Prix #10000startups 2020 : découvrez les gagnants du Grand Ouest

 |   |  616  mots
Le jury et les lauréats d'étape nantaise de 10.000 startups pour changer le monde.
Le jury et les lauréats d'étape nantaise de 10.000 startups pour changer le monde. (Crédits : DR)
Le Prix 10.000 startups pour changer le monde, organisé par La Tribune et BNP Paribas, a récompensé à Nantes six startups du Grand Ouest. Fonto de Vivo, Eyes'r, Logiroad, Wonder Partners, Docndoc et La Bille Bleue se qualifient pour la grande finale parisienne, qui se tiendra le 16 mars.

Le prix 10.000 startups pour changer le monde 2020 continue sa tournée à la recherche des innovations de demain. Après un lancement exceptionnel à Las Vegas pendant le CES, le tour de France de l'innovation de La Tribune s'est arrêté à Nantes ce jeudi 30 janvier. Le principe : couronner une startup dans chacune des six catégories Environnement & Energie, Industrie du futur, Data & IA, Smart tech, Santé et Start.  Ving-deux pépites de la région Nouvelle-Aquitaine sont venues pitcher leur innovation devant un jury de professionnels. En plus de La Tribune se trouvaient nos partenaires BNP Paribas, Enedis, WeHealth Digital Medicine, Bpifrance et Business France.

Les lauréats représenteront leur région lors de la grande finale qui se tiendra à Paris le 16 mars, face aux vainqueurs de leur catégorie issus des sept autres étapes régionales à Toulouse, Bordeaux, Paris, Marseille, Lyon, Lille et Strasbourg. Les gagnants nationaux seront révélés lors d'une cérémonie qui se tiendra le 30 mars au Grand Rex, toujours dans la capitale.

Dans la catégorie Environnement & Energie, le jury a primé David Monnier, 50 ans et Pdg de Fonto De Vivo. L'entreprise conçoit en collaboration avec de grandes ONG françaises des purificateurs baptisés Orisa, qui filtrent toutes les eaux de surface des contaminations biologiques par simple pompage manuel. En usage quotidien, il garantissent de l'eau potable pour une famille pendant au moins 5 ans grâce à un système de maintenance permanent innovant et breveté. Ils sont vendus aux ONG qui les distribuent auprès des populations victimes de catastrophes naturelles dans le monde.

Dans la catégorie Industrie du futur, le vainqueur est Benoît Grosso, le cofondateur et CEO de 41 ans de Eyes'r. Son intelligence artificielle se connecte aux systèmes de vidéo-surveillance présents dans les locaux, et détecte les situations à risques pour prévenir les accidents du travail dans les usines.

Dans la catégorie Data & IA, le lauréat est Yann Goyat, 44 ans et président de Logiroad. La startup bretonne commercialise un logiciel d'aide à la décision dans le domaine de l'entretien et de l'exploitation des réseaux routiers. Acteur de la smart city, Logiroad cartographie l'état de la route et le trafic routier, ce qui permet aux  services voiries des collectivités de savoir où et quand faire les travaux, qui circule sur leurs réseaux, et réaliser de la maintenance prédictive des routes.

Dans la catégorie Smart tech, Alexis Thomas, 32 ans et CEO de Wonder Partners, a su gagner les faveurs des jurés. Grâce à ses technologies de réalité augmentée, la startup permet aux marques de valoriser leurs contenus pour augmenter leur taux de conversion. Elle a notamment conçu le catalogue de Noël de l'enseigne Carrefour, distribué à 16 millions d'exemplaires, en animant 700 objets en 3D. Wonder Partners ambitionne aussi d'intégrer la réalité augmenter dans l'enseignement pour rendre l'apprentissage plus ludique pour les enfants.

Dans la catégorie Santé, le jury a récompensé Pascale Karila-Cohen, la fondatrice de Docndoc. Cette plateforme ambitionne de lutter contre les déserts médicaux en facilitant les remplaçants des médecins, en leur permettant à la fois d'être mis en relation avec les cabinets qui ont besoin de main d'oeuvre, et de faciliter leur intégration sur le territoire.

Enfin, dans la catégorie Start, le vainqueur est Erwan Spengler, le fondateur de La Bille Bleue. Animé par la volonté de changer les pratiques de l'industrie agro-alimentaire et de respecter le bien-être animal, l'entrepreneur pousse les agriculteurs à produire du lait et de la viande de manière éthique via un label, et commercialiser leur production.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :