Risque cyber  : « La sécurité crowdsourcée s’impose comme le nouveau standard »

 |  | 730 mots
Lecture 4 min.
Transfuge de Qwant, Guillaume Vassault-Houlière a créé Yes We Hack en 2013. Présente dans 25 pays, la société rouennaise est devenue leader européen du bug bounty (la chasse aux bugs par des hackers éthiques) qu'elle a contribué à faire connaître sur le vieux continent.
Transfuge de Qwant, Guillaume Vassault-Houlière a créé Yes We Hack en 2013. Présente dans 25 pays, la société rouennaise est devenue leader européen du bug bounty (la chasse aux bugs par des hackers éthiques) qu'elle a contribué à faire connaître sur le vieux continent. (Crédits : Yes We Hack)
ENTRETIEN. La chasse aux virus s’intensifie. Leader européen du bug bounty, autrement dit la recherche de failles informatiques par des hackers moyennant récompense, la société rouennaise Yes We Hack a connu une croissance record en 2020. Pour son CEO et co-fondateur, Guillaume Vassault-Houlière, c’est le signe que la sécurité collaborative est arrivée à maturité. Interview.

La Tribune : Vous avez été parmi les premiers en France à populariser le bug bounty et le hacking éthique. A l'époque, vous étiez accueilli avec une certaine méfiance. Les mentalités ont-elles évolué ?

Guillaume Vassault-Houlière : Sans aucun doute, la question n'est plus de savoir en quoi consiste cette approche mais comment la mettre en place. Les organisations, qui font appel à la communauté des hackers éthiques, ont compris tout le bénéfice qu'elles pouvaient tirer du bug bounty qui s'est ménagé une place dans la panoplie des protections contre le risque cyber. J'irais jusqu'à dire que la sécurité crowdsourcée (ou collaborative ndlr) s'impose comme le nouveau standard dans les stratégies de sécurité des entreprises. J'en veux pour preuve le doublement de notre chiffre d'affaires et l'augmentation de 120% du nombre de programmes de détection de failles...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2021 à 17:33 :
Qui mieux qu'un antivirus a besoin d'un virus pour exister? Construire une rente demande a ce que l'on contrôle une chaîne de bout en bout!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :