarque des ShenWei, des processeurs "Made in China", quand le Tianhe-2 embarquait, lui, des Xeon du fondeur américain Intel...

Construire un ordinateur quantique reste un défi majeur

Selon le physicien quantique Pan Jianwei, professeur à l'Université des sciences et technologies de Chine (USTC) et directeur des recherches, les calculateurs quantiques peuvent, en principe, résoudre certains problèmes plus rapidement que les ordinateurs classiques. Bien que les progrès de ces deux dernières décennies aient été conséquents dans ce domaine, la construction de machines quantiques capables de surpasser les ordinateurs classiques dans certaines tâches reste un défi majeur.

De nombreuses firmes américaines se sont d'ailleurs lancées dans l'aventure de l'informatique quantique, comme Google qui en 2015 dévoilait en partenariat avec la Nasa sa propre machine intelligente. D'autres poids lourds comme IBM, Microsoft ou Intel développent également leur superordinateur.

La nouveauté avec ce type d'ordinateur serait, pour donner une image, sa capacité à lire plusieurs livres simultanément, quand un ordinateur traditionnel ne sait lire qu'un seul livre à la fois. La quantité phénoménale de calculs que ces ordinateurs peuvent effectuer en un clin d'œil aide à gérer des données incroyablement compliquées, telles que les variations des conditions météorologiques aux quatre coins du globe, sur des mois, des années, voire des décennies.

Des secrets industriels bien protégés

Bien entendu, l'existence d'une machine aussi performante attise la jalousie et la convoitise, et c'est pourquoi le gouvernement a mis en place une politique de protection et de confidentialité drastique. De fait, selon la BBC, l'ensemble des composants de l'ordinateur sont fabriqués localement, au "National Supercomputing Center" de Wuxi, à seulement quelques kilomètres de Shanghai.

Avec son superordinateur, le Sunway TaihuLight, le pays affiche sa volonté de se suffire à lui-même en matière de haute technologie. Le gouvernement ambitionne même d'équiper PC et smartphones fabriqués sur son propre territoire avec certaines des technologies essentielles de ce nouvel ordinateur quantique. Pour le moment, seul le prototype de ce formidable outil est achevé. La BBC a été le seul média autorisé à en faire un reportage vidéo pour sa série intitulée "Contes de la Chine moderne".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2017 à 22:06 :
D'un autre coté, un professeur du collège de France affirmait dans un ses cours récemment que la capacité d'innovation de la Chine était actuellement quasi nulle. Que et qui croire ?
a écrit le 04/07/2017 à 10:10 :
Article flou.

Il existe, il existe pas, il va exister, ou pas... On sait pas.

Finalement, on comprend bien qu'il s'agit d'un ordinateur quantique. Tant que tu n'ouvres pas la boite, il existe peut-être. :)
Réponse de le 11/08/2017 à 22:03 :
Si tu ne l'ouvre pas, ne l'allume pas, il est à la fois quantique et non quantique.

Dixit Schrödinger.
a écrit le 04/07/2017 à 10:03 :
Je trouve cet article au mieux confus, au pire incroyablement "putaclic" ! Je ne suis pas sûr (et c'est un euphémisme) que son auteur maîtrise le sujet. La surenchère journalistique en rajoute à l'intox des équipes nationales, internationales (pour des raisons stratégiques) ou privées (pour des raisons économiques). Le journaliste passe du TaihuLight à l'ordinateur quantique sans précaution. Si le sujet était d'analyser les velléités technologiques chinoises, le titre est assurément aguicheur... et absurde ! Le premier ordinateur quantique sera forcément "l'ordinateur quantique le plus rapide de tous les temps" puisqu'il n'existe pas encore !
a écrit le 03/07/2017 à 22:03 :
Alors, je ne suis pas allé très loin pour comprendre que l'auteur a bêtement rajouté un "quantique" dans le titre de son article pour le rendre plus vendeur: https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Sunway_TaihuLight

Il s'agit "simplement" d'un supercalculateur. C'est un ensemble de serveurs connectés en réseau qui totalise plus de 10 millions de cœurs.

Je ne veux certainement pas minimiser la chose, c'est bel et bien impressionnant. En revanche, ça reste de l'informatique traditionnelle. (encore que savoir exploiter toute cette puissance n'est pas à la portée du premier développeur venu)

Donc à partir de là, l'article est faux et mensonger.
a écrit le 03/07/2017 à 21:25 :
Si un tel ordinateur quantique était possible quel qu'en soit le prix ça fait longtemps que les mastodontes américains s'y serraient engouffrés !Quand on pense qu'ils regorgent de milliards à ne pas savoir quoi en faire on se dit simplement que si c'était réalisable ,il serrait deja réalisé
a écrit le 03/07/2017 à 20:39 :
Les dernières années ont vu se tarir le nombre de publications majeures sur le sujet. Surement une question de compétition entre certains des plus grands acteurs -aux ressources quasi-illimitées !

Il convient, par conséquent, de faire preuve de la plus grande prudence sur les corrélations qui peuvent être commises entre les annonces distillées ici ou là-bas, d'une part, et évolution des connaissances, des technologies et des applications opérationnelles, d'autre part.
En particulier, il sembleRAIT que des avancées [très notables] aient été enregistrées sur les ordinateurs quantiques spécialisés.

La bonne nouvelle,
en terme scientifique et technologique, est que "on" est vraisemblablement plus avancé que ce suggèrent les annonces des uns et des autres, états ou marchands. Nous devrions donc bientôt voir émerger des produits et des services originaux (jeux en ligne, etc.) .., même si le 'Silicium' a encore de beaux jours devant lui !

La mauvaise nouvelle
est que certaines des applications de cette technologie risquent d'avoir des incidences fâcheuses, voire même désastreuses, sur la vie des citoyens, des entreprises (cryptage de données, vie privé, etc). Un exemple parmi les plus évidents :
Certains systèmes de surveillance et/ou d'armes, y compris parmi les plus récents et les plus performants, peuvent, s'ils ne sont pas 'upgradés' suffisamment tôt, sans aller jusqu'à les rendre caduques, fragiliser dangereusement des stratégies défensives et offensives construites parfois sur plusieurs décennies ..., mettant en péril la souveraineté d'états et la sécurité de leurs citoyens et de leurs valeurs.

Une prime infinie au premier -dans son domaine !
Réponse de le 04/07/2017 à 10:39 :
Votre commentaire est nuancé mais appelle quelques petites observations.

" Nous devrions donc bientôt voir émerger des produits et des services originaux (jeux en ligne, etc.)" : il est vraisemblablement illusoire d'espérer des avancées applicatives dans ces domaines grâce au processeur quantique. Il se prête en effet plus au calcul combinatoire qu'à d'autres fonctions essentielles des processeurs actuels (je pense notamment à l'ordonnancement ou à la gestion des erreurs). Une raison simple pour l'instant en est que les outils mathématiques qui s'y prêteraient n'existent pas encore. Athos a réuni une équipe de mathématiciens pour plancher sur le sujet sous la houlette notamment de Cédric Villani. On parle beaucoup trop du travail des physiciens, qui en sont plus à l'étape de la preuve du concept qu'à l'applicatif (et pour cause : ce n'est pas leur métier) et pas assez du matériel mathématique qui permettrait d'en faire quelque chose. Le quantique ne servirait dans un premier temps que pour les supercalculateurs. Si on a l'audace de penser un ordinateur généraliste, il faut plus l'imaginer comme un hybride qui utiliserait un processeur quantique pour certaines tâches en laissant aux GPUs et CPUs "classiques" le soin des autres.
Le terme d' "ordinateur quantique" est donc fallacieux et marketing. Il faut plutôt parler de processeur quantique !
a écrit le 03/07/2017 à 15:45 :
le titre trompeur laisse pense que les Chinois ont réussi à créer un ordinateur quantique... pour l'instant personne n'y est parvenu
"Des scientifiques chinois sont parvenus à créer un ordinateur quantique allant bien au-delà des frontières connues. " Non, pour l'instant, il n'existe que dans la théorie.
Réponse de le 03/07/2017 à 19:25 :
Qu'est ce qui vous autorise a être aussi sur de vous ?
Réponse de le 03/07/2017 à 22:37 :
Et quantum à raison...

Ce n'est que de l'énième gonflette, le jour où il y aura un véritable ordinateur quantique l'algo de shor brisera tout, c'est "l'arme absolu", je ne pense pas que certains algo tourne sur cette bécane.
Réponse de le 07/07/2017 à 6:20 :
Le titre est effectivement trompeur et le contenu de l'article aussi. Si la Chine dispose effectivement des supercalculateurs les plus rapides du monde, ces ordinateurs sont parfaitement "classiques" et absolument pas quantiques, contrairement à ce qu'affirme le journaliste qui visiblement confond supercalculateur et ordinateur quantique. Il existe bien quelques prototypes d'ordinateurs quantiques mais on en est encore au balbutiements (cf. https://www.research.ibm.com/ibm-q/). Le professeur Pan mène effectivement en Chine des recherches dans le domaine de l'information quantique. Il a récemment réalisé un petit simulateur quantique (et pas du tout un ordinateur quantique) avec son équipe, et en collaboration avec un groupe allemand. Ces travaux démontrent expérimentalement que construire un ordinateur quantique aurait un réel intérêt.
a écrit le 03/07/2017 à 15:09 :
Merci pour cet article.

C'est un domaine de recherche majeur il est évident que le premier pays a se doter d'une machine quantique prendra une longueur d'avance économique sur les autres et de part le domaine d'activité il est fort probable qu'il la garde définitivement.

Secteur de recherche déterminant que nous autres pays occidentaux avons confié au privé qui comme d'habitude, toujours axé sur ses intérêts ne fait que retarder cette découverte majeur.

Que ce soit la chine avec une puissance financière étatique phénoménale qui remporte la partie n'est donc pas une surprise, bien au contraire, notre recherche publique étant en lambeaux à cause de notre union européenne, ce sont des chercheurs privés qui doivent s'en charger mais auparavant ils doivent concevoir une voiture qui joue au poker avec nos enfants, une brosse à dents qui change de couleur selon les cheveux de son utilisateur, des fours qui peuvent nous prévenir que c'est cuit même si on est à 10000 kilomètres et-c... bref que des innovations vitales.

Tandis que la puissance magistrale des services de renseignement américains permet au pays de tenir la première place économique mondiale, c'est la force de l'innovation publique chinoise qui débarrassée des intérêts privés finira par remporter la partie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :