French Tech, le tour de table des levées de fonds

 |   |  1502  mots
Une semaine diversifiée et riche en investissements pour les startups de la French Tech.
Une semaine diversifiée et riche en investissements pour les startups de la French Tech. (Crédits : CC0 Creative Commons/Pexel. Montage : Laszlo Perelstein/La Tribune.)
Papernest, Antabio, Keecker... Chaque semaine, La Tribune revient sur les principales levées de fonds intervenues dans l'écosystème des startups françaises. Entre le 16 et le 20 octobre, ce sont 44,545 millions d'euros qui ont été récoltés par 23 jeunes pousses. Tour de table.

Après deux semaines de mou, l'investissement repart très nettement à la hausse dans les startups de la French Tech. Quelque 44,545 millions d'euros ont été investis dans 23 startups, d'après notre recensement. La Tribune vous résume ces investissements.

  •   Papernest - 10 millions d'euros (LegalTech)

L'ex-Souscritoo change de nom pour développer son service d'aide administrative à l'étranger. Boostée par une levée de fonds de 10 millions d'euros auprès des fonds Partech Ventures, Idinvest Partners et Kima Ventures, Papernest (littéralement "nid de papier") s'adresse aux "phobiques administratifs" qui s'apprêtent à déménager en leur facilitant les démarches pour résilier ou modifier des contrats d'énergie, télécoms ou assurance habitation.

  •  Antabio - 7,3 millions d'euros (BioTech)

Spécialisée dans la lutte contre les infections résistantes aux antibiotiques, la société toulousaine Antabio a levé 7,3 millions d'euros auprès des fonds d'Occitanie Irdi Soridec et IXO et du bordelais Galia. En moins de trois mois, c'est plus de 15 millions d'euros qui ont été levés par la biotech puisqu'elle a réalisé un tour de table de 8 millions d'euros d'euros avec pour seul participant le consortium mondial CARB-X, dédié à ce champ de recherche (CARB-X signifie "Combating Antibiotic Resistant Bacteria Biopharmaceutical Accelerator", soit "Accélérateur biopharmaceutique pour lutter contre les bactéries résistantes aux antibiotiques"). De quoi assurer le financement des recherches jusqu'en 2019 et permettre les premiers essais cliniques d'un traitement des infections contractées dans les hôpitaux.

| Retrouver notre article dans La Tribune Toulouse Antabio lève des millions d'euros pour lutter contre les maladies nosocomiales

  • Keecker - 4,5 millions d'euros (Robotique)

Très intéressé par le robot multimédia à commandes vocales de la startup, le Hardware Club, qui devient deuxième actionnaire derrière le Pdg et fondateur Pierre Lebeau, SEB Alliance et A Plus Finance ont mis 4,5 millions d'euros au pot. Commercialisé entre 1.790 euros et 1.990 euros selon le modèle (entre 32 et 160 Go), l'appareil tournant sur Android possède, entre autres, un projecteur orientable à 90°, un système audio et deux caméras. Keecker compte désormais se lancer aux États-Unis d'ici à la fin de l'année.

  • EarthCube - 3 millions d'euros (Analyse d'images satellites)

Capable de détecter automatiquement des anomalies sur un réseau à partir d'images satellites, l'algorithme mis au point par EarthCube a éveillé la curiosité de 360 Partners, qui vient d'y investir 3 millions d'euros. Fondée début 2016 par un ancien ingénieur d'Airbus Defence and Space et un ancien manager de chez Areva, la jeune pousse se positionne en alternative européenne aux sociétés américaines comme Orbital Insight ou Space Know. Ce tour de table lui donnera les moyens de ses ambitions, permettant de recruter une dizaine de salariés d'ici à un an tout en développant les offres commerciale et technologique.

Retrouver notre article détaillé sur les ambitions d'EarthCube dans La Tribune Toulouse

  • Bim - 2,5 millions d'euros (FoodTech)

À l'origine d'une application qui permet notamment de réserver une table de dernière minute dans des restaurants haut-de-gamme, la startup a levé 2,5 millions d'euros auprès d'une vingtaine de business angels, dont certes prestigieux comme Yannick Bolloré (Havas), Jacques-Antoine Granjon (Vente-privée.com) ou encore Frédéric Mazzella (BlablaCar). Après un lancement en avril 2016 et une première levée de fonds de 800.000 euros, Bim entend désormais s'internationaliser - un déploiement est prévu dans dix capitale, Londres, New York et Tokyo en tête -, et lancer une nouvelle version de son application, avec un bot suggérant chaque jour des tables en fonction des goûts de l'utilisateur.

  • Dejamobile - 2,5 millions d'euros (FinTech)

Une solution de paiement mobile en marque blanche qui séduit les banques - Crédit Agricole a intégré le module ReadyToTap dans son applique Mabanque. Lancée en 2012 par trois anciens d'Orange, Dejamobile a levé 2;5 millions d'euros auprès de la société d'investissement parisienne Newfund (Joxko, Paymium, Limonetik, etc) et de l'ex-Pdg de la SSII Steria, François Enaud. Avec ces fonds, la jeune pousse prévoit de renfocer ses équipes commerciales et techniques afin de devenir leader européen de son secteur d'ici à 2020.

  • Fred de la compta - 2,3 millions d'euros (FinTech)

"Un expert-comptable qui vous comprend" et désire "faire de vous un entrepreneur à succès"Les devises de Fred de la compta ont séduit Anaxago, Pentalabbs, SGH Capital et The Family, qui ont investi 2,3 millions d'euros dans ce tour de table qui fait suite à celui de 550.000 euros conclu en juin 2016. La jeune fintech, qui numérise l'administratif des entreprises, compte désormais pousser son développement en France et muscler ses effectifs, constitués d'une vingtaine de personnes. Elle intègre au passage la startup White, spécialiste de l'IA, qui a développé une solution adressée aux professionnels automatisant la saisie de facture.

  • Comet - 2 millions d'euros (Emploi)

Fondée en septembre 2016, Comet va faire monter en puissance sa plateforme en ligne mettant en relation développeurs freelances et entreprises grâce à une levée de fonds d'amorçage de 2 millions d'euros auprès de Kima Ventures (Xavier Niel) et d'Otium Capital, le family office de Pierre-Edouard Sérin (SmartBox). Si la jeune pousse prélève 10% de commission aux entreprises, elle est gratuite pour les freelances et souhaite les séduire davantage avec des événement et le développement de projets en open source.

  • Kepler Solutions - 1,5 million d'euros (Logiciels)

Ciblant les distributeurs automobiles d'occasion et les concessionnaires -, la startup fournit une solution logicielle clé en main pour la gestion et le négoce sous forme de plateforme web, à laquelle les entreprises se connectent en s'abonnant. Capable de gérer "tous les aspects du métiers", comme l'a expliqué à Ouest-France son co-fondateur Alain Domguep, la jeune pousse a séduit le fonds et l'accélérateur breton West Web Valley, qui a mis 1,5 million d'euros sur la table pour permettre à Kepler Solutions d'embaucher et soutenir sa "vision stratégique à moyen et long terme" en couvrant les besoin de financement des trois prochaines années - Alain Domguep estime entre que 300.000 à 400.000 euros sont nécessaires chaque année.

  •  Pretto - 1,3 million d'euros (Crédit immobilier)

Courtier en crédit immobilier en ligne, la startup n'a pas encore soufflé sa première bougie - elle a été fondée en janvier 2017 - qu'elle réalise déjà une levée de fonds auprès de prestigieux investisseurs. Pierre Kosciusko-Morizet, Christophe Cremer (fondateur évincé de MeilleurTaux.com), Hugues Le Bret (à l'origine de Compte Nickel), Jérémy Harroch (Pdg et fondateur du cabinet de conseil Quantmetry) ainsi que le constructeur immobilier Groupe Duval ont participé à ce tour de table. Avec ces 1,3 million d'euros, Pretto va investir dans la R&D et recruter activement afin de doubler ses effectifs, qui comptent une dizaine de collaborateurs.

  • Volpy - 1,3 million d'euros (Téléphonie mobile)

Spécialisée dans le téléphone portable d'occasion (achat, recycle et revente), la plateforme en ligne fondée en octobre 2016 a su convaincre deux sociétés corses, FemuQui Ventures et ACG Management, qui ont investi 1,3 million d'euros. Située à Bastia, Volpy prévoit de muscler ses effectifs dans les 15 mois à venir - elle compte actuellement 14 employés - avec une dizaine de recrutements supplémentaires. Les fonds levés permettront également de déployer "de nouveaux services de consommation responsables et de s'internationaliser".

  • AssurUp - 1 million d'euros (Assurance)

Une solution d'assurance sur-mesure pour les startups ? L'idée lancée en novembre 2015 a en tout cas séduit des pontes du secteur puisque la levée de fonds de 1 million d'euros inclut Kima Ventures (Xavier Niel), Keyrus Innovation Factory (Eric Cohen), mais aussi deux des cofondateurs de BlaBlaCar, Frédéric Mazzella et Francis Nappez , ainsi que Cyril Vermeulen (Aufeminin.com). Déjà partenaire de grands noms de l'assurance (Awa, Allianz...), AssurUP compte, au cours de six prochains mois, renforcer ses équipes commercial et informatique à travers "une dizaine de recrutements".

  • Qopius - 1 million d'euros (Logistique)

Elle prévoit de révolutionner le linéaire. Alliant caméras connectées et intelligence artificielle, Qopius a reçu 1 million d'euros de la part de 360 Capital Partners et Bpifrance (via le fonds Ambition Amorçage Angels (F3A)), intéressés par cette solution qui analyse la place des produits en magasins et permet d'optimiser la gestion des stocks. Ce tour de table réussi, la jeune pousse veut renforcer son équipe, notamment dans la partie R&D avec trois ou quatre postes ouverts et s'exporter à l'international.

  • Les levées à moins de 1 million d'euros - 10 startups, 4,345 millions d'euros

De plus petites levées de fonds ont également animé la semaine : Naoden (750.000 euros - Bioénergie), le Comptoir des Pharmacies (700.000 euros - ePharmacie), Per Angusta (600.000 euros - Logistique), Adiona (525.000 euros, Éducation), Hub-Grade (400.000 euros - Construction), Gulplug (330.000 euros - Industrie), Syos (300.000 euros - Impression 3D, La Tribune en parlait début 2016), HyVibe (300.000 euros - Son), Mars:Hello (300.000 euros - Partage d'informations) et MyBrocante (140.000 euros - Commerce).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :