15 propositions pour l'égalité des chances dans le numérique

Anthony Babkine et le Conseil national du numérique, qui viennent de remettre, ce 8 septembre, un rapport au gouvernement, avancent 15 recommandations, pour informer, former et mesurer les progrès dans les entreprises et dans les territoires en matière de diversité, notamment sociale. Car l'égalité des chances est synonyme d'opportunités accrues pour les organisations comme pour la société.

4 mn

(Crédits : Illustration Mathieu Momiron pour La Tribune)

Les secteurs qui licencient actuellement sont certes nombreux. Mais certains, en revanche, pâtissent toujours d'une pénurie de main d'oeuvre. C'est vrai notamment dans le secteur du numérique. Selon le rapport qu'Anthony Babkine et le Conseil national du numérique viennent de remettre, ce 8 septembre, au gouvernement, 80 000 postes étaient non pourvus dans le numérique en 2018. Autant d'occasions manquées pour les entreprises de déployer leur savoir-faire auprès de davantage de clients, dans davantage de secteurs et davantage de pays.

Sans doute les écoles ne fabriquent-elles pas assez de futurs professionnels du numérique. Mais est-ce la seule raison ? N'y a-t-il pas des gisements inexploités ? Dans les quartiers populaires et les zones rurales, par exemple ? Le rapport évoque ainsi une « rencontre manquée » entre les entreprises et ces talents potentiels. Et alors que la crise sanitaire a accéléré la transformation numérique des entreprises, ne serait-ce qu'en raison du travail à distance, et que les jeunes, tous profils confondus, risquent d'être une génération sacrifiée par la nouvelle crise économique, pourquoi ne pas tendre la main à ceux qui pourraient bien être doublement pénalisés, en étant assignés à des emplois sans avenir, contrairement au numérique, voire relégués aux marges du marché de l'emploi ?

« Je viens d'une banlieue où on ne parle pas souvent aux jeunes de filières d'excellence ou des métiers d'avenir », déclare Anthony Babkine, co-auteur du rapport aux côtés du Conseil national du numérique, et qui a co-fondé, en 2017, Diversidays, une structure d'égalité des chances dans le numérique.

Les avantages de la diversité sont connus : de nombreuses études mettent en lumière une créativité accrue et une plus grande agilité de la part d'équipes aux profils variés, que ce soit en termes d'âge, de genre, d'origines sociale ou géographique. En somme, tout ce dont ont besoin les entreprises. Et encore plus aujourd'hui, à l'heure de la relance, qu'hier... Pourtant, ces éléments sous-tendent encore trop peu les politiques de formation et de recrutement.

Cohésion sociale

Les enjeux d'une plus grande intégration des talents inexploités dans les banlieues et les zones rurales dépassent toutefois les aspects entrepreneuriaux. C'est d'une meilleure cohésion sociale dont il s'agit avec l'égalité des chances pour tous. « Sinon, nous risquons un renforcement de cette France à deux vitesses, relève Anthony Babkine. D'autant que de nombreux métiers vont être détruits par la mutation que va connaître l'économie dans le sillage de la crise. Tout se joue aujourd'hui ».

L'objectif du rapport a donc été de chercher, auprès de ceux qui oeuvrent pour plus de diversité dans le numérique, des solutions pour faire de ce secteur « un accélérateur de diversité ». Comment ? En proposant 15 recommandations au gouvernement qui l'a missionné à cet effet. Des solutions transversales, qui embrassent des réalités différentes, dans les quartiers prioritaires de la ville ou dans les territoires de la ruralité, selon trois axes. D'abord, l'information et l'accès à la formation sur les opportunités du numérique auprès des profils issus de la diversité, en sensibilisant dès le collège, par le biais, par exemple, d'une journée ou d'une semaine dévolues aux métiers du numérique, et en incitant les grandes écoles d'informatique et celles qui forment au numérique à développer une politique d'ouverture sociale.

De même, les prescripteurs, tels les conseillers Pôle Emploi, doivent également être formés aux compétences requises dans le numérique, pour pouvoir, en particulier dans le cas de reconversions, mieux guider les candidats. Deuxième axe, le recrutement dans les entreprises. Il s'agit là d'inciter les employeurs à repenser leurs politiques pour lutter contre les stéréotypes discriminatoires, mais aussi de créer un indice, afin de mesurer la politique de diversité de l'entreprise à tous les niveaux, sans oublier de mesurer la durabilité de l'insertion professionnelle des personnes ayant bénéficié d'un accompagnement, afin d'appuyer le financement des actions les plus efficaces. Enfin, troisième axe, celui de la politique de dynamisation des territoires, qu'il faut renforcer. Ce qui passe, par exemple, par le conditionnement des aides et exonérations locales à une embauche territoriale par les entreprises.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 10/09/2020 à 14:06
Signaler
Comme l'algèbre au collège ne sert strictement à rien et que 5% maximum s'en serviront dans leur vie et n'a jamais créé d'emplois sauf de profs, on remplace par taper des lignes de code, copier des jeux en terminal datant des années 80, faire des mat...

à écrit le 09/09/2020 à 16:29
Signaler
Pipeau total ! Il y a largement plus de 80 000 anciens développeurs a pole emploi mais ils ont le malheur d'avoir plus de 40 ans et donc parfaitement à l'aise avec les outils du numérique ! Donc article erroné et non représentatif de la réalité ! Le ...

à écrit le 09/09/2020 à 15:06
Signaler
L'innovation n'est pas le progrès et le progrès n'est pas une innovation!

à écrit le 09/09/2020 à 10:32
Signaler
Ne pas confondre "innovation" et "progrès", l'un n'est que temporaire tandis que l'autre est perenne! L'innovation a plutôt tendance a détruire le progrès antérieur en améliorant simplement la sensation!

à écrit le 09/09/2020 à 9:14
Signaler
Comme vous pouvez le constater avec le commentaire de Charlie, dès que l'on parle d'égalité on voit apparaître les soldats de la peur oligarchique qui sont tétanisés par l'idée que leur argent soit redistribué sous une quelconque forme, ne cherchant ...

à écrit le 08/09/2020 à 20:50
Signaler
Encore un titre, une image d'illustration et un article, qui prouve que la plupart des gens ne comprennent rien au fonctionnement du monde dans lequel ils vivent. Cette obsession pour "l'égalité" masque une profonde méconaissance des lois de la physi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.