BTU Protocol va remettre les hôteliers au centre de la réservation

 |   |  1048  mots
(Crédits : DR)
Face aux mastodontes que sont les plateformes de réservation comme Booking qui exigent des commissions de plus en plus conséquentes, les professionnelles de l'hôtellerie ont du mal à tirer leur épingle du jeu. BTU Protocol (BTU pour Booking Token Unit), une blockchain basée sur des jetons (tokens) de réservation, va-t-il redistribuer les cartes du marché hyper concurrentiel de la réservation hôtelière ?

>> Article publié en ligne le 30 juin 2018 10h28, mis à jour le 02/07/18 à 20h09

La Blockchain (ou chaîne de blocs) est une nouvelle révolution des échanges entre individus. À l'opposé de l'économie des plateformes qui ont comme objectif de devenir des monopoles internationaux, l'économie pourrait revenir à ses fondamentaux : la relation fournisseur - client sans intermédiaire. Tout comme Internet a réinventé la distribution de l'information, la technologie Blockchain va transformer la façon de gérer les transactions, les contrats, et plus généralement la notion de confiance sur les réseaux sans tierce partie.

Lire aussi : La Blockchain libère les "entraves" de l'économie collaborative

Uberiser l'économie des plateformes

Les plateformes telles qu'Airbnb, Booking, Uber, ... seront impactées par cette nouvelle disruption qu'est la Blockchain. Les deux fondateurs de BTU Protocol, Vidal Chriqui et Hervé Hababou, en sont convaincus.

"Les fournisseurs de services en ligne comme les hôtels ou les voyagistes sont extrêmement dépendants des grandes plateformes de réservation", nous expliquent les deux fondateurs.

"Ces plateformes centralisées ont exploité leur pouvoir de marché pour créer un système monopolistique où les fournisseurs de services captifs sont forcés de payer des commissions de plus en plus élevées."

Vidal Chriqui, l'inventeur du protocole, a conçu un écosystème ouvert basé sur la Blockchain Ethereum où n'importe qui peut réserver les ressources listées publiquement.

BTU

Source : Whitepaper BTU Protocol

Le token crée ici la confiance dans cette économie fluide en encourageant le comportement vertueux dans le processus de réservation.

Inciter à aller jusqu'au bout de la réservation

Dans cet écosystème ouvert, blogueurs, influenceurs, développeurs, éditeurs de logiciel ou groupes de médias pourront proposer à leur communauté de réserver tout actif mis à disposition. Cela va faire renaître une nouvelle concurrence plus saine face aux plateformes de réservations centralisées existantes et conduire à un marché plus équitable pour tous les acteurs de la filière, favorable à l'innovation et aux clients. Autre avantage du protocole, le token servira de "chèque de caution" pour la réservation et rassurera le professionnel en cas d'annulation possible.

-

-

Un marché des réservations de 4.300 milliards d'euros

Pour les deux fondateurs, il faut sortir de la pression monopolistique de grosses plateformes anglo-saxonnes avec des taux de commissions pouvant aller jusqu'à 25%.

"Lors des débuts d'Internet, la tendance était de désintermédier", nous dit Hervé Hababou, président de BTU.

"Les contenus comme la musique ont montré le chemin à suivre pour se libérer de la centralisation des majors. Avec l'arrivée de nouveaux acteurs et l'économie des plateformes, on est revenu au système de l'Ancien Monde : celui de l'intermédiation où sont concentrés tous les profits."

Sur le marché de la réservation en ligne, si on cumule différents secteurs comme l'hôtellerie, la restauration, la réservation d'espaces de réunion ou de travail, la réservation de chambres d'hôte, de voiture, d'un créneau chez un médecin ... on estime le marché à 4.300 milliards d'euros. Pour la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, la vente de nuitées sur internet a connu un essor remarquable au cours de la dernière décennie. Aujourd'hui, la quasi-totalité de la clientèle hôtelière (93 % d'après une étude du cabinet Coach Omnium) utilise internet pour rechercher un hôtel et utilise les services des plateformes de réservation hôtelière, pour comparer les prix notamment.

D'après une étude sur le marché européen du cabinet Phocuswright, "la part des réservations en ligne dans le chiffre d'affaires des hôteliers est passée de 26% en 2011 à 34% en 2015 (estimation) [...] en Europe et pour chaque année de la période 2011-2015, les OTA (Online Travel Agency, Ndlr) représentent environ 70% des réservations d'hôtels en ligne, les 30% restants étant effectuées sur les sites Internet des hôtels."

D'après l'Insee, la clientèle étrangère représentait 43% des nuitées en 2011. Cette clientèle étrangère utilise plus le canal en ligne pour la réservation d'hôtels français que la clientèle nationale.

OTA

Source Artiref

"Avec la réservation pair-à-pair possible, les oligopoles que sont les plateformes qui ne font que de l'intermédiation, devraient revenir à des commissions plus raisonnables. La 'token economy' pourrait redistribuer plus équitablement à tous les acteurs de la filière, la création de valeurs", réaffirme Vidal Chriqui, le créateur du token.

Une brève excursion dans le process de l'ICO

La startup française 808 Labs à l'initiative du BTU Protocol a choisi de financer son développement via la vente de tokens BTU qui jouent un rôle essentiel dans la mise en oeuvre de son protocole décentralisé.

La vente flash des tokens BTU a été l'occasion de fédérer une communauté de professionnels autour de la même vision et de collecter l'équivalent de 4,7 millions d'euros pour accompagner la croissance et accélérer le développement technique. Plus de la moitié du chiffre d'affaires a été réalisé par de la vente à des entreprises et notamment plusieurs éditeurs de logiciels qui souhaitent explorer l'utilisation du protocole de réservation BTU.

"L'équipe BTU est particulièrement fière de la qualité de ses acheteurs et du travail accompli dans un contexte de marché relativement difficile", déclare Vidal Chriqui, co-­fondateur du protocole BTU.

En effet, le marché de cryptomonnaies est en berne et le cours de l'Ethereum est passé de 800 à 380 euros entre le début et la fin de la vente initiale BTU qui a réussi à émerger comme l'un des tokens le plus prometteur à la fois par les autorités et par les professionnels du secteur.

Après cette première étape, l'équipe de BTU Protocol va continuer à diffuser le message à l'international et accompagner les grands comptes intéressés à la fois par le déploiement du protocole et l'achat des tokens BTU. Pour ces entreprises, les cas d'usages ne manquent pas, mais le délai de prise de décision n'était pas compatible avec une vente de tokens qui n'a duré que quelques mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :