Genario : quand l’intelligence artificielle permet d'améliorer les scénarios des écrivains

Si l’humanité a connu de nombreuses transformations de l'écriture depuis l’invention de l’imprimerie, avec par exemple l'arrivée des ordinateurs puis du logiciel Word, l'intelligence artificielle sera peut-être la prochaine innovation qui permettra de modifier profondément notre manière d'écrire. En tout cas David Defendi, fondateur de Genario, un logiciel qui permet notamment de s'inspirer des personnages et de leurs courbes émotionnelles observés dans d'autres récits, en est persuadé.

5 mn

(Crédits : Amandine IBLED)

Exit l'angoisse de la page blanche pour les écrivains ? Peut-être. Car les auteurs peuvent désormais s'appuyer sur l'intelligence artificielle pour écrire leur récit en s'inspirant des grands chefs d'œuvres de la littérature. C'est ce que propose le logiciel Genario. Développé par David Defendi, il est capable de lire 350.000 mots à la minute. Une performance qui permet à l'écrivain de comparer rapidement ce qu'il a écrit avec d'autres textes pour construire son histoire en s'inspirant des best-sellers.

« L'intelligence artificielle permet de visualiser les trajectoires des personnages, leurs relations, leurs courbes émotionnelles, leurs psychologies, dans tous les types de récits », explique David Defendi.

L'auteur peut ainsi s'appuyer sur des schémas narratifs similaires pour approfondir la construction de ses personnages, le déroulement de son histoire, ou encore affiner son style.

« L'idée est d'utiliser l'intelligence artificielle, la modélisation en 3D, la réalité virtuelle et augmentée pour permettre à chaque auteur d'améliorer la qualité de son travail », explique David Defendi.

Aujourd'hui, le scénariste, qui a notamment co-écrit la série Braquo avec Olivier Marchal, souhaite aider les amateurs à se professionnaliser, en s'inspirant des codes utilisés dans la littérature du passé et du présent (des chants d'Homère aux romans de Dostoïevski, des films d'Orson Welles aux séries Netflix et Amazon) et préalablement analysés par l'intelligence artificielle.

« Certains diront que ce projet me place en Robin des bois des auteurs car je souhaite mettre en lumière les talents et améliorer leur rémunération », s'amuse l'écrivain. Un Robin des bois qui s'est aventuré jusqu'au CEA de Saclay pour évoquer ses ambitions. De là, il a rencontré un « génie de l'informatique », Louis Manhes. « Ça a matché et Genario est né ! ». Les deux entrepreneurs se sont installés à la Maison Régionale de l'Innovation (MRI) à Dijon, en intégrant l'incubateur DECA BFC. Après quatre ans de recherche et développement, la phase de tests en France, au Canada et aux États-Unis est terminée. La commercialisation internationale de Genario démarre ce mois-ci.

« Une muse technologique »

Genario veut offrir un outil moderne aux professionnels de la narration. Ce logiciel d'aide à l'écriture a pour but d'inspirer les auteurs et non casser leur créativité (qui a besoin de structure pour s'exprimer). Saviez-vous que le film « Pretty woman » était construit selon la même courbe des émotions que l'histoire de Cendrillon ?

Il existe environ sept schémas narratifs types pour raconter une histoire : « Il est plus pertinent de travailler avec des courbes émotionnelles que par genre littéraire », assure David Defendi.

Grâce à Genario, les écrivains s'inspirent des livres qui correspondent à leur style, leur thématique, leurs structures de personnages pour suivre les mêmes courbes émotionnelles ou structure de narration. Plus besoin de rentrer dans les cases formatées des genres littéraires. « Le tout de façon ludique. C'est une muse technologique ! », précise l'entrepreneur. Genario permet de réunir dans un seul écosystème, les outils éparpillés utilisés de manière traditionnelle par les écrivains, tels que le dictionnaire, le tableau pour détailler son plan, les fiches personnages, les bibliothèques, les correcteurs d'orthographe, etc...

« C'est aussi une plateforme qui permet aux auteurs d'être mieux rétribués et d'être mis en relation avec les éditeurs et les producteurs en fonction de la qualité de leur texte », précise le fondateur. Les textes seront publiés de manière anonyme et les lecteurs pourront donner une note et ajouter des commentaires. Les mieux notés recevront une rémunération à la fin du mois.

De nouvelles opportunités de marchés

« Il ne faut pas avoir peur de l'intelligence artificielle car sans l'intelligence humaine, elle n'est rien. L'IA se construit à plusieurs », assure le scénariste. Pour créer Genario, David Defendi a su s'entourer des meilleurs cerveaux. « Nous avons construit le moteur de l'IA et le design du logiciel avec l'un des meilleurs designers américains du moment : Gleb Kusnetsov, recruté le dataviz Nathan Gordon, considéré par Nicolas Barraudeau (ndlr : Dataviz de Google) comme l'un des meilleurs du monde », précise-t-il.

Pour sa sortie, Genario est programmé pour répondre aux besoins des romanciers mais rapidement de nouveaux marchés s'ouvrent pour le logiciel. « Les tests ont permis de découvrir de nombreuses applications pour les scénaristes, les journalistes, les historiens, les professeurs et même les jeux vidéos ! », souligne David Defendi. Lors de sa participation au CES de Las Vegas en janvier dernier, l'outil a plu aux canadiens, qui y voient un formidable accélérateur pour raconter les histoires qui feront les jeux vidéos de demain...

----------------

En bref : La bibliographie de David Defendi

2008 : il publie son premier livre L'Arme à gauche (édité chez Flammarion

2009 : il a co-écrit Braquo avec Olivier Marchal, série diffusée sur Canal+ et récompensée par un Emmy Award en 2012 à Los Angeles,

2013 : Les Nettoyeurs - Truands et espions au service de la France (Fayard),

2017 : Têtes de dragon (Albin Michel).

2018 : il a co-scénarisé une série de six épisodes avec des auteurs allemands sur la Guerre de Trente ans programmée sur Arte,

2020 : Écriture du scénario de la série Clause 47 avec le réalisateur coréen Kim Jee Woon, qui sera diffusée en fin d'année sur Canal +. Publication du livre Genario sur cette aventure entrepreneuriale.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 07/03/2022 à 13:18
Signaler
Bien avant Word existait Wordstar. C'est ce logiciel qui a vulgarisé le traitement de texte au début des années 80, pas Word.

à écrit le 04/03/2022 à 17:06
Signaler
On a beau faire des innovations dans l'écriture, "le nègre" n'est toujours pas prêt de disparaitre!

à écrit le 04/03/2022 à 12:47
Signaler
Tout comme de nombreux logiciels de musique améliorent leurs productions, il se fait dans le genre des trucs spectaculaires. Mais bon est-ce à louer ? Plutôt mauvaise signe même si la machine commence à remplacer l'humain même dans sa capacité créati...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.