ContentSquare, pépite française qui scrute le comportement client, lève 60 millions de dollars

 |   |  629  mots
Jonathan Cherki, fondateur et Pdg de ContentSquare, pépite française spécialisée dans l'analyse prédictive du comportement client.
Jonathan Cherki, fondateur et Pdg de ContentSquare, pépite française spécialisée dans l'analyse prédictive du comportement client. (Crédits : ContentSquare)
La startup française, spécialisée dans l'analyse prédictive du comportement client, est capable de traquer les mouvements de la souris d'ordinateur et les mouvements tactiles sur mobile. ContentSquare vient d'annoncer ce lundi une levée de fonds de 60 millions de dollars pour accélérer aux États-Unis, en Europe et attaquer le marché asiatique afin de devenir un leader mondial.

Le clic de vos souris n'ont aucun secret pour ContentSquare. La pépite française, spécialisée dans l'analyse prédictive du comportement client, est capable de traquer les moindres mouvements de la souris d'ordinateur, mais aussi les mouvements tactiles sur mobile comme le "touch" (cliquer avec le doigt), le zoom ou encore le "swipe" (l'action de faire glisser du contenu sur l'écran pour passer d'une page à une autre). Le but ? Permettre aux marchands en ligne de comprendre en détail les comportements en ligne pour améliorer l'expérience client et donc, leur chiffre d'affaires.

Créée en 2012, l'entreprise parisienne entend bien devancer la concurrence avec une nouvelle levée de fonds, annoncée ce lundi 28 janvier. Un an seulement après avoir levé 42 millions de dollars (33,8 millions d'euros), ContentSquare vient de boucler une série C de 60 millions de dollars (52,8 millions d'euros) menée par Eurazeo et complétée par Highland Europe (WeTransfer, Photoshop), le fonds américain Canaan (Lending Club, Match.com) et le fonds italien H14. Tous sont des investisseurs historiques.

Au total, la startup a levé 122 millions de dollars (environ 107 millions d'euros), en plus d'un financement d'amorçage de 500.000 euros auprès de business angels.

"Augmenter le taux de conversion est un enjeu stratégique"

« Pendant longtemps, le meilleur moyen d'attirer de nouveaux clients sur son site Internet se limitait à être bien référencé sur Google », explique Jonathan Cherki, fondateur et Pdg de ContentSquare. « Mais aujourd'hui, le trafic est de plus en plus mobile et des acteurs comme Amazon raflent la mise sur le commerce en ligne. C'est pourquoi augmenter le taux de conversion (de simple visiteur à acheteur) est devenu un vrai enjeu stratégique pour les marques. »

ContentSquare revendique 320 clients (dont 50% sont à l'étranger), tels que Ikea, LVMH, Renault ou encore Oui.Sncf. La startup a développé un logiciel commercialisé en mode SaaS (software as a service), doté d'une interface pour visualiser et analyser les données, permettant à ses clients d'augmenter l'engagement sur Internet, au téléphone et sur les applications, de réduire les coûts opérationnels et de maximiser les taux de conversion. Les données sont disponibles pour les équipes en charge du contenu, du e-commerce, de l'analytique, de l'acquisition, mais aussi de l'informatique et de l'expérience utilisateur.

Recommandations personnalisées grâce à l'IA

Depuis 2018, le logiciel est désormais capable de formuler des recommandations grâce à l'intelligence artificielle et au machine learning. « Notre logiciel devient de plus en plus prescriptif. Par exemple, si un client change un visuel publicitaire, le logiciel va analyser les performances de ce visuel. S'il remarque que les potentiels acheteurs ne cliquent pas, voire quittent le site, alors il fera des recommandations pour améliorer l'impact des visuels », illustre Jonathan Cherki. « Le temps est devenu une ressource rare et l'IA nous permet d'en faire gagner à nos clients ». C'est pourquoi ContentSquare entend doubler ses effectifs de R&D, actuellement composés de 80 développeurs.

Prochains enjeux : « les nouvelles interfaces, comme les chatbots (ndlr : robots conversationnels) et la voix », affirme Jonathan Cherki. « Nous ne savons pas encore si ces nouvelles interfaces seront une simple mode ou des nouveaux canaux principaux de ventes, mais nous faisons des tests sur le sujet. »

Avec cette nouvelle levée de fonds, la pépite française souhaite renforcer ses positions à l'international. ContentSquare est déjà implanté à Paris, Munich, Londres, New York et San Francisco. La startup emploie 320 personnes, dont 200 personnes en France, et souhaite recruter 150 personnes d'ici la fin de l'année. Elle va également lancer des activités en Australie, à Singapour et à Hong Kong, avant d'attaquer la Chine d'ici fin 2019. ContentSquare, qui ne communique pas sur son chiffre d'affaires, revendique une croissance « entre 100 et 150% sur les quatre dernières années ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2019 à 22:29 :
Le matériel Huawei est probablement le plus adapté à cet espionnage systématique et artificiellement intelligent des consommateurs.
a écrit le 28/01/2019 à 16:10 :
avant on faisait ca aussi
ca s'appeleait etudes de marche, ca devait etre defini rigoureusement, et y avait des barrieres pour eviter les trop nombreux pieges
a l'heure des restricted boltzmann machines, des modeles deep, du machine learning, tout ca c'est devenu desuet
cliquer un logiciel est largement suffisant.......
je serais curieux de savoir quel est leur argument de vente quand ils vont vendre ca a leurs clients, a qui ils s'adressent, et quellles sont les formations de leurs interlocuteurs
Réponse de le 29/01/2019 à 16:28 :
@churchil
J'abonde dans votre sens,
l'analyse prédictive du comportement client : l'intelligence artificielle en l’occurrence recherche opérationnelle et calcul des probabilités associés au machine learning autrement dit la copie des évènements qui échoient à cet environnement, c'est à dire rien de nouveau sous le soleil du coup utiliser AI & ML c'est revêtir de nouveaux habits pour des technologies existantes et matures..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :